OUPEINPO (Ouvroir de peinture potentielle)

L'Oupeinpo est un groupe de travail dont le propos est d'inventer des « contraintes » destinées à féconder le « pein », c'est-à-dire la peinture et autres arts visuels ; la peinture y est potentielle en ce sens que les œuvres n'y existent qu'« en puissance ». Après une première tentative en 1964-1966, l'Oupeinpo est (re)créé le 12 décembre 1980, sous l'égide de François Le Lionnais, un des fondateurs de l'Oulipo pour la littérature, par Jacques Carelman et Thieri Foulc. D'autres artistes intègrent ensuite l'Oupeinpo : Aline Gagnaire, Jean Dewasne, Tristan Bastit, Jack Vanarsky, Olivier O. Olivier, Brian Reffin Smith, Guillaume Pô, George Orrimbe, Philippe Mouchès.

Abdelkader Zaaf, double portrait onomométrique, T. Foulc

Abdelkader Zaaf, double portrait onomométrique, T. Foulc

photographie

Thieri Foulc, Abdelkader Zaaf, double portrait onomométrique, in Formes cyclistes (2012) de Paul Fournel. Par leur rang dans l'alphabet, les lettres du prénom « Abdelkader » dictent les proportions du cycliste (en ordonnée) ; celles du nom « Zaaf », les proportions de la... 

Crédits : Thieri Foulc

Afficher

L'Ouvroir n'est pas un mouvement artistique. Son ouvrage consiste, non pas en œuvres achevées, mais en machines théoriques et en procédures qu'il nomme « contraintes », avec ce qu'il faut de dérision pour qu'on n'y voie pas des règles académiques. Les oupeinpiens ont le souci d'illustrer leurs contraintes par des exemples, de sorte que l'œuvre de l'Ouvroir se présente plutôt, pour chaque contrainte, en un binôme comportant énoncé et exemple(s), outre tout le potentiel qui en découle. On distingue deux grandes familles : les contraintes de procédure ou « obligations de moyens », et les contraintes de forme ou « obligations de résultat ».

Parmi les contraintes de procédure, certaines agissent sur le peintre ou son matériel. Dans la pictée, Olivier O. Olivier « dicte » une peinture classique à une assistance : direction des lignes, types de forme, couleurs, sans rien dire du sujet, et l'on observe le résultat. D'autres contraintes de procédure s'appliquent à un matériau initial, input, qu'une méthode – la contrainte – va transformer, de façon plus ou moins directe, en un output. Pour la transposition tactile, Jacques Carelman a traité le Guernica de Picasso. Ayant étalonné les valeurs de gris de cette œuvre en camaïeu, il leur a fait correspondre les valeurs granulométriques d'une série de papiers de verre, obtenant un Guernica « à toucher », pour aveugles. Le vocalocolorisme de George Orrimbe consiste à traiter un texte selon un code couleur issu [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  OUPEINPO (Ouvroir de peinture potentielle)  » est également traité dans :

CARELMAN JACQUES (1929-2012)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 542 mots

oulipiennes à base mathématiques appliquées aux arts visuels, Jacques Carelman, membre fondateur de l'Ouvroir de peinture potentielle (OuPeinPo) en 1980, conçoit la peinture à symétrie variable, le collage chronologique, les dominos oupeinpiens, la peinture au quart de tour (La Rose des Têtes, un tableau représentant un nouveau […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-carelman/#i_54826

OLIVIER OLIVIER O. (1931-2011)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 235 mots

pataphysique, où il occupera le poste de régent d'onirographie, et adhère en 1999 à l'Oupeinpo (Ouvroir de peinture potentielle), association parente de l'Oulipo, où les peintres s'imposent des contraintes de création pour inventer de nouvelles formes. Il rejoint en 1963 le groupe Panique, fondé par Roland […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/olivier-o-olivier/#i_54826

Pour citer l’article

Thieri FOULC, « OUPEINPO (Ouvroir de peinture potentielle) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 octobre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/oupeinpo/