OMSK

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Capitale de la région homonyme de Russie (139 700 km2, près de 2 100 000 hab. ), la ville d'Omsk comptait 1 134 800 habitants en 2007.

Créée en 1716, en qualité de forteresse sur la rive droite de l'Irtych à la confluence de l'Om, et dotée du statut de ville en 1782, elle végéta tant que ne fut pas entreprise la colonisation rurale, puis l'industrialisation de la Sibérie méridionale. C'est la mise en service du Transsibérien en 1895 qui est à l'origine de l'essor de sa ville : sa population tripla entre 1897, date à laquelle Omsk ne rassemblait que 37 000 habitants, et 1914 ; l'essor démographique s'est poursuivi tout au long de l'ère soviétique, le nombre des habitants étant passé de 162 000 en 1926 à 289 000 en 1939, à 581 000 en 1959, à 821 000 en 1970, à 1 169 000 en 1992...

C'est que la ville d'Omsk est remarquablement bien située au cœur d'une région agricole riche, sur le grand axe de communication transsibérien, à mi-chemin entre l'Oural et le bassin du Kouznetsk, au point où la voie ferrée et plusieurs oléoducs franchissent l'Irtych. Les activités industrielles sont fort variées : industries agroalimentaires, mécaniques, construction de machines et de tracteurs agricoles, raffinage du pétrole et pétrochimie, matières plastiques, électronique, transformation du bois. Cette ville, outre sa fonction de relation et sa puissance industrielle, a un rôle intellectuel important (nombreux établissements d'enseignement supérieur et instituts de recherche, bibliothèques, musées, théâtres...). Omsk est le siège du géant des hydrocarbures Gazprom.

—  Pierre CARRIÈRE

Écrit par :

Classification


Autres références

«  OMSK  » est également traité dans :

KAZAKHSTAN

  • Écrit par 
  • Isabelle OHAYON, 
  • Arnaud RUFFIER, 
  • Denis SINOR, 
  • Julien THOREZ
  • , Universalis
  •  • 8 815 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Souverainetés russe et soviétique »  : […] Les revers essuyés par les Kazakhs aux prises avec les Oirats retardèrent sans aucun doute l'émergence d'un État kazakh unifié et firent même décliner le niveau général de la vie culturelle. Ils rendirent également les Kazakhs moins capables encore de résister aux empiètements de la Russie depuis le nord. La progression vers la steppe kazakhe débuta par la construction d'une ligne de forts –  Omsk […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kazakhstan/#i_39211

KOLTCHAK ALEXANDRE VASSILIEVITCH (1873-1920)

  • Écrit par 
  • Alexandre BENNIGSEN
  •  • 607 mots
  •  • 2 médias

Fils d'un ingénieur militaire de la marine, issu d'une petite noblesse d'Ukraine d'origine turque, où l'on est officier de marine de père en fils, Alexandre Vassilievitch Koltchak entre à quinze ans à l'Académie navale. C'est un savant océanographe spécialiste de l'Arctique et brillant officier de marine ; il prend part à l'expédition dans l'archipel de la Nouvelle-Sibérie (1900-1903). En 1904, il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-vassilievitch-koltchak/#i_39211

SIBÉRIE

  • Écrit par 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Pascal MARCHAND, 
  • Guy MENNESSIER
  •  • 14 138 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La dualité de la Sibérie occidentale »  : […] La Sibérie occidentale correspond au bassin de l'Ob, qui juxtapose deux situations antinomiques. Au sud, l'interfluve Ob-Aral est occupé par la steppe boisée, qui recouvre des tchernoziums dégradés par l'humidité insuffisante. Parcourue par le Transsibérien, cette zone est vouée à l'agriculture mécanisée. À la lisière des déserts d'Asie centrale, le principal aléa auquel elle est soumise est la sé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/siberie/#i_39211

Pour citer l’article

Pierre CARRIÈRE, « OMSK », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/omsk/