PANÉTIUS DE RHODES (env. 180-env. 110 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Philosophe stoïcien grec, originaire de Rhodes, Panétius (ou Panaitios) fut le disciple de Diogène de Babylonie et d'Antipater de Tarse, puis le maître de Posidonius. Son œuvre est totalement perdue (fragments réunis par M. Van Straaten, Panaetii Rhodii Fragmenta, 1962) : elle comprenait notamment un traité Du devoir, que Cicéron a utilisé dans son De officiis. Panétius a exercé, avec l'historien Polybe, une grande influence sur les milieux politiques romains, notamment sur ce que l'on a appelé « le cercle des Scipions » : Scipion Émilien, Rutilius Rufus, Laelius, le poète Lucilius (sur ce milieu, cf. R. M. Brown, A Study of the Scipionic Circle, 1934). Il a fourni les justifications philosophiques au parti conservateur dans sa lutte contre le parti des réformes, groupé autour des Gracques (cf. I. Hadot, « Tradition stoïcienne et idées politiques au temps des Gracques », in Revue des études latines, t. XLVIII, 1970). Comme on le voit clairement par la casuistique développée au livre III du De officiis de Cicéron, Panétius, à la suite de Diogène de Babylonie, se livrait à une interprétation si déformante des dogmes fondamentaux du stoïcisme qu'il aboutissait concrètement à la négation des principes moraux du système. On a souvent présenté Panétius comme celui qui a fait triompher l'humanitas dans le stoïcisme (M. Pohlenz, Die Stoa, Göttingen, 1959, t. I), mais il s'agissait de l'humanité de l'homme aristocratique, et non de celle de l'homme universel.

—  Pierre HADOT

Écrit par :

Classification


Autres références

«  PANÉTIUS DE RHODES (env. 180-env. 110 av. J.-C.)  » est également traité dans :

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Rome et la pensée grecque

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 1 516 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les circonstances de la transmission »  : […] Dans l'ordre philosophique, les Romains auront été des traducteurs, avec tout ce que ce mot implique à la fois de dépendance à l'égard de l'original et de recours obligé à des choix, voire à des infléchissements parfois décisifs. C'est la dépendance qui paraît bien dominer jusqu'à l'époque cicéronienne, et ce d'autant plus que, si l'aristocratie romaine s'intéresse dès le ii e siècle avant J.-C. […] Lire la suite

STOÏCISME

  • Écrit par 
  • Jacques BRUNSCHWIG, 
  • Urs EGLI
  •  • 7 430 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le stoïcisme moyen et le stoïcisme impérial »  : […] Après Chrysippe, l'école fut successivement dirigée par Zénon de Tarse, puis par Diogène de Babylone (qui fut en 155, avec l'académicien Carnéade et le péripatéticien Critolaos, envoyé par Athènes en ambassade à Rome ; la philosophie grecque fit alors son entrée dans le monde latin), enfin par Antipater de Tarse. Ces philosophes eurent notamment à défendre le stoïcisme contre la polémique acérée […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre HADOT, « PANÉTIUS DE RHODES (env. 180-env. 110 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/panetius-de-rhodes/