Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SINGER PETER (1946- )

Repenser la distinction homme/animal

La publication de La Libération animale, en 1975, favorisa largement le développement du mouvement en faveur des droits des animaux en attirant l’attention sur les tortures et mauvais traitements infligés à un très grand nombre d’entre eux dans les fermes industrielles et les laboratoires scientifiques ; dans le même temps, elle suscita chez les spécialistes de la philosophie morale un intérêt nouveau pour le statut moral des animaux non humains. Se trouvait remise en cause la séparation radicale entre humains et animaux introduite par la philosophie occidentale, d’Aristote à Descartes en passant par Thomas d’Aquin. L’apport le plus important de l’ouvrage sur le plan philosophique réside ainsi dans son analyse pénétrante du concept de « spécisme » (qui ne fut pas inventé par Singer), qui voudrait que le statut moral d’un être vivant soit lié à son appartenance à une espèce donnée. Peter Singer soutient au contraire que tous les êtres qui ont des intérêts (tous les êtres capables d’éprouver du plaisir ou de la souffrance, pour l’exprimer simplement) méritent que ceux-ci soient pris en compte dans toute décision morale les concernant ; de plus, le type de considération que mérite un être devrait dépendre de la nature même de ses intérêts (le genre de plaisir ou de souffrance qu’il est susceptible de ressentir) et non de l’espèce à laquelle il appartient. Penser autrement revient, selon Singer, à commettre un préjudice analogue à ceux causés par le racisme ou le sexisme. La notion de spécisme a été examinée en profondeur par la philosophie morale et est devenue un thème courant des discussions sur les droits des animaux.

Dans de nombreux livres et articles publiés à partir des années 1980, Peter Singer a continué à étayer ses positions sur la question des droits des animaux et d’autres sujets d’éthique appliquée et de philosophie politique. Parmi eux, les cellules souches, l’infanticide, l’euthanasie, les problèmes environnementaux globaux et les implications politiques du darwinisme, qu’il envisage à la lumière des nouveaux développements de l’utilitarisme philosophique. Bien que ses arguments en faveur des droits des animaux soient de plus en plus acceptés dans les universités et ailleurs, ses positions sur d’autres sujets ont engendré des controverses, dont certaines l’ont opposé à ceux-là mêmes qui l’avaient soutenu dans ses travaux concernant les droits des animaux ou qui éprouvaient de la sympathie pour son approche philosophique générale. Par ailleurs, en 1999, sa nomination à l’université de Princeton fut vivement contestée par des activistes militant pour les droits des handicapés, qui récusaient sa thèse selon laquelle « tuer un nouveau-né handicapé n’est pas équivalent d’un point de vue moral à tuer une personne ». Commentant cette phrase, Singer précise que, par « personne », il entend « un être capable de raison et possédant notamment le sens de son existence dans le temps ».(La Recherche, no°335, 2000).

Outre La Libérationanimale, les nombreux livres publiés par Peter Singer comprennent Practical Ethics (1979, trad. franç., Questions d’éthiquepratique, 1997) ; Rethinking Life and Death: The Collapse of Our Traditional Ethics (1994) ; How Are We to Live ? : Ethics in an Age of Self-Interest (1995) ; A Darwinian Left : Politics, Evolution, and Cooperation (1999, trad.franç., Une gauche darwinienne, 2002) ; One World : The Ethics of Globalization (2002) et The Life You Can Save: Acting Now to End World Poverty (2009, trad.franç., Sauverune vie. Agir maintenant pour éradiquer la pauvreté).

— Universalis

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ANIMALIER DROIT

    • Écrit par Olivier LE BOT
    • 4 687 mots
    Deux propositions peuvent être identifiées. La première émane de Peter Singer et Paola Cavalieri. Dans le cadre d'un Great Ape Project (Projet grands singes) lancé par ces auteurs, elle vise à reconnaître un certain nombre de droits fondamentaux aux grands singes ou hominidés (à savoir,...
  • ANTISPÉCISME

    • Écrit par Fabien CARRIÉ
    • 4 127 mots
    • 4 médias
    L’édition américaine de 1973 de Animals, Men and Morals, va inspirer ainsi les premières contributions de Peter Singer sur la « question animale ». Nommé maître assistant à l’université de New York en 1973, le jeune universitaire australien spécialiste de philosophie morale avait eu...
  • ANIMALITÉ

    • Écrit par Florence BURGAT
    • 7 682 mots
    • 9 médias
    ...responsabilité morale des hommes à l'égard des animaux pris individuellement » (Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, 2011) : l'utilitarisme de Peter Singer et la théorie des droits des animaux de Tom Regan. Ces deux philosophes sont ceux dont les ouvrages sont les plus traduits et les théories...

Voir aussi