WILLIAMSON OLIVER E. (1932-2020)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L’Américain Oliver Williamson a sans aucun doute été un des économistes les plus influents de sa génération, cette influence débordant largement sur les sciences de gestion, le droit et les sciences politiques – d'où l'intérêt porté par les décideurs économiques et politiques à ses théories.

Oliver Williamson naît en 1932 à Superior, une petite ville du Wisconsin. De famille modeste – ses parents enseignent dans une école voisine –, il fréquente l'école publique locale et, sur les conseils de son professeur de physique, prépare l'entrée au Massachusetts Institute of Technology (MIT). Il y est admis et obtient un diplôme d'ingénieur. Embauché par le gouvernement fédéral américain comme ingénieur de projets, il voyage beaucoup à l'étranger et fait un va-et-vient constant entre l'administration publique et des entreprises privées. Cette confrontation à des organisations obéissant à des logiques différentes l'incite à entreprendre un doctorat en gestion. À Stanford, il découvre l'économie, en particulier grâce à Kenneth Arrow ; puis il rejoint le groupe exceptionnel de chercheurs rassemblés autour de Herbert Simon à Carnegie-Mellon. Il y termine brillamment, en 1963, une thèse sur le rôle des managers dans les performances des entreprises. Après un bref passage à Berkeley, à la Rand Corporation, puis à l'université de Pennsylvanie, institutions qui le mettent en contact avec des économistes de premier plan et l'amènent à travailler sur les problèmes d'organisation industrielle et de droits de propriété, il sert à nouveau le gouvernement américain, mais cette fois comme économiste, à la division Antitrust. Là, il acquiert une connaissance étendue des problèmes d'intégration verticale, de franchise, de pratiques de prix restrictives ; il participe à l'élaboration de normes concernant les fusions-acquisitions, en particulier dans le secteur des assurances ; et il approfondit sa compréhension des travaux de Chandler et Coase qui, avec ceux d'Arrow et Simon, constituent le limon intellectuel dont il va se nourrir. Il quitte finalement l'administration publique pour se consacrer pleinement à la recherche et à l'enseignement, d'abord à l'université de Pennsylvanie dans les années 1970, puis à Yale à partir de 1983 et à Berkeley à partir de 1989, tout en continuant à être consulté régulièrement comme expert en matière de politique de la concurrence.

La contribution majeure de Williamson concerne ce qu'il est convenu d'appeler « l'économie des coûts de transaction ». L'idée de départ, inspirée de John Commons et surtout de Ronald Coase, est relativement simple. Si on accepte avec Adam Smith que la division du travail constitue, avec le progrès technologique, la source décisive de « la richesse des nations », alors la théorie économique doit identifier et expliquer les modalités permettant de tirer parti de cette division du travail. Comment peut-on notamment organiser efficacement les transactions, c'est-à-dire les transferts de biens et de services entre des unités technologiquement séparables ?

Longtemps, les économistes ont concentré l'essentiel de leur attention sur une modalité de transaction particulière, quoique fondamentale : le marché. Mais il existe d'autres modalités : ainsi, l'entreprise, qui structure l'activité de production en gérant « en interne » une partie importante des transactions.

Or tout mode d'organisation des transactions a un coût, y compris le marché. Un problème d'arbitrage va donc se poser. Dans une économie soumise à la concurrence, quelle forme choisir pour réduire ces coûts de transaction ? Une solution « efficace » consiste à choisir le mode organisationnel qui correspond le mieux aux caractéristiques des transactions à assurer. Williamson a traduit ces idées dans Markets and Hierarchies (1975).

Cette réflexion a conduit Williamson à développer, entre autres, une théorie des contrats, sous-tendue par l'hypothèse qu'il existe des arrangements contractuels différenciés pour répondre aux besoins distincts des divers modes organisationnels. Or ces mécanismes qui organisent les transactions sont profondément encastrés dans un environnement institutionnel. Par exemple, les contrats s'inscrivent dans des systèmes juridiques s'ils sont formels, dans des systèmes coutumiers s'ils sont tacites. Les coûts de transaction vont donc varier en fonction du degré d'adéquation des institutions [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur de sciences économiques à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  WILLIAMSON OLIVER E. (1932-2020)  » est également traité dans :

MARKET AND HIERARCHIES. ANALYSIS AND ANTITRUST IMPLICATIONS, Oliver E. Williamson - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Carine STAROPOLI
  •  • 1 178 mots
  •  • 1 média

Lorsqu'il publie, en 1975, son premier ouvrage, Market and Hierarchies, Oliver Williamson (né en 1932) a déjà un riche parcours. Après des études d'ingénieur au M.I.T., il s'est orienté vers la gestion, d'abord à Stanford auprès de Kenneth Arrow, puis à Carnegie-Mellon auprès d'Herbert Simon pour étudier le comportement managérial dans la firme. Un passage à la division […] Lire la suite

