PARADOXE SUR LE COMÉDIEN (D. Diderot)Fiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« L'art de tout imiter »

Le Paradoxe sur le comédien, comme bien d'autres textes de Diderot, se présente sous la forme d'un dialogue entre deux interlocuteurs, le Premier et le Second, dont l'origine est une brochure sur l'art dramatique prétendument traduite de l'anglais, Garrick ou les acteurs anglais. Le « Premier », que plusieurs indices du texte nous invitent à identifier à Diderot – il se désigne nommément, évoque son œuvre ou des circonstances biographiques –, est « l'homme au paradoxe », voire, à la fin, « l'homme paradoxal ». Ce paradoxe, contraire à l'opinion commune et même, apparemment, à des thèses que Diderot développe ailleurs, consiste à poser que la qualité première du « grand comédien » est son absence de sensibilité : « Il me faut dans cet homme un spectateur froid et tranquille ; j'en exige, par conséquent, de la pénétration et nulle sensibilité, l'art de tout imiter ». La thèse posée, le dialogue se développe au gré des « raisons » encore mal « enchaîné(es) » du Premier et des objections du Second. Opposant le théâtre et le monde, l'homme au paradoxe soutient à la fois l'étanchéité de l'un à l'autre et la possibilité pour le théâtre d'« être vrai » à condition de ne pas « montrer les choses comme elles sont en nature » : le grand comédien, contrairement à l'homme sensible, est celui qui convertit la nature en art par la poursuite d'un « modèle idéal » qu'il ne peut atteindre que par l'abandon de son être propre. Une série d'exempla, souvent comiques, témoigne de la duplicité, de la virtuosité mais aussi du renoncement à soi des plus grands acteurs du siècle : Baron, la Clairon, Molé, Lekain, Garrick, Montménil. Toute la démonstration est fondée sur l'opposition de « l'homme sensible » et du « grand comédien », assimilé au génie, supérieur même au poète, mais aussi rapproché des plus hautes fonctions sociales, celles qui exigent distance et don d'observation. Et si le grand comédien ressemble au courtisan, c'est par sa capacité à être « tout » et « rien », à « se distraire de lui-même ». Par cette essentiell [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses, maître de conférences à l'université de Poitiers

Classification

Autres références

«  COMÉDIEN PARADOXE DU  » est également traité dans :

COMÉDIEN (PARADOXE DU)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 996 mots

Célèbre paradoxe (c'est-à-dire au sens indiqué par l'Encyclopédie : « proposition absurde en apparence, à cause qu'elle est contraire aux opinions reçues, et qui, néanmoins, est vraie au fond ») formulé par Diderot dans un dialogue posthume dont le titre exact est Paradoxe sur le comédien. L'un des deux interlocuteurs — qui est l'auteur — y pose l'insensibil […] Lire la suite

ACTEUR

  • Écrit par 
  • Dominique PAQUET
  •  • 6 796 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les figures du paradoxe »  : […] Si l'Église ne désarme pas, l'engouement pour les acteurs continue de se manifester au travers d'innovations et de polémiques qui traversent tout le siècle. L'imitation de la nature reste le référent obligé, à la fois de l'esthétique théâtrale et de celle de l'art de l'acteur. Mais cette mimésis change de signification : elle se tourne peu à peu vers plus de vérité, de naturalité, d'authenticité. […] Lire la suite

DIDEROT DENIS (1713-1784)

  • Écrit par 
  • Yvon BELAVAL
  •  • 6 376 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'esthétique »  : […] En ce que nous appelons l'esthétique, Diderot développe une théorie, et l'applique à ses œuvres ou à la critique des écrivains et des artistes. Quoique infléchie vers le matérialisme, la théorie, fidèle aux Anciens, recommande l' imitation des classiques et de la nature, mais annonce, par sa doctrine du génie, le passage du classicisme au romantisme. L'imitation présuppose un modèle. Un modèle idé […] Lire la suite

JEU (théâtre)

  • Écrit par 
  • Olivier NEVEUX
  •  • 1 361 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le corps de l'acteur »  : […] Il reste toutefois évident que dans son sens le plus courant, le jeu est assimilable au travail de l'acteur (et que le jeu soit aussi un travail n'est pas le moindre paradoxe) : il devient alors en partie synonyme de l'interprétation. Soumis à la répétition, encadré par des considérations techniques (diction, codes de jeu, appui textuel), il devient ainsi un métier, ce qui l'assimile tout à la fo […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La dramaturgie

  • Écrit par 
  • Christian BIET, 
  • Hélène KUNTZ
  •  • 12 310 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la vraisemblance au réalisme »  : […] À la suite de Diderot, Beaumarchais condamne les principes de la dramaturgie classique parce qu'ils menacent le plaisir du spectateur. Accompagnant son premier drame, Eugénie , d'un Essai sur le genre dramatique sérieux (1767), il reproche à la tragédie de ne plus toucher le public. Elle heurte le goût du xviii e  siècle parce qu'elle met en œuvre une vérité de convention, qui bannit toute référe […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Théâtre et sociétés

  • Écrit par 
  • Jean-Marie PRADIER
  •  • 9 668 mots

Dans le chapitre « De l'imitation à la performance »  : […] Le champ lexical consacré à ce que nous appelons, faute de mieux, les pratiques humaines spectaculaires organisées est singulièrement pauvre en français. Il n'est pas inutile de rappeler la connotation négative du théâtral dans notre langue, synonyme d'exagération comportementale, d'emphase, d'artificialité, de maniérisme, tandis que comédien est l'épithète réservée au simulateur : « Ne dit-on p […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Anouchka VASAK, « PARADOXE SUR LE COMÉDIEN (D. Diderot) - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/paradoxe-sur-le-comedien-livre-de-d-diderot/