TARDIGRADES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Animaux minuscules, puisque leur longueur est de l'ordre du millimètre (de 0,05 à 1,2 mm selon les espèces), les tardigrades ont été découverts au xviiie siècle : Johann August Ephraim Goeze (1731-1793) les a décrits en 1773 et Lazzaro Spallanzani (1729-1799) les a nommés en 1777. Ils fréquentent des milieux variés : mer (quelques dizaines d'espèces, certaines jusqu'à 5 000 m de profondeur), eau douce, stations terrestres humides (mousses et lichens en particulier), montagnes (jusqu'à 6 600 m d'altitude). Les types marins seraient primitifs et auraient ensuite gagné les eaux douces et les biotopes humides. La lenteur de leurs déplacements est à l'origine du terme « tardigrade » ; ils sont aussi surnommés « ours d'eau » ou « oursons d'eau » en raison de leur aspect lourd. Mille espèces environ ont été reconnues ; nombre d'entre elles sont cosmopolites avec une préférence pour les régions tempérées et froides ; cependant, au Japon, un genre vit dans une source thermale à 40 0C. La place des tardigrades dans l'arbre généalogique du règne animal est difficile à préciser. Ils constituent peut-être un clade indépendant ; mais on les range souvent avec deux autres groupes (onychophores et pentastomidés) dans le clade artificiel des pararthropodes (L. Cuénot, 1926) qui possèdent un mélange de caractères annélidiens et arthropodiens.

Morphologie et anatomie

Le corps, à symétrie bilatérale, est allongé, avec une face dorsale convexe et une face ventrale aplatie ; quatre paires de « pieds » terminés par des griffes sont disposées sur la ligne latéro-ventrale. La disposition de la quatrième paire lui confère une action freinatrice, alors que les trois premières paires assurent la progression. Les griffes, par leur variété, constituent des caractères taxinomiques. À cette morphologie commune s'ajoutent d'autres caractères permettant de séparer trois types de tardigrades : les eutardigrades, formes nues, sans cuirasse, sans appendices, incolores ou peu pigmentées, les hétérotardigrades, rouges ou orangés, portant une cuirasse qui résulte d'un épaississement de la cuticule chitino [...]

Hétérotardigrade et Eutardigrade

Dessin : Hétérotardigrade et Eutardigrade

Dessin

Un Hétérotardigrade (a) et un Eutardigrade (b) 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : membre de l'Académie nationale de Metz, directrice honoraire à l'École pratique des hautes études, université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification

Autres références

«  TARDIGRADES  » est également traité dans :

REVIVISCENCE

  • Écrit par 
  • Andrée TÉTRY
  •  • 221 mots

Propriété manifestée par certains organismes ou certaines graines de pouvoir, après avoir été desséchés, reprendre une activité à la suite d'une réhydratation. Van Leeuwenhoek a découvert le premier ce phénomène chez des animalcules, en 1704. Actuellement, il est signalé chez les nématodes, les rotifères, les tardigrades, pour le règne animal, et aussi chez de nombreux végétaux (mousses, par exemp […] Lire la suite

Pour citer l’article

Andrée TÉTRY, « TARDIGRADES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tardigrades/