COÛTS DE TRANSACTION

  • Écrit par 
  • Claude MÉNARD
  •  • 5 298 mots

Dans le chapitre «  Historique »  : […] L'article de Ronald Coase (1937) constitue la pièce fondatrice de l'économie des coûts de transaction, bien qu'un autre auteur, l'économiste américain John Commons, ait presque simultanément mis au centre de sa réflexion le concept de transaction, mais dans un tout autre contexte, celui d'une analyse systémique. L'analyse initiale de Coase porte sur « la nature de la firme » et, plus précisément, […] Lire la suite

DISTRIBUTION, économie

  • Écrit par 
  • Marc FILSER
  •  • 6 979 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le choix de l'organisation du canal »  : […] Le fonctionnement du canal consiste en un ensemble de transactions entre ses membres. La réalisation de ces transactions est une source de coûts spécifiques : coût de la collecte d'informations, coût de la conduite de la négociation, coûts engagés pour contrôler la performance des partenaires). L'objectif des membres du canal est donc de chercher l'organisation de leurs relations qui minimise ces […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Jérôme de BOYER
  •  • 8 720 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Coûts de transaction, incertitude, asymétries d'information... »  : […] L'introduction de nouvelles notions, telles que les coûts de transaction, l'incertitude, l'acquisition et les asymétries d'information, modifie nombre des a priori de l'analyse néo-classique. Ainsi Frank Knight (1921, Risk, Uncertainty and Profit ) explique que si les salariés choisissent d'être dans un rapport de subordination à l'égard de l'entrepreneur, c'est en vue de lui transférer les risque […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Néo-institutionnalisme

  • Écrit par 
  • Claude MÉNARD
  •  • 1 810 mots
  •  • 1 média

Le néo-institutionnalisme se développe essentiellement depuis les années 1980, sur la base des travaux fondateurs plus anciens de Ronald Coase sur la théorie de l'entreprise ( The Nature of the Firm , 1937) et le problème des coûts sociaux ( The Problem of Social Cost , 1960), de Douglass North sur les conditions institutionnelles de la croissance ( Structure and Change in Economic History , 19 […] Lire la suite

ENTREPRISE - Théories et représentations

  • Écrit par 
  • Gérard CHARREAUX
  •  • 6 342 mots

Dans le chapitre « La théorie des coûts de transaction »  : […] La théorie des coûts de transaction voit dans la firme un mode de réduction des coûts de coordination et de lutte contre l'opportunisme. Elle trouve son origine dans les travaux de Ronald Coase (1937) qui pose la question suivante : pourquoi, dans le monde réel, contrairement au modèle néo-classique, les marchés n'assurent-ils pas la coordination de l'ensemble des activités économiques ? Autremen […] Lire la suite

FUSIONS-ACQUISITIONS

  • Écrit par 
  • Patricia CHARLÉTY, 
  • Saïd SOUAM
  •  • 9 406 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Incidences des fusions horizontales »  : […] Une fusion horizontale combine souvent économies d'échelle et augmentation du pouvoir de marché. L'intégration des ressources productives de plusieurs entreprises permet de produire une même quantité avec moins de facteurs de production et bénéficie à la collectivité. Toutefois, une fusion entraîne de facto la réduction du nombre d'entreprises sur un marché et facilite la création ou le renforcem […] Lire la suite

LAW AND ECONOMICS

  • Écrit par 
  • Jean-Bernard AUBY
  •  • 1 086 mots

Ce que l'on désigne sous l'appellation de « Law & Economics » est un appareil théorique provenant de la science économique, et qui a développé des outils conceptuels particuliers pour analyser les phénomènes juridiques : pour en étudier les effets, pour en apprécier aussi l'efficacité en termes de contribution au bien-être social. Le berceau de la Law & Economics a été l'université de Chicago a […] Lire la suite

LA NATURE DE LA FIRME, Ronald Harry Coase - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Samuel FEREY
  •  • 986 mots

Dans le chapitre « Vers une approche institutionnelle de l'économie »  : […] The Nature of the Firm marque un déplacement du regard de l'économiste. Coase met au centre de l'analyse l'étude des coûts de transaction, mais ne les définit que succinctement. Or les recherches ultérieures montreront que la principale difficulté, pour rendre opérationnelle cette approche, tient à la définition précise des coûts de transaction. En effet, ils regroupent des réalités aussi différe […] Lire la suite

NÉO-LIBÉRALISME ou NÉOLIBÉRALISME

  • Écrit par 
  • Liêm HOANG NGOC
  •  • 7 263 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le courant néo-institutionnaliste »  : […] Le courant néo-institutionnaliste regroupe un ensemble de travaux ayant pout objet l'explication des phénomènes institutionnels du capitalisme. Il est à l'origine des théories néo-libérales de l'entreprise. L'ouvrage de Oliver Williamson (1985) tente d'en fournir la synthèse. Le postulat de départ est que l'économie n'est pas une somme de purs marchés, mais un ensemble d'institutions composées de […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude MÉNARD, « WILLIAMSON OLIVER E. - (1932-2020) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/oliver-e-williamson/