SAINT PHALLE NIKI DE (1930-2002)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les Nanas

En 1966, Hon (en français Elle) est une gigantesque Nana (28 mètres de longueur sur 9 mètres de large et pesant 6 tonnes) réalisée par Tinguely, Ultvedt et Hulten et peinte par Niki de Saint Phalle dans le hall du Moderna Museet de Stockholm : elle abrite un bar et une vidéothèque, et le public est invité à pénétrer à l'intérieur par le sexe de « la plus grande putain du monde » selon l'artiste. Attentat à l'art, attentat à la pudeur, attentat au bon goût et à l'esthétisme lorsque des Tirs l'artiste passa au monde féminin en sculptant des mariées, des accouchements, des prostituées, des rôles de femmes comme Duchamp avait campé dans le Grand Verre des rôles masculins (1963-1964). De là naquirent, après 1965, les Nanas et les Vénus, création emblématique de femmes allègres et énormes, peintes de couleurs vives et faites de grillage, papier mâché, polyesters, tissus tendus. Ces Nanas vinrent opposer leur monde débonnaire et sensuel aux machines métalliques de Tinguely, notamment lors de l'Exposition internationale de 1967 à Montréal. Niki disait que « le contraste a été l'un des secrets de [leur] collaboration. [Elle] faisai[t] en sorte que [ses] couleurs soient encore plus vives pour que [sa] ferraille paraisse plus foