NOMBRE, linguistique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À part de rares exceptions lexicalisées, tout substantif est susceptible d'être à volonté employé dans l'énoncé au singulier ou au pluriel. Dans certaines langues, on rencontre, en outre, la désignation d'une paire d'objets dénombrables, le « duel ». Mais la catégorie du nombre connaît rarement une partition plus fine, quoique, a priori, cela ne soit pas impossible. Catégorie grammaticale qui semble avoir son fondement dans l'évidence empirique, le nombre est une structuration imposée par la langue à l'expérience : elle s'intègre dans un système d'oppositions, le plus souvent à deux termes.

Encore faut-il distinguer la manière tout à fait spécifique dont le pluriel affecte le code oral ou le code écrit et, à l'intérieur des deux, les différentes classes de la grammaire. Pour ces dernières, on sait que sont invariables en nombre les adverbes, conjonctions et prépositions (à l'exception toutefois de à et de, qui connaissent, en position de déterminants du nom, des variantes morphologiques) ; à l'inverse, peuvent prendre la marque du nombre les noms et ce qui s'y rapporte syntaxiquement (adjectifs et articles ; mais ce n'est pas vrai de toutes les langues) ; quant au verbe, on peut parler à son sujet de variation en nombre d'un point de vue morphologique seulement. En effet, si la pluralisation du nom correspond à une véritable quantification, il n'en va pas de même du procès : le verbe « s'accorde », mais n'est pas vraiment pluralisé, sinon par des procédures lexicales (ils fument/ils fument beaucoup).

Si l'on s'en tient, d'autre part, au code oral, il suffit que l'énoncé soit désambiguïsé sur un seul point de la séquence lors de sa production : rares sont les phrases totalement dénuées de spécificité quant au nombre ; ce peut être le cas seulement d'un énoncé minimal à quatre segments, tel que : lœr peti bebe plœr, qui se décode indifféremment au singulier ou au pluriel [leur(s) petit(s) bébé(s) pleure(nt)]. Mais c'est là un cas limite, car la case occupée par les déterminants est porteuse [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  NOMBRE, linguistique  » est également traité dans :

CATÉGORIES LINGUISTIQUES

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 286 mots

Malgré les fréquents glissements que l'on constate dans l'usage et qui tendent à confondre l'emploi de ce mot avec celui de classe, on peut, au sens étroit, assigner au terme de catégories un rôle essentiellement métalinguistique : en effet, alors que la classe est l'ensemble des éléments de la langue présentant telle ou telle propriété, ce qui les rend mutuellement substituables, catégorie renvoi […] Lire la suite

Les derniers événements

12-26 septembre 2007 • France • Polémique sur le recours aux tests ADN en matière de regroupement familial.

de doute sérieux sur l'authenticité de l'acte d'état civil» présenté pour justifier la filiation. Selon un rapport parlementaire remis en juin, un très grand nombre des actes d'état civil présentés par les ressortissants de certains pays africains sont «frauduleux». Le vote de cet amendement impliquerait [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert SCTRICK, « NOMBRE, linguistique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nombre-linguistique/