ORDALIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dérivé du vieil anglais ordal (allemand moderne Urtheil) qui signifie « jugement », le mot « ordalie » désigne le « jugement de Dieu ». Toutes les religions connues laissent au surnaturel le soin de décider du crime et de l'innocence, notamment par l'épreuve du cercueil : le cadavre de la victime, confronté à l'assassin présumé, accuse, les plaies saignent, la tête bouge, etc. Les plus célèbres épreuves dans l'aire indo-européenne, les plus propres sans doute à frapper les imaginations, sont celles du feu et de l'eau : par exemple, porter un fer rougi sur un endroit du corps ; plonger dans un lac, la main gauche liée au pied droit et la main droite liée au pied gauche (le coupable surnage, l'innocent coule — quoique, en certaines régions, il semble que ce fût l'inverse !)... Elles prolongent plus ou moins la pratique traditionnelle du serment, forme de justification qui n'engageait pas seulement devant les hommes, et qui est susceptible de sanctions divines : les « sorts ». Le christianisme, qui adopta la plupart des ordalies, ne manqua pas d'ailleurs d'en ajouter quelques-unes : serments sur les reliques des saints, sur l'eucharistie, sur les tombes des martyrs (ainsi saint Pancrace à Rome), etc. L'attitude des autorités ecclésiastiques leur est largement favorable au Moyen Âge : l'opposition théologique d'Agobard (ixe s.), archevêque de Lyon, fait figure d'exception, alors que l'obligation du jugement de Dieu, faite par le concile de Reims (1119), en présence du pape Calixte II, à tout accusé n'appartenant pas à l'ordre militaire, semble au contraire être la norme. Il faut attendre le douzième concile œcuménique, le quatrième du Latran, en 1215, pour que toute bénédiction ou consécration à l'occasion de ces jugements soient interdites aux clercs. C'est là une claire conséquence du refus des « jugements de sang » (dont témoignaient déjà les réticences particulières à l'une des ordalies, le duel judiciaire), puisque la prohibition des ordalies accompagne celle de toute « sentence de mort » (canon 18). Elle entérine aussi l'évolution des juristes, conduits à distinguer la purgatio vulgaris et la purgatio canonica. Exclure les ordalies des juridictions ecclésiastiques n'engageait donc pas leur condamnation dans l'usage et les juridictions civiles. Mais leur discrédit moral allait entraîner leur interdiction officielle (par Louis IX, en France, et par Henri III, en Angleterre).

—  François TRÉMOLIÈRES

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ORDALIE  » est également traité dans :

JUSTICE SEIGNEURIALE

  • Écrit par 
  • Frédéric BLUCHE
  •  • 745 mots

La justice seigneuriale proprement dite apparaît avec la seigneurie banale à la fin du x e siècle. Elle dérive de la justice publique franque et de la délégation aux comtes, à l'époque carolingienne, de pouvoirs judiciaires étendus. Elle constitue au Moyen Âge la prérogative politique par excellence, fondement et instrument du pouvoir des seigneurs. Sa compétence recouvre toutes les causes nées s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/justice-seigneuriale/#i_5508

SAVONAROLE JÉRÔME (1452-1498)

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 2 079 mots

Dans le chapitre « La crise »  : […] Le fond même de la pensée du nouveau maître de Florence n'a rien de scandaleux. Mais ses outrances de langage écartent de lui les plus sages, cependant que ses propos et ses actes constituent un danger pour les puissances en place. La société n'est guère portée à suivre les voies du puritanisme mystique au-delà de cette période de tension que soutient la prédication de Savonarole. Quant à la commu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jerome-savonarole/#i_5508

TORTURE

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 3 441 mots

Dans le chapitre « La torture antique »  : […] La tradition législative romaine ne pouvait pas ne pas se pencher sur cet individu si particulier qu'est l'esclave. Produit des guerres, mais parfois de véritables razzias destinées à fournir de la main-d'œuvre à l'agriculture, objet que l'on achète et que l'on vend, l'esclave n'a aucune existence juridique, excepté s'il est volé ou s'il disparaît. Aussi ne peut-il être cité à titre de témoin dan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/torture/#i_5508

Pour citer l’article

François TRÉMOLIÈRES, « ORDALIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ordalie/