OSSÈTES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Langue

Le premier texte ossète date de 1798 et fut imprimé en caractères cyrilliques à Moscou. Dès le début du xixe siècle, d'autres textes religieux furent traduits en ossète : les Évangiles, les Épîtres, les Psaumes, etc., écrits d'abord à l'aide de l'écriture géorgienne, puis en écriture russe introduite dans une description linguistique de l'ossète en 1844 et en 1862, et, enfin, depuis 1924, en écriture latine rendue officielle et complétée par des signes diacritiques.

La langue ossète se divise en deux dialectes principaux. L'iron, ou dialecte oriental, est parlé par les tribus des Allaghirs dans les vallées du fleuve Ardon et de ses affluents, des Kurtates dans les gorges du Saudon et du Fiagdon, et des Tagaures dans la vallée du Giseldon. Le dialecte iron, qui est le plus important des deux dialectes ossètes pour le nombre de personnes qui le parlent et aussi parce que la langue officielle et littéraire est basée sur le dialecte parlé par les Tagaures, comprend une subdivision méridionale, le dialecte toual parlé par les Touales (ossète : Tvaltæ). Le nom de toual est utilisé par les Ossètes du Nord pour désigner leurs parents du Sud et n'est qu'une adaptation du nom de district géorgien Dvaleti. L'ossète occidental, ou digor, est parlé dans le bassin du fleuve Ouroukh et dans le district de Mozdok sur le Terek. Enfin, dans quelques villages existent des formes intermédiaires, ainsi à Galiatæ et à Kamuntæ. Ces différents dialectes sont caractérisés essentiellement par leur phonologie, ainsi, « miel » se dit mud en digor et mid en iron ; « pont », xed en digor et xîd en iron ; « jeune fille », k'izgœ en digor et cizg en iron.

Les genres grammaticaux ont cessé d'être indiqués avec la chute des éléments terminaux qui les marquaient. En cas de nécessité, on préfixe, selon les cas, un mot qui signifie « mâle » ou un mot dont le sens est « femelle ». Les anciennes déclinaisons se sont perdues par la chute des éléments finals de mots et sont donc confondues en ossète, où la forme normale du substantif représente simplement l'ancien thème. Le pluriel se distingue du si [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : docteur en philosophie et lettres, professeur ordinaire à l'université de Louvain

Classification

Autres références

«  OSSÈTES  » est également traité dans :

GÉORGIE

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET, 
  • Régis GAYRAUD, 
  • David Marshall LANG, 
  • Kalistrat SALIA
  • , Universalis
  •  • 15 748 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « De la dissidence à l'indépendance »  : […] Les turbulences de la perestroïka n'épargnent pas la Géorgie. En octobre 1987, des intellectuels nationalistes fondent l'association Ilya-Chavtchavadzé et organisent, pour la première fois depuis la soviétisation du pays, une manifestation célébrant le soixante-dixième anniversaire de l'indépendance. D'autres nationalistes fondent le Parti national démocratique. Ainsi, dès l'origine, l'opposition […] Lire la suite

KARATCHAÏ

  • Écrit par 
  • Emmanuel ZAKHOS-PAPAZAKHARIOU
  •  • 577 mots

Jusqu'à la révolution d'Octobre, les Karatchaï habitaient la Karatchaïlie, une partie de la région de Batal-Pachin, délimitée par les hauteurs du Kouban. En 1943, les Karatchaï sont déportés en masse avec d'autres peuples caucasiens sur ordre de Staline. Ils sont autorisés à rentrer chez eux en 1957. La plupart des Karatchaï habitent les régions de Karatchaïevsk et de Malo-Karatchaïevsk, dans la […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-24 octobre 2008 Géorgie – Russie. Retrait des troupes russes

ossètes et abkhazes alliés de Tbilissi. Le 24, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, rappelle aux observateurs européens que leur mission consiste à protéger l'Ossétie du Sud et l'Abkhazie de « nouvelles provocations » de la part de la Géorgie.  […] Lire la suite

7-26 août 2008 Géorgie – Russie. Offensive militaire géorgienne contre l'Ossétie du Sud et riposte russe

sud-ossètes et russes pour le contrôle de Tskhinvali, la capitale de la république séparatiste. Le président sud-ossète, Edouard Kokoïty, annonce la mort de « plus de mille quatre cents civils » dans l'offensive géorgienne; des milliers d'autres fuient les combats. Tandis que l'O.T.A.N., qui doit examiner la candidature de la Géorgie en décembre, prône […] Lire la suite

1er-22 septembre 2004 Russie. Prise d'otages à Beslan et renforcement des pouvoirs

ossètes, d'autres le retrait des troupes russes de Tchétchénie. Le 3, des explosions retentissent dans l'école, suivies de fusillades. Les forces spéciales donnent l'assaut avec l'appui de chars. Des otages tentent de fuir ou sont évacués au milieu des combats qui durent près de 3 heures. Les secours s'avèrent insuffisants et désorganisés. Selon les […] Lire la suite

11-19 août 2004 Géorgie. Regain de tension en Ossétie du Sud

ossètes. Le 19, l'armée géorgienne lance une attaque en Ossétie du Sud. À l'issue des combats qui font plusieurs morts de part et d'autre, elle conquiert des positions autour de la capitale régionale, Tskhinvali, qu'elle cède ensuite aux forces de maintien de la paix.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Guy JUCQUOIS, « OSSÈTES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ossetes/