CALDERÓN DE LA BARCA PEDRO (1600-1681)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les « autos sacramentales »

Les autos sacramentales sont, sous la plume de Calderón, des pièces allégoriques de plus de mille vers, que l'on représentait le jour de la Fête-Dieu dans les rues des villes et des villages et dont le dénouement implique l'intervention divine matérialisée par l'Eucharistie. Le poète part de n'importe quelle donnée : de circonstance, biblique, mythologique ou de pure fantaisie. Il constitue en personnages les Vertus et les Vices, le Saint-Esprit, la Grâce et le Démon, la Raison et l'Erreur, bref, tout ce qui, à l'état labile et sans cesse altéré, intervient dans nos débats intérieurs, dans notre « psychomachie ». Or nous ne pouvons recouvrer notre équilibre intérieur et notre unité que dans la foi et parce que – mystère de la transsubstantiation – nos nourritures terrestres se muent en forces spirituelles.

Dans l'auto La vie est un songe, Calderón reprend, sous forme allégorique, l'intrigue de son fameux drame ; et l'on voit le Libre-Arbitre réduit à l'état d'esclave par les passions : l'Intelligence, éclairée par la Grâce survenue dans son sommeil, le libère de ses chaînes ; il peut alors hériter de Dieu le Père ses pouvoirs ici-bas. Dans Le Grand Théâtre du monde (El Gran Teatro del mundo), un baladin, le sieur Monde, met en scène des intrigues fantastiques où tout est fiction, tout est apparence : c'est l'image de notre vie. Dans Le monde est une foire (El Gran Mercado del mundo), la société des hommes est le lieu de toutes les tromperies et de tous les abus ; mais on peut y conclure aussi d'honorables marchés.

Le genre des autos, si populaire aux xviie et xviiie siècles, suppose une culture différente de la nôtre. Il fut cependant l'expression littéraire la plus adéquate de la vie intérieure, avec ses conflits et ses dépassements, dans un temps où la psychologie n'était pas confondue avec la physiologie.

Calderón a tenté d'imiter l'opéra italien dans de courtes pièces dites zarzuelas, du nom de la maison des champs du roi d'Espagne où elles furent représentées pour la première fois. Mais son génie dramatique confère au libretto plus d'i [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris, directeur de l'Institut d'études hispaniques de l'université de Paris

Classification


Autres références

«  CALDERÓN DE LA BARCA PEDRO (1600-1681)  » est également traité dans :

AUTO SACRAMENTAL

  • Écrit par 
  • Marcel BATAILLON
  •  • 3 126 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Apogée. Calderón »  : […] Avec Pedro Calderón de la Barca, la dramaturgie espagnole, sans s'astreindre aux sacro-saintes « unités », atteint à une perfection qui est surtout maîtrise dans l'agencement des intrigues comiques ou tragiques . De plus en plus il émerveillera ses contemporains par cet art de « proposer, objecter et résoudre » que le père Castroverde assimile à un « parfait syllogisme » dans son approbation du re […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/auto-sacramental/#i_4137

COMEDIA, Espagne

  • Écrit par 
  • Charles Vincent AUBRUN
  •  • 2 606 mots

Dans le chapitre « Sous Philippe IV »  : […] Philippe IV monte sur le trône en 1621. Il aime le théâtre et surtout les actrices. Au début de son règne s'épanouit la comédie de cape et d'épée, joyeuse avec ses aventures galantes, ses rixes et ses sérénades. Le jeune Calderón de la Barca y affûte une nouvelle dramaturgie, rapide, brillante, ponctuée de coups de théâtre ( Dame ou fantôme , 1629). Le Mexicain Ruiz de Alarc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedia-espagne/#i_4137

ESPAGNE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU, 
  • Corinne CRISTINI, 
  • Jean-Pierre RESSOT
  •  • 13 803 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le théâtre »  : […] Le théâtre espagnol est un phénomène qui, par son abondance, tient du monstrueux. Sa prosodie, essentiellement coulante, orale, propre à s'étendre de la naïveté à l'éloquence, a sans doute facilité cette étourdissante production. Ce théâtre a beaucoup gardé en lui du caractère familier de sa période primitive. Les actes et les sentiments y apparaissent sous leur forme élémentaire. Le thème de don […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-arts-et-culture-la-litterature/#i_4137

LA VIE EST UN SONGE, Pedro Calderón de la Barca - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 881 mots
  •  • 1 média

Chef-d'œuvre du théâtre universel, La vie est un songe , de Pedro Calderón de la Barca, fut écrit en 1634-1635 , sous le règne de Philippe IV, et publié à Madrid, en 1636. Les éléments esthétiques de la culture baroque, dont cette comedia est un témoignage éclatant, expliquent la structure de la pièce : la double intrigue, l'ornementation, les décors, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-vie-est-un-songe/#i_4137

ZARZUELA

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 2 954 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Naissance de la zarzuela »  : […] Dans les bois qui entouraient alors Madrid, les Habsbourg d'Espagne avaient fait construire un pavillon de chasse qui deviendra un palais, le Palacio de la Zarzuela, nommé ainsi d'après le mot espagnol zarza , qui signifie « ronce », les bosquets de cette résidence champêtre étant envahis de ronces. C'est là, au xvii e  siècl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zarzuela/#i_4137

Pour citer l’article

Charles Vincent AUBRUN, « CALDERÓN DE LA BARCA PEDRO - (1600-1681) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pedro-calderon-de-la-barca/