ROGERS CARL (1902-1987)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Chicago, Carl Rogers, qui a attaché son nom à la pratique de la « non-directivité », entreprit d'abord des études d'agronomie, puis s'intéressa à partir de 1928 à la psychothérapie des enfants et adolescents. Nommé en 1940 professeur à l'Ohio State University, il expose sa pensée dans Counseling and Psychotherapy (1942), puis fonde à Chicago, en 1945, un centre pour étudiants dans lequel le counsellor aura pour tâche, selon lui, de « créer une situation de compréhension et d'acceptation qui permette à l'étudiant de penser ses problèmes plus clairement et de se conduire plus intelligemment ». Rogers publie alors son ouvrage intitulé Client-Centered Therapy (Boston, 1951). À l'expression de « non-directivité », il préfère, en effet, la notion d'une thérapie « centrée sur le client », qui, bannissant l'approche strictement interprétative, valorise l'écoute confiante et la compréhension de type « empathique ». L'influence de Rogers s'est étendue, surtout à la fin des années soixante, bien au-delà des États-Unis, notamment dans les domaines de la psychologie clinique et de la pédagogie. Ses ouvrages ont été largement diffusés, tels Le Développement de la personne (Paris, 1966 ; On Becoming a Person, 1961), et Liberté pour apprendre (Paris, 1971 ; Freedom to Learn, 1969). Mais la « non-directivité » selon Rogers s'est attiré aussi beaucoup de critiques. En insistant sur la confiance, remarque G. Palmade, « Rogers a introduit un élément de novation et de contestation. On pourra ressentir la novation comme libératrice ou comme utopique et dangereuse. Inversement, la valeur libératrice et contestatrice des thèses principales peut paraître illusoire, alors que celles-ci comporteraient des risques non négligeables de renforcer une idéologie conservatrice ».

—  Universalis

Classification


Autres références

«  ROGERS CARL (1902-1987)  » est également traité dans :

NON-DIRECTIVITÉ, éducation

  • Écrit par 
  • Daniel HAMELINE
  •  • 938 mots

Le terme non-directivité est d'abord un terme technique qui trouve une origine très circonstanciée au sein de la recherche théorique et clinique en psychothérapie. Mais, comme concept, il n'a eu là qu'une destinée éphémère. Le psychothérapeute et formateur américain Carl Rogers (1902-1987) qui, le premier, l'utilise en 1942, l'abandonne dès 1951 po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/non-directivite-education/#i_36299

PERMISSIVITÉ

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 994 mots

Inspiré par la vogue de la parental permissiveness aux États-Unis, le néologisme « permissivité » caractérise une attitude parentale qui tolère et encourage une grande liberté dans l'activité et le comportement de l'enfant, ainsi que dans le choix de ses valeurs. La thèse fondamentale en la matière est que l'enfant a plus de chance de s'épanouir l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/permissivite/#i_36299

PSYCHOTHÉRAPIE

  • Écrit par 
  • Daniel WIDLÖCHER
  •  • 5 133 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les méthodes nouvelles »  : […] Depuis la naissance de la psychanalyse, d'autres méthodes psychothérapiques ont été proposées dont les références théoriques et la technique ne doivent rien, au départ, aux découvertes de Freud. Les psychothérapies existentielles ( Daseinsanalyse ) ou phénoménologiques s'attachent plus à l'étude de la totalité de la personne qu'aux mécanismes psych […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychotherapie/#i_36299

Pour citer l’article

« ROGERS CARL - (1902-1987) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/carl-rogers/