ŒDÈME AIGU DU POUMON

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

État asphyxique brutal réalisé par l'inondation des alvéoles pulmonaires à la suite d'une transsudation de sérosité plasmatique.

On doit distinguer des œdèmes hémodynamiques, par surcharge de la petite circulation d'origine cardiaque, et des œdèmes lésionnels, par atteinte directe de la paroi alvéolo-capillaire — ces derniers sont beaucoup plus rares.

L'œdème aigu cardiaque provoque une grande crise d'étouffement, typiquement nocturne. Le diagnostic est aisé, étant donné l'aspect du malade, les résultats de l'auscultation pulmonaire (râles crépitants diffus), et l'apparition d'une expectoration caractéristique, constituant une mousse rosée. Dans cette forme, l'urgence interdit habituellement tout recours aux examens complémentaires, et le traitement immédiat vise à décongestionner la petite circulation : diurétiques injectables à action rapide, saignée, morphine en sont les moyens essentiels, permettant d'obtenir un soulagement rapide dans la plupart des cas. Pour consolider cette amélioration, un traitement visant à soutenir le cœur et à faciliter les fonctions rénales est indispensable.

À côté de cette grande forme classique, et bien plus fréquents, les œdèmes larvés, réduits à de simples crises transitoires de « manque d'air », ont la même valeur d'indication quant à l'évolution de la cardiopathie : quelle qu'en soit la cause, l'insuffisance ventriculaire gauche que manifeste l'œdème pulmonaire marque une étape souvent irréversible de la déchéance myocardique ; le rétrécissement mitral où l'on assiste plutôt à l'apparition d'œdèmes aigus à l'effort, conduit à la sanction chirurgicale.

L'œdème lésionnel peut être réalisé par une atteinte diffuse du parenchyme pulmonaire, soit infectieuse (septicémies, grippes « malignes »), soit toxique (gaz de combat, venins) ; son traitement nécessite fréquemment la réanimation respiratoire par ventilation assistée, malgré laquelle le pronostic reste le plus souvent fatal.

—  François BOURNÉRIAS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  OEDÈME AIGU DU POUMON  » est également traité dans :

CIRCULATOIRES (SYSTÈMES) - Appareil circulatoire humain

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT, 
  • Jean PAUPE, 
  • Henri SCHMITT
  • , Universalis
  •  • 16 940 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Circulation pulmonaire »  : […] Les expériences utilisant le dispositif du cœur-poumon isolé montrent que la circulation pulmonaire peut être influencée par la composition chimique du sang qui la parcourt. Mais, le plus souvent, les stimuli mis en jeu dépassent les marges de variations physiologiques, et il est toujours très délicat de séparer les réactions propres de la circula […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/circulatoires-systemes-appareil-circulatoire-humain/#i_42086

CŒUR - Maladies cardio-vasculaires

  • Écrit par 
  • Jean-Yves ARTIGOU, 
  • Yves GROSGOGEAT, 
  • Paul PUECH
  •  • 16 124 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Symptômes des cardiopathies »  : […] Les troubles fonctionnels qui donnent l'alerte sur l'existence d'une maladie cardiaque n'apparaissent souvent que tardivement dans l'évolution de la maladie, après une longue période au cours de laquelle l'affection est « compensée » par divers ajustements circulatoires, nerveux ou humoraux. À ce stade de « maladie silencieuse », ce sont les examen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coeur-maladies-cardio-vasculaires/#i_42086

Pour citer l’article

François BOURNÉRIAS, « ŒDÈME AIGU DU POUMON », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/oedeme-aigu-du-poumon/