Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

OMBELLALES

Les Ombellales sont un ordre d' Angiospermes dicotylédones présentant une architecture florale caractéristique. La diversité au sein de l'ordre dépend de variables mineures : d'une part, de différences dans les formes et le nombre des pièces florales, qui n'altèrent pas l'architecture originale de la fleur ; d'autre part, des modalités du groupement des fleurs en inflorescences : inflorescences variées chez les Ombellales primitives, mais qui se précisent, dans la grande majorité de l'ordre, sur le thème de l'ombelle, perfectionnée jusqu'à réaliser des ensembles hautement coordonnés ; elle dépend, enfin, des caractères de l'appareil végétatif. Comme dans la plupart des ordres de Dicotylédones, les Ombellales primitives, confinées dans les pays tropicaux, sont des arbres et les plus évoluées, surtout répandues dans les régions tempérées et froides, des herbes vivaces et annuelles.

Fleurs et inflorescences

Organisation florale - crédits : Encyclopædia Universalis France

Organisation florale

La fleur des Ombellales, petite, est organisée autour d'un pistil inferovarié (épigynie) formé de plusieurs carpelles soudés au moins dans leur partie ovarienne (généralement deux carpelles, mais aussi trois, quatre, cinq ou d'autres nombres dans les genres primitifs, dont les caractères ne sont pas encore fixés). L'ovaire comprend autant de loges que de carpelles et chaque loge contient un ovule anatrope pendant se transformant, après fécondation, en une graine abondamment albuminée. Le toit de l'ovaire constitue un plateau ou un dôme nectarifère (disque) au centre duquel se dressent les styles, courts, généralement libres et divergents. Autour de ce disque sont insérées des étamines (généralement quatre ou cinq, éventuellement d'autres nombres dans les genres primitifs), des pétales de petite taille (ordinairement quatre ou cinq, en alternance avec les étamines, exceptionnellement d'autres nombres dans les genres primitifs). Le calice est réduit à un bourrelet entourant le plafond ovarien et portant, généralement, des pointes minuscules, alternées avec les pétales et représentant des sépales. Ces petites fleurs, disposées, chez les genres primitifs de l'ordre, en inflorescences de types variés, tendent à se condenser en un même système simple, l'ombelle : les fleurs sont attachées ensemble, sur la tige florifère, en un point à partir duquel leurs pédoncules rayonnent, tandis que des bractées forment, autour des rayons floraux, une couronne appelée involucre. L'ombelle existe chez des plantes appartenant à d'autres ordres ; mais, chez la grande majorité des Ombellales, l'inflorescence en ombelle est tellement constante qu'elle a donné son nom à l'ordre tout entier.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Organisation florale - crédits : Encyclopædia Universalis France

Organisation florale

Daucacées : fruits - crédits : Encyclopædia Universalis France

Daucacées : fruits

Panicaut améthyste - crédits : Alex Lomas/ Flickr ; CC 2.0

Panicaut améthyste

Autres références

  • CIGUË

    • Écrit par Pierre LIEUTAGHI
    • 736 mots
    • 1 média

    Prototype de la plante vénéneuse, non seulement dans une famille ambiguë où les meilleures condimentaires et des potagères de première importance ont souvent leurs sosies toxiques, mais aussi dans toute l'étendue de la flore d'Europe, la grande ciguë (Conium maculatum L....

Voir aussi