PÉNICAUD LES (XVe-XVIe s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le fondateur de la première dynastie limousine d'émailleurs connus, Nardon Pénicaud, était sans doute plus jeune d'une génération que d'autres artistes restés anonymes, tels le prétendu Monvaerni et le Maître du triptyque d'Orléans. La seule précision apportée par son œuvre est la date de 1503 sur une Crucifixion (musée de Cluny, Paris). Tous ses émaux sont polychromes. Son coloris est sombre et velouté, enrichi de fines gouttelettes d'émail translucide déposées sur une petite feuille d'or ou d'argent, imitant les pierreries. L'iconographie est exclusivement religieuse ; elle emprunte des détails aux xylographies du Nord et de l'Est. Son testament est daté de 1541, mais son activité a dû cesser plus tôt.

Jean Ier Pénicaud devait être son frère plus jeune. Ses œuvres, polychromes elles aussi, s'inspirent plus largement des gravures contemporaines, en particulier de celles de Dürer. L'artiste donne à ses personnages une longueur démesurée.

Jean II est sans doute un fils de Nardon. Sa production débute vers 1532. Ses œuvres polychromes sont assez rares, et il excelle dans la grisaille, usant parfois d'un procédé qui rappelle le sfumato en peinture. On lui doit, outre des plaques frappées au revers d'un poinçon couronné utilisé par tous les Pénicaud, quelques pièces de vaisselle émaillée et des portraits en médaillon. Son iconographie est parfois mythologique ou allégorique. Il signe I. P. ou P. I., ou de son nom entier, soit en latin (PENICAVDI IVNIOR), soit en français. La dernière date relevée sur ses œuvres est celle de 1549 (Saint Luc, Victoria and Albert Museum, Londres).

Pierre Pénicaud, autre fils de Nardon, est à la fois émailleur et peintre verrier (Vitrail de la Cène, 1555, détruit). Son œuvre d'émailleur est peu abondante : quelques plats, deux rondaches, des plaques incurvées ornées de figures mythologiques (au Louvre). Sa production est parfois confondue avec celle de Jean III (son neveu ?), qui fut consul à Limoges en 1571. Ce dernier fut appelé « l'impressionniste de l'école de Limoges ». Son œuvre est peinte exclusivement en grisaille, à fond noir ou bleu ; ses personnages, proches des canons bellifontains, portent des vêtements d'une légèreté vaporeuse. Il n'a laissé aucune pièce signée ni datée ; on trouve seulement, au revers des plaques, le poinçon des Pénicaud frappé jusqu'à trois ou quatre fois.

—  Marie-Madeleine MARCHEIX

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PÉNICAUD LES ( XV e - XVI e s.)  » est également traité dans :

ÉMAUX

  • Écrit par 
  • Marie-Madeleine GAUTHIER
  •  • 4 388 mots

Dans le chapitre « Les émaux peints à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance »  : […] Des joailliers travaillant pour les cours princières de Bourgogne, de Berry et de France aux environs de 1400 remettent en honneur un procédé oublié depuis l'époque hellénistique, l'émail en glaçure sur or de ronde-bosse ; cet émail, surtout blanc mat, avec des rehauts de couleurs translucides, est une lumineuse polychromie sur une sculpture précieuse en miniature. Les joailliers l'associent aux […] Lire la suite

Les derniers événements

2-30 avril 2020 France. Annonce du plan de déconfinement.

Le 22, la ministre du Travail Muriel Pénicaud annonce que le nombre de salariés au chômage partiel a dépassé le seuil des dix millions, soit plus de la moitié des salariés du secteur privé. Le 23, le Parlement adopte définitivement la deuxième loi de finances rectificative depuis le début de la crise, après celle adoptée le 23 mars. Celle-ci porte à 110 milliards d’euros le montant du plan de soutien financier aux entreprises, dont plus de 40 milliards de dépenses publiques et 20 milliards de réserve en vue de renforcer des participations financières de l’État dans les entreprises stratégiques en difficulté. […] Lire la suite

30 janvier - 11 février 2020 France. Polémique à la suite d'un vote sur le congé de deuil parental.

Le 30, la ministre du Travail Muriel Pénicaud s’oppose, à l’Assemblée nationale, à la mesure-phare de la proposition de loi du groupe UDI, Agir et indépendants, qui prévoyait d’allonger de cinq à douze jours le congé légal accordé aux parents lors du décès d’un enfant mineur. Elle argue que le coût de cette mesure ne doit pas être supporté par les employeurs. […] Lire la suite

2-31 août 2017 France. Présentation de la réforme du Code du travail.

Le 31, au terme de trois mois de concertation, le gouvernement réunit les partenaires sociaux pour les informer du contenu des ordonnances, avant que le Premier ministre Édouard Philippe et la ministre du Travail Muriel Pénicaud ne les rendent publiques. Les principales dispositions du texte prévoient le plafonnement des indemnités prud’homales en cas de licenciement abusif et l’augmentation de 25 p. […] Lire la suite

7 juillet 2017 France. Ouverture d'une information judiciaire sur l'affaire Business France.

Business France, l’organisme public de promotion des entreprises françaises à l’étranger, dont la ministre du Travail Muriel Pénicaud était alors directrice générale, avait confié l’organisation de cette soirée à l’agence de communication Havas sans lancer d’appel d’offres, alors que le coût de l’opération l’imposait. […] Lire la suite

11-29 mai 2017 France. Nomination du gouvernement et premiers pas du nouvel exécutif.

Sont nommés ministres d’État Gérard Collomb (PS) à l’Intérieur, l’écologiste Nicolas Hulot à la Transition écologique et solidaire et François Bayrou (MoDem) à la Justice ; sont également nommés Sylvie Goulard (LRM, ex-MoDem) aux Armées, Jean-Yves Le Drian (PS) à l’Europe et aux Affaires étrangères, Richard Ferrand (LRM, ex-PS) à la Cohésion des territoires, la professeure de médecine Agnès Buzyn aux Solidarités et à la Santé, l’éditrice Françoise Nyssen à la Culture, Bruno Le Maire (LR) à l’Économie, l’ancienne directrice des ressources humaines chez Danone Muriel Pénicaud au Travail, le directeur de l’ESSEC Jean-Michel Blanquer à l’Éducation nationale, Jacques Mézard (PRG) à l’Agriculture et l’Alimentation, Gérald Darmanin (LR) à l’Action et aux Comptes publics, la présidente de l’université de Nice-Sophia-Antipolis Frédérique Vidal à l’Enseignement supérieur, la Recherche et l’Innovation, Annick Girardin (PRG) aux Outre-Mer, l’escrimeuse Laura Flessel aux Sports, la présidente de la RATP Élisabeth Borne aux Transports, Marielle de Sarnez (MoDem) aux Affaires européennes. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie-Madeleine MARCHEIX, « PÉNICAUD LES (XVe-XVIe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/penicaud-les/