OUSMAN DAN FODIO (1752 env.-1816)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Marata (Gobir) dans une famille peul très pieuse, Ousman (ou Othman) Dan Fodio fait des études coraniques, puis s'installe à Degel pour prêcher l'islam. Le sarkin (roi) du Gobir lui demande d'être le précepteur de ses enfants ; il s'ensuit de nombreuses conversions dans toute cette région. Mais le nouveau sarkin qui monte sur le trône en 1801 est tout à fait hostile à l'islam, il interdit toute propagande islamique et exige l'abjuration des convertis. L'ascétisme des nouveaux musulmans, en majorité peul, déplaît à la cour jouisseuse du souverain haoussa. Le sarkin Yunfa est décidé à faire disparaître Ousman Dan Fodio. Celui-ci proclame la djihād, la guerre sainte. Appuyé par les musulmans et par ses congénères peuls animistes, le shehu Ousman Dan Fodio conquiert les divers États haoussa, de 1804 à 1809 ; en 1809, outre les Haoussa, le Nupe et l'Adamaoua sont soumis au shehu ; seul le Bornou n'a pas été submergé. Cet empire peul a pour capitale Sokoto.

Si la ferveur des néophytes a joué un rôle certain dans la victoire, les Peuls ont été le fer de lance de l'armée du shehu. Éparpillés à travers tout le pays haoussa, ils ont triomphé grâce à la supériorité qu'ils devaient à leur mode de vie nomade. Mais ils ont aussi soulevé les paysans haoussa contre la tyrannie de leurs souverains. Ousman Dan Fodio se retire dès 1809 pour se consacrer à la vie purement religieuse ; son fils et son frère s'emploient à maintenir l'hégémonie peul sur les populations situées entre le Niger et l'Adamaoua ; mais ces territoires vont servir de réserve d'esclaves, et en 1885 ils passeront sous l'influence britannique.

—  Alfred FIERRO

Écrit par :

  • : archiviste-paléographe, conservateur à la Bibliothèque nationale

Classification


Autres références

«  OUSMAN DAN FODIO (1752 env.-1816)  » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Religions

  • Écrit par 
  • Marc PIAULT
  •  • 9 611 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La guerre sainte des Peul et des Toucouleur (XVIIIe-XIXe s.) »  : […] Les conquêtes musulmanes recommenceront seulement au xviii e  siècle. Dans le Fouta-Toro, les Toucouleur, liés aux confréries Qadriya et Tidjaniya du Maghreb et de Mauritanie, propagent activement la religion et convertissent les Wolof du Sénégal. Leurs voisins, les Peul, fondent à leur tour une confédération religieuse dans le Fouta-Djalon, et leur royaume du Macina échappe à la domination bam […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-noire-culture-et-societe-religions/#i_42009

BORNOU

  • Écrit par 
  • Martin VERLET
  •  • 2 598 mots

Dans le chapitre « Les guerres peules et la fin de la Sefuwa »  : […] Sous la conduite de Usman dan Fodio, les Peuls proclament la jihad . Dès 1805, ceux de la province occidentale se révoltent mais sont maîtrisés. En 1808, conduites par Gwoni Muktar, des troupes peules venues de Sokoto attaquent la capitale, Birni Ngazargamo, qui est mise à sac. Le maï Ahmed (1793-1810) s'enfuit vers l'est ; il est obligé de faire appel à un homme originaire du Kanem, réputé pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bornou/#i_42009

HAOUSSA ROYAUMES (XIVe-XVe s.)

  • Écrit par 
  • Alfred FIERRO
  •  • 505 mots

Quoique obscurcie par la légende, l'histoire des États haoussa, qui occupaient le nord-est du Nigeria actuel, est connue depuis le xii e  siècle. Il y aurait eu sept États « légitimes » (Biram, Daoura, Kano, Gobir, Katsena, Rano et Zaria) et sept États « bâtards », pays peut-être passés sous la domination haoussa. Mais c'est surtout à partir du xiv e  siècle que l'histoire haoussa paraît claire. L […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/haoussa-royaumes/#i_42009

NIGERIA

  • Écrit par 
  • Daniel C. BACH
  •  • 11 716 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « L'histoire précoloniale »  : […] De nombreux vestiges archéologiques témoignent de la richesse de l'histoire précoloniale du Nigeria, tant au nord qu'au sud. C'est à la civilisation de Nok que l'on doit les plus anciennes sculptures en terre cuite connues en Afrique subsaharienne . La culture de Nok aurait couvert une aire de quelque 500 kilomètres, au nord du confluent du Niger et de la Bénoué. Les objets découverts ont été daté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nigeria/#i_42009

PEULS, FULBE ou FULANIS

  • Écrit par 
  • Pierre Francis LACROIX
  •  • 2 317 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Origine et histoire »  : […] L'origine du noyau humain autour duquel s'est formée l'« ethnie » peule est vraisemblablement à chercher chez les « pasteurs à bovidés » du Sahara préhistorique, dont l'aspect et le genre de vie, tels qu'ils apparaissent dans les peintures rupestres du Tassili, évoquent étonnamment ceux des Peuls nomades d'aujourd'hui. Une longue période sépare les premières mentions des Peuls dans l'histoire de c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peuls-fulbe-fulanis/#i_42009

Pour citer l’article

Alfred FIERRO, « OUSMAN DAN FODIO (1752 env.-1816) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ousman-dan-fodio/