Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PÉRIPATES ou ONYCHOPHORES

Animaux terrestres (environ 80 espèces). Ce sont des animaux panchroniques, c'est-à-dire dont l'aspect général est identique depuis des centaines de millions d'années (des fossiles sont notés dès le Cambrien moyen, soit vers — 520 millions d'années). Le corps allongé (de 14 à 150 mm de longueur), à face dorsale convexe et à face ventrale aplatie, est porté par de nombreuses paires (entre 14 et 43) de pattes courtes terminées par deux griffes (onychophore signifie « porteur de griffes ») rétractiles protégées par un repli. De coloration brillante (bleu, vert, orange, brun, noir), l'animal est couvert d'écailles et de papilles. La tête porte une paire d'antennes avec une paire d'yeux à leur base. La bouche, avec lèvres, langue, glandes salivaires, permet l'émission de glu, que l'animal projette sur ses proies pour les immobiliser afin de les dévorer. Le tube digestif comporte un œsophage et ensuite un long intestin se terminant par l'anus. La respiration se fait à travers le tégument et par de nombreuses trachées qui communiquent avec l'extérieur par des stigmates. L'appareil circulatoire se réduit à un cœur, ou vaisseau dorsal, avec ostioles. Des néphridies et des athrocytes composent l'appareil excréteur. Le système nerveux comprend un ganglion cérébroïde et deux chaînes longitudinales reliées par de nombreuses commissures ; il y a de nombreuses papilles sensorielles. Les sexes sont séparés, avec dimorphisme sexuel.

Les péripates fréquentent les biotopes humides et obscurs (bords des rivières, forêts, sous les pierres). Totalement absents de la région tempérée nord, ils ne dépassent pas le tropique du Cancer. Les deux familles connues ne cohabitent pas : les péripatides vivent en Amérique australe, dans le nord de l'Amérique du Sud, en Afrique (Congo), en Asie (vallée du Brahmapoutre) et dans la presqu'île de Malacca, à Sumatra et à Bornéo ; les péripatopsides se trouvent au Chili, dans le sud de l'Afrique (Natal et Cap), dans la région indo-australienne de la Nouvelle-Zélande à la Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Les mues, les appendices masticateurs, le cœlome réduit, la structure du cœur et de l'appareil génital sont des caractères qui rapprocheraient les péripates des arthropodes. Les péripates présentent de plus des caractères particuliers comme une cuticule souple, des cils vibratiles sur les parois internes des conduits génitaux et excréteurs, des fibres musculaires uniquement lisses, une structure originale de l'œil. Les segments et les appendices non articulés, l'absence de métamérie externe, les nombreux stigmates disposés sans ordre ne permettent pas de les ranger dans les arthropodes. Les phylogénies moléculaires les rapprochent néanmoins des enarthropodes et des tardigrades pour former le groupe des panarthropodes.

— Andrée TÉTRY

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : membre de l'Académie nationale de Metz, directrice honoraire à l'École pratique des hautes études, université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Voir aussi