OSSÈTES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le nom « ossète » n'est que la francisation de la forme russe osetin, qui n'est elle-même qu'une transposition du géorgien ovs-et-i, « pays des Os ». À son tour, l'ethnique géorgien renvoie au nom de peuple Ās, dont il n'est que la prononciation locale. On désignait jadis, en région de langue slave, ce peuple du nom de Jasij, qui n'est également que la forme russifiée du même ethnique. Les Ossètes s'appellent eux-mêmes Ir, forme dérivant de Arî, et appellent leur pays Iron, forme correspondant à l'ancienne Ariana.

La langue ossète, qui se rattache au groupe iranien de la famille indo-européenne, est la seule survivance des parlers scythes et sarmates, pratiqués durant l'Antiquité dans la Russie méridionale et qui nous sont connus, de manière très imparfaite, par les noms propres conservés dans les inscriptions grecques découvertes principalement au nord de la mer Noire, par des emprunts d'autres langues telles que le mordve ou le hongrois, par des inscriptions trouvées sur le Don (Tichaja Sosna) et auxquelles se sont intéressés en particulier V. Abaev et L. Zgusta.

Le pays des Ossètes

Les territoires ossètes ont été jadis plus étendus qu'ils ne le sont actuellement, à en juger d'après les hydronymes et notamment ceux qui comportent l'élément don, « fleuve » (ainsi Saudon, de l'ossète saudon, « fleuve noir »), d'après d'autres toponymes ou des emprunts de langues caucasiennes. Actuellement, l'Ossétie est divisée politiquement et administrativement en deux parties recouvrant à peu près les divisions dialectales. Au nord-est, la république autonome d'Ossétie du Nord, d'abord érigée en Territoire autonome en 1924, devint une république autonome en 1936, faisant partie de l'actuelle Fédération de Russie, tandis que la Région autonome du Sud, créée en 1922, fut rattachée à la république socialiste soviétique de Géorgie. Elle s'est proclamée indépendante unilatéralement en décembre 1991, au moment de la disparition de l'U.R.S.S. et demande depuis lors son rattachement à la Russie. Au début du xxie siècle, la langue ossète est parlée p [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : docteur en philosophie et lettres, professeur ordinaire à l'université de Louvain

Classification

Autres références

«  OSSÈTES  » est également traité dans :

GÉORGIE

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET, 
  • Régis GAYRAUD, 
  • David Marshall LANG, 
  • Kalistrat SALIA
  • , Universalis
  •  • 15 746 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « De la dissidence à l'indépendance »  : […] Les turbulences de la perestroïka n'épargnent pas la Géorgie. En octobre 1987, des intellectuels nationalistes fondent l'association Ilya-Chavtchavadzé et organisent, pour la première fois depuis la soviétisation du pays, une manifestation célébrant le soixante-dixième anniversaire de l'indépendance. D'autres nationalistes fondent le Parti national démocratique. Ainsi, dès l'origine, l'opposition […] Lire la suite

KARATCHAÏ

  • Écrit par 
  • Emmanuel ZAKHOS-PAPAZAKHARIOU
  •  • 577 mots

Jusqu'à la révolution d'Octobre, les Karatchaï habitaient la Karatchaïlie, une partie de la région de Batal-Pachin, délimitée par les hauteurs du Kouban. En 1943, les Karatchaï sont déportés en masse avec d'autres peuples caucasiens sur ordre de Staline. Ils sont autorisés à rentrer chez eux en 1957. La plupart des Karatchaï habitent les régions de Karatchaïevsk et de Malo-Karatchaïevsk, dans la […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

Géorgie – Russie. Retrait des troupes russes. 1er-24 octobre 2008

exige d'élever les représentants de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie – dont il a reconnu l'indépendance en août – au rang de délégations étatiques, ce que refusent les Géorgiens. Ces derniers tentent en vain, de leur côté, d'imposer dans les discussions des représentants ossètes et abkhazes alliés […] Lire la suite

Géorgie – Russie. Offensive militaire géorgienne contre l'Ossétie du Sud et riposte russe. 7-26 août 2008

, y engage une « opération de maintien de la paix destinée à protéger les civils », tandis que son aviation bombarde divers objectifs en Géorgie. Des combats opposent l'armée géorgienne aux troupes sud-ossètes et russes pour le contrôle de Tskhinvali, la capitale de la république séparatiste […] Lire la suite

Russie. Prise d'otages à Beslan et renforcement des pouvoirs. 1er-22 septembre 2004

des ravisseurs ne sont pas rendues publiques: certaines sources citent la libération de prisonniers ossètes, d'autres le retrait des troupes russes de Tchétchénie. Le 3, des explosions retentissent dans l'école, suivies de fusillades. Les forces spéciales donnent l'assaut avec l'appui de chars […] Lire la suite

Géorgie. Regain de tension en Ossétie du Sud. 11-19 août 2004

, depuis 1992, aux forces de maintien de la paix en Ossétie aux côtés des troupes géorgiennes et ossètes. Le 19, l'armée géorgienne lance une attaque en Ossétie du Sud. À l'issue des combats qui font plusieurs morts de part et d'autre, elle conquiert des positions autour de la capitale régionale, Tskhinvali, qu'elle cède ensuite aux forces de maintien de la paix. […] Lire la suite

Géorgie – Russie. Signature d'un traité d'amitié et de coopération. 3 février 1994

avant le règlement des conflits entre Tbilissi et l'Abkhazie d'une part, l'Ossétie du Sud d'autre part, en raison du soutien accordé par l'armée et nombre de députés russes aux revendications abkhazes et ossètes. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Guy JUCQUOIS, « OSSÈTES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ossetes/