NOMS VERNACULAIRES, botanique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Vers une typologie des noms vernaculaires de végétaux et champignons

La diversité des noms vernaculaires de végétaux et champignons est très grande, d'un peuple ou d'une langue à l'autre bien sûr, mais aussi par la nature des organismes désignés, par la structure des noms eux-mêmes (noms simples, composés ou surcomposés), par l'origine de ces noms (dont certains peuvent avoir été empruntés à d'autres langues). Peut-on essayer de classer ces noms, d'en dresser une typologie qui aurait quelque chance d'être valable pour toutes, ou presque, les langues du monde ?

Nous pourrions bien sûr envisager une typologie purement formelle, en distinguant les noms simples et les divers types de noms composés et surcomposés : commode pour résoudre des questions d'orthographe, et en particulier celle du trait d'union en français, une telle typologie n'est pas très intéressante dans une perspective transculturelle. L'adjonction de la distinction entre les noms vraiment autochtones et les noms empruntés pourrait éclairer et être éclairée par la question des relations entre, d'une part les peuples et leurs voisins, d'autre part les peuples et leur environnement naturel.

Classification des noms vernaculaires de végétaux vasculaires

Dans la typologie proposée par Pierre Garnier pour les noms de végétaux vasculaires, chaque nom est classé dans une catégorie repérée par quatre chiffres. Le premier, qui détermine une « série », permet de distinguer les noms à allitération (série 100.), les noms composés sans nom de plante dans la composition (série 2...), les noms simples, sans autre signification dans la langue, au moment de l'étude, que la désignation de la plante en question (série 300.), les noms composés comportant au moins un nom de plante dans la composition (série 40..), et les noms deux ou plusieurs fois surcomposés (série 5..., qui concerne en particulier le chinois et le malgache, mais pour laquelle une étude spéciale serait nécessaire). Le deuxième chiffre se réfère aux comparaisons éventuellement inclues dans le nom : propriétés intrinsèques, c'est-à-dire pas de comparaison (0 ; [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : éditeur, diplômé en sciences de l'éducation, mathématique, économie, philosophie, ethnologie et bibliothéconomie

Classification

Autres références

«  NOMS VERNACULAIRES, botanique  » est également traité dans :

NOMS VERNACULAIRES FRANÇAIS (botanique)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie PRUVOST-BEAURAIN
  •  • 3 898 mots
  •  • 2 médias

Chaque langue possède un champ lexical propre pour nommer les végétaux et les champignons, ou plutôt une partie d'entre eux, et ce qui s'y rapporte (cf. noms vernaculaires, botanique). La formation de ces noms étant en général tout à fait indépendante de la nomenclature scientifique (cf. règles internationales […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Marie PRUVOST-BEAURAIN, « NOMS VERNACULAIRES, botanique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/noms-vernaculaires-botanique/