LAFARGUE PAUL (1842-1911)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Santiago de Cuba, Français de souche bordelaise, Paul Lafargue se vante de réunir en lui le sang de trois races opprimées : les races juive, caraïbe, mulâtre. Pendant qu'il poursuit ses études à la faculté de médecine de Paris, il collabore au journal La Rive gauche, de tendance proudhonienne. Comme il participe au premier Congrès international étudiant (Liège, 1865), il est exclu de toutes les facultés de France : il s'exile alors à Londres, où il rencontre Marx, dont il épouse la seconde fille, Laura, le 2 avril 1868. Membre du Conseil général de la Ire Internationale où il représente l'Espagne (il connaît la langue), il rentre en France à la chute du second Empire et vit la période de la Commune à Bordeaux. Réfugié en Espagne, il y est le correspondant de Marx et anime la polémique contre les anarchistes. Avec Pablo Iglesias, il fonde la Nouvelle Fédération madrilène, amorce du futur Parti socialiste ouvrier espagnol. En 1872, il est de retour à Londres.

L'amnistie lui permet de rentrer en France. C'est là qu'il se lie avec Jules Guesde et fonde avec lui le Parti ouvrier français (1880-1882). Tenu pour un des introducteurs du marxisme en France, il est à ce titre considéré comme l'interprète autorisé de la pensée de Marx. Il publie plusieurs ouvrages d'analyse marxiste, mais son livre le plus connu est le pamphlet Le Droit à la paresse (1883), dans lequel il dénonce l'aliénation ouvrière. Après le drame de Fourmies (1er mai 1891) où la troupe tire sur les ouvriers faisant neuf morts et une soixantaine de blessés, Lafargue est condamné pour incitation au meurtre. Le 8 novembre 1891, il est élu député à Lille. Artisan de l'unification des forces socialistes, il se présente à la députation contre Millerand, mais il est battu. Il siège à la commission administrative permanente du P.O.F., puis de la S.F.I.O. et au conseil d'administration de L'Humanité jusqu'à sa mort. Le 26 novembre 1911, Paul et Laura Lafargue se suicident dans leur maison de Draveil, « avant que, selon les termes du dernier message de Lafargue, l'impitoyable vieillesse ne fasse de moi une charge à moi et aux autres ».

—  Paul CLAUDEL

Écrit par :

Classification


Autres références

«  LAFARGUE PAUL (1842-1911)  » est également traité dans :

IGLESIAS Y POSSE PABLO (1850-1925)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 290 mots

Né dans une famille pauvre, Iglesias est mis en apprentissage très jeune dans une imprimerie. Ouvrier typographe, autodidacte, il s'affilie en 1868 à la section madrilène de la Ire Internationale ainsi qu'à l'Alliance de la démocratie sociale de Bakounine. En 1870, il collabore pour la première fois à un journal de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pablo-iglesias-y-posse/#i_16843

SOCIALISME - Histoire des mouvements socialistes (1870-1914)

  • Écrit par 
  • Daniel LIGOU
  •  • 8 058 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Péninsule Ibérique »  : […] La Ire Internationale avait été active surtout à Barcelone. Fin 1871, le gendre de Marx, Paul Lafargue, y introduisit le marxisme et détacha de l'organisation, devenue anarcho-syndicaliste, la Nouvelle Section de Madrid qui devint en 1879 le Parti socialiste ouvrier espagnol, à base essentiellement castillane et dont le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-des-mouvements-socialistes-socialisme/#i_16843

Pour citer l’article

Paul CLAUDEL, « LAFARGUE PAUL - (1842-1911) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-lafargue/