BÉNICHOU PAUL (1908-2001)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du prophète au poète maudit

L'étude du romantisme livre l'immense tableau historique, idéologique et littéraire d'une époque, et propose une interrogation sur la constitution d'un pouvoir spirituel laïque, la naissance et le rôle de l'intellectuel. Paul Bénichou a retracé la genèse de sa recherche : parti du projet d'une étude sur le pessimisme poétique postromantique, il a compris que ce pessimisme était le retournement des enthousiasmes et de la foi de la génération précédente. Au topos de l'opposition entre Baudelaire et Hugo, à la lucidité douloureuse qu'on attribue au premier pour disqualifier l'optimisme du second, il a substitué la démonstration d'une continuité, même si celle-ci s'accompagne d'une inversion de la mission du poète.

Le romantisme en France (et on mesure par là sa spécificité) répond à un besoin de société qui ne peut se comprendre que dans l'héritage de la philosophie des Lumières et de la Révolution française, et qui aboutit au culte de l'humanité. Le Sacre de l'écrivain montre, à son origine, l'importance des courants de la contre-révolution et le renouveau du sentiment religieux face au constat général de la disparition du monde ancien et à l'inquiétude qui l'accompagne. Le premier romantisme est issu des cercles royalistes, et les libéraux lui sont d'abord dans leur ensemble hostiles, mais l'affirmation est rapide de l'unité du mouvement et de la convergence des idées. Le thème du sacerdoce du poète va en assurer le ciment : face au discrédit qui frappe le philosophe et l'homme de lettres du xviiie siècle, retour doit être fait à la poésie et au sacré. Le poète sera le médiateur, le révélateur d'un univers avec lequel, seul, il communique encore par sa langue analogique, ce qui en fait tout à la fois l'héritier des temps primitifs et le prophète attendu. Son sacerdoce repose donc sur une conception du symbole et une théorie des correspondances qui, en dépit des différences et des infléchissements, se maintient des premiers romantiques jusqu'à Mallarmé, marquant l'irréductible lien de l'écriture poétique et des contenus de pensée. C'est aussi ce qui fait l'écart entre l'homme de doctrine et le poète, et la raison pour laquelle c'est le ministère de ce dernier que tout le xixe siècle appelle de ses vœux. Le Temps des prophètes montre la constance de ce thème dans l'ensemble de la littérature, quels que soient sa forme et son ancrage politique, l'esthétique apparaissant comme l'unique terrain possible pour susciter la conviction d'une foi nouvelle.

Les Mages romantiques étudient le déploiement du thème de la mission du poète chez les trois premiers grands romantiques – Lamartine, Vigny, Hugo. Paul Bénichou montre dans leurs œuvres l'alliance toujours maintenue entre le sacerdoce inspiré et l'attachement à la communication. Mais l'éloquence et la profondeur des vues suffisent-elles à autoriser un pouvoir spirituel ? Hugo l'a cru, il a pu proclamer des valeurs auxquelles notre époque continue d'adhérer ; il reste, en ce sens, notre contemporain. Cependant, avec la génération suivante (Sainte-Beuve, Nodier, Musset, Nerval, Gautier), celle qui fait l'objet de L'École du désenchantement, l'amertume l'emporte et le sacerdoce s'inverse, le pessimisme concernant tout autant l'idéal poétique que les perspectives politiques. Toujours souverain, le poète maudit l'est désormais dans la solitude, et l'on conçoit que Mallarmé puisse représenter l'ultime accomplissement de cette tendance, le point où la parole confine au silence et se livre dans une obscurité qui maintient le public à distance. Selon Mallarmé analyse l'exacerbation de ce qui a constitué le point de départ de la recherche de Paul Bénichou : le tourment et l'ennui de la génération de Baudelaire, qui doit faire du reste l'objet de son prochain livre. Mais si la volonté d'obscurité est chez Mallarmé incontestable, elle est une suite logique du désenchantement : la difficulté n'est donc pas refus de communiquer mais impossibilité d'écrire autrement sans déchoir. « En creusant le vers à ce point », Mallarmé a rencontré le Néant. Or cette rencontre, comme toute énigme qui utilise le langage, doit garder pour nous un sens déchiffrable. L'entreprise d'élucidation qui accompagne cette lecture de Mallarmé réalise au mieux ce qui constitue pour Paul Bénichou l'essence de la littérature, une communication intersubjective entre [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BÉNICHOU PAUL (1908-2001)  » est également traité dans :

INTELLECTUEL

  • Écrit par 
  • Jean Marie GOULEMOT
  •  • 9 432 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le temps des écrivains, des prophètes et des mages  »  : […] On est tenté de passer du philosophe du xviii e  siècle à l'intellectuel dreyfusard. Et pourtant le xix e  siècle n'est pas en ce domaine une période creuse. Il a servi lui aussi à constituer l'image moderne de l'intellectuel et à préparer son évolution. Sur le xix e  siècle plane l'ombre de la Révolution. En Angleterre, Edmund Burke, leur contemporain, voit dans les hommes des Lumières des fauteu […] Lire la suite

MORALISTES

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 2 456 mots

Dans le chapitre « Jansénistes ou libertins »  : […] Nous sommes sensibles aujourd'hui, après Nietzsche, à la rigueur de scalpel de la plume des moralistes, à leur « anatomie du cœur humain » (Préface des Maximes de La Rochefoucauld – ce terme « anatomie » apparaissant à L. Van Delft comme le plus capable de cerner la dimension novatrice de l'œuvre, au regard de l'anthropologie du temps), à leur manière de traquer les illusions, de faire tomber les […] Lire la suite

Pour citer l’article

Françoise COBLENCE, « BÉNICHOU PAUL - (1908-2001) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-benichou/