PALÉOMAGNÉTISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Quelques outils du paléomagnétisme

Le champ magnétique terrestre évolue constamment en direction et en intensité. Sa première description mathématique par Gauss en 1830 a montré qu’il était à 90 p. 100 dominé par un dipôle dont l’axe est actuellement incliné d’environ 110 par rapport à l’axe de rotation terrestre. Les 10 p. 100 restants ont une structure complexe multipolaire. Toutefois, si l’on moyenne les variations du champ sur plusieurs milliers d’années, sa géométrie se résume simplement à celle d’un dipôle axial géocentré, c’est-à-dire dont l’axe est confondu avec l’axe de rotation terrestre. Dans cette configuration, les pôles magnétiques et géographiques sont alors confondus. C’est une caractéristique fondamentale du champ magnétique terrestre, qui permet notamment de comparer des directions et des inclinaisons du champ fossile mesurées dans des régions très éloignées. Il suffit de calculer une direction moyenne sur une période excédant quelques milliers d’années pour que cette dernière pointe en principe vers le nord géographique. Notons que, dans le cas de sédiments, l’effet de moyenne temporelle est souvent immédiat puisque, par exemple, un échantillon de 2 centimètres intègre deux mille ans de variations géomagnétiques s’il s’est accumulé à raison de 1 cm/1 000 ans. La direction vers laquelle pointe l’aimantation moyenne désigne le pôle géomagnétique virtuel (PGV). Ce dernier doit donc être confondu avec la position du pôle géographique. L’inclinaison du dipôle axial centré étant directement reliée à la latitude du site d’observation, la mesure de l’inclinaison permet de retrouver la latitude du site échantillonné. Si cette dernière ne correspond pas à la position actuelle, le site a migré en latitude. La déclinaison magnétique, qui mesure la déviation de la composante horizontale de l’aimantation par rapport à la direction du nord géographique, doit en principe être nulle puisque pôles magnétique et géographique sont confondus. La déviation de la déclinaison indique la rotation du site dans le plan horizontal. Ces informations rendent donc compte du dé [...]

Représentation de la déclinaison et de l’inclinaison magnétiques

Dessin : Représentation de la déclinaison et de l’inclinaison magnétiques

Dessin

La projection du vecteur champ magnétique dans le plan horizontal pointe vers le pôle magnétique dont la position diffère de celle du pôle géographique. L'angle entre les deux directions est la déclinaison magnétique. C'est simplement la déviation qu'indique la boussole en tout point du... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Aimantation thermorémanente des roches volcaniques

Aimantation thermorémanente des roches volcaniques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Magnétite 

Magnétite 
Crédits : V. Raduntsev/ Shutterstock

photographie

Aimantation « post-dépôt » des sédiments

Aimantation « post-dépôt » des sédiments
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Représentation de la déclinaison et de l’inclinaison magnétiques

Représentation de la déclinaison et de l’inclinaison magnétiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., Institut de physique du globe de Paris

Autres références

«  PALÉOMAGNÉTISME  » est également traité dans :

PREUVE PALÉOMAGNÉTIQUE POUR LA DÉRIVE DES CONTINENTS (S. K. Runcorn)

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 607 mots

Aumilieu du xxe siècle, en sciences de la Terre, alors que fixistes et mobilistes s'opposent, une découverte majeure va faire évoluer le débat : l'aimantation naturelle rémanente (A.N.R.) de certaines roches, ou aimantation fossile permanente. Le principe en est simple : certaines roches gardent en mémoire les caractéristiques (direction et latitude) […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • René BLANCHET, 
  • Jacques BOURGOIS, 
  • Jean-Louis MANSY, 
  • Bernard MERCIER DE LÉPINAY, 
  • Jean-François STEPHAN, 
  • Marc TARDY, 
  • Jean-Claude VICENTE
  •  • 24 173 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Les Amériques et les modèles d'orogenèses »  : […] Les Amériques fournissent donc des modèles d'orogenèses liées à la subduction, où elles sont exemplaires, et à l'obduction et à la collision, où elles apportent des compléments d'information. À cela s'ajoute la mise en évidence de puissantes translations longitudinales conduisant à des « collages » qui s'opposent aux « charriages » transversaux liés aux subductions et aux collisions. Le modèle or […] Lire la suite

DÉRIVE DES CONTINENTS

  • Écrit par 
  • John Tuzo WILSON
  • , Universalis
  •  • 3 387 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les formes actuelles du débat »  : […] En dépit de ces preuves rigoureuses que nous a livrées le fond des océans, et qui donnent vie à une nouvelle conception mobiliste, certains persistent à en contester la valeur et lui opposent des arguments qu'ils pensent être irréfutables. Les uns expliquent les phénomènes géotectoniques par les seuls mouvements verticaux. V. V. Beloussov et d'autres chercheurs soviétiques ont essayé d'expliquer l […] Lire la suite

JAPON (Le territoire et les hommes) - Géologie

  • Écrit par 
  • Michel FAURE
  •  • 3 965 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le problème de l'ouverture de la mer du Japon »  : […] Les études géophysiques montrent que la croûte de la mer du Japon, à l'exception de certaines régions (par exemple, la ride de Yamato), est de nature océanique. Mais les anomalies magnétiques ne permettent de préciser ni l'âge ni le mode d'ouverture de ce bassin. Selon les chercheurs, l'âge de l'ouverture varie entre le Crétacé supérieur (60 Ma) et le Miocène supérieur (10 Ma). Toutefois, on ad […] Lire la suite

MAGNÉTISME

  • Écrit par 
  • Damien GIGNOUX, 
  • Étienne de LACHEISSERIE, 
  • Louis NÉEL
  •  • 15 766 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Application du magnétisme des grains fins aux sciences de la Terre »  : […] Les roches qui composent la croûte terrestre contiennent des grains ferromagnétiques, généralement noyés dans une matrice peu ou pas du tout magnétique : ces roches ont donc pu enregistrer, au cours des ères géologiques, toute l'histoire magnétique de notre planète, exactement de la même façon que sont enregistrées sur un ruban ou un disque magnétique les variations du champ magnétique d'une tête […] Lire la suite

MAGNÉTISME (notions de base)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 3 752 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le géomagnétisme »  : […] Le globe terrestre est la source d’un champ magnétique qui est compris comme résultant du mouvement d’une masse de fer et de nickel liquide (de température très élevée) autour d’un noyau interne solide. Les courants électriques parcourant cette masse de fer lui font jouer le rôle d’une dynamo naturelle. Bien qu’il soit à peu près constant à l’échelle humaine, ce qui permet de se fier aux boussol […] Lire la suite

PALÉOGÉOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude RAGE
  •  • 4 974 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Reconstruire la paléogéographie »  : […] La reconstitution des géographies du passé fait appel à plusieurs méthodes et disciplines. À la suite des premières observations sur les concordances géométriques des côtes de part et d’autre d’un océan, sont intervenues celles des similitudes géologiques ou biologiques relevées sur des territoires séparés, similitudes qui permettent de supposer une connexion passée entre ces territoires. Après ce […] Lire la suite

STRATIGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Gilles Serge ODIN
  •  • 5 516 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Approches chronologiques »  : […] L'aspect chronologique de la stratigraphie est abordé par les approches lithologique, géochimique, paléomagnétique, paléontologique et géochronologique. Chacune se fonde sur des principes géologiques propres et dépend de facteurs externes et de facteurs locaux. L' approche lithologique considère la nature de la roche qui dépend des apports (facteur externe) et du milieu de dépôt (facteur local). […] Lire la suite

STRATIGRAPHIQUES CORRÉLATIONS

  • Écrit par 
  • Jean-Claude PLAZIAT
  •  • 904 mots

L'étude de l'histoire de la Terre enregistrée dans les strates sédimentaires (stratigraphie) repose sur deux démarches méthodologiques : celle qui établit un découpage chronologique aussi détaillé qu'il est possible et celle qui permet de relier les dépôts contemporains ou d'âge différent entre des sites plus ou moins éloignés. Les moyens de corrélation (géochronologiques, lithologiques, paléontol […] Lire la suite

SUBDUCTION

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN
  •  • 6 283 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Vitesse de subduction »  : […] La mesure de la vitesse de subduction a jusqu'à présent été indirecte. Elle résulte d'une analyse globale du mouvement des plaques, ce qui permet de définir des vitesses de convergence qui tiennent compte, à l'échelle du globe – supposé de dimension constante –, des ouvertures océaniques, mesurées grâce aux anomalies magnétiques du fond des océans, et du déplacement des continents, mesuré par le […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre VALET, « PALÉOMAGNÉTISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/paleomagnetisme/