NON-DIRECTIVITÉ, éducation

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le terme non-directivité est d'abord un terme technique qui trouve une origine très circonstanciée au sein de la recherche théorique et clinique en psychothérapie. Mais, comme concept, il n'a eu là qu'une destinée éphémère. Le psychothérapeute et formateur américain Carl Rogers (1902-1987) qui, le premier, l'utilise en 1942, l'abandonne dès 1951 pour lui préférer la notion de client-centered approach ou de person-centered approach.

En revanche, dans la seconde moitié du xxe siècle, la non-directivité fournit l'un de ses lieux communs à la culture éducative « moderne ». Elle fait l'objet de justifications résolues comme de condamnations véhémentes, et, en tout cas, de malentendus persistants.

Lors de la grande rébellion culturelle et sociale de 1968, la non-directivité a fait partie, comme une composante qui va de soi, des revendications libertaires illustrées par le slogan « Il est interdit d'interdire ». Permissivité contre répression, créativité contre conformité, autodidaxie contre transmission : la non-directivité semble donner un nom à une nouvelle conception des relations humaines, de la relation au savoir et aux traditions, dans la famille, à l'école, dans les institutions, les organisations...

La littérature éducative comme les orientations de la politique en matière d'enseignement témoignent, en ce début du xxie siècle, de la réapparition au grand jour d'un plaidoyer pour l'autorité. Mais, en même temps, la non-directivité persiste au quotidien à l'état de norme implicite, le plus souvent informulable par les intéressés, tant les manières individuelles sont inscrites dans les manières communes et conformées par elles. Un sentiment se révèle culpabilisant chez beaucoup : intervenir dans la vie des autres, a fortiori quand une relation d'autorité éducative est en cause, comporterait quasi fatalement une menace pour leur épanouissement futur. La peur de traumatiser semble devenue comme l [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  NON-DIRECTIVITÉ, éducation  » est également traité dans :

PÉDAGOGIE - Les approches contemporaines

  • Écrit par 
  • Daniel HAMELINE, 
  • Jacques PAIN
  •  • 5 719 mots

Dans le chapitre « 1965-1975 : les pédagogues désenchantés »  : […] La suite du troisième quart du siècle sera l'ère de la désillusion, que les « événements » de mai 1968 viendront marquer de leur ambivalence. Tout d'abord, le consentement sur les valeurs de modernité se révélera fragile. La pratique enseignante, à leur égard, sera celle du « oui, mais... ». Au nom d'orthodoxies diverses, voire opposées (marxisme avec G. Snyders : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pedagogie-les-approches-contemporaines/#i_38287

PERMISSIVITÉ

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 994 mots

Inspiré par la vogue de la parental permissiveness aux États-Unis, le néologisme « permissivité » caractérise une attitude parentale qui tolère et encourage une grande liberté dans l'activité et le comportement de l'enfant, ainsi que dans le choix de ses valeurs. La thèse fondamentale en la matière est que l'enfant a plus de chance de s'épanouir lorsque l'approche expériment […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/permissivite/#i_38287

PSYCHOTHÉRAPIE

  • Écrit par 
  • Daniel WIDLÖCHER
  •  • 5 133 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les méthodes nouvelles »  : […] Depuis la naissance de la psychanalyse, d'autres méthodes psychothérapiques ont été proposées dont les références théoriques et la technique ne doivent rien, au départ, aux découvertes de Freud. Les psychothérapies existentielles ( Daseinsanalyse ) ou phénoménologiques s'attachent plus à l'étude de la totalité de la personne qu'aux mécanismes psychopathologiques. Elles cherch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychotherapie/#i_38287

ROGERS CARL (1902-1987)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 326 mots

Né à Chicago, Carl Rogers, qui a attaché son nom à la pratique de la « non-directivité », entreprit d'abord des études d'agronomie, puis s'intéressa à partir de 1928 à la psychothérapie des enfants et adolescents. Nommé en 1940 professeur à l'Ohio State University, il expose sa pensée dans Counseling and Psychotherapy (1942), puis fonde à Chicago, en 1945, un centre pour étu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carl-rogers/#i_38287

Pour citer l’article

Daniel HAMELINE, « NON-DIRECTIVITÉ, éducation », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/non-directivite-education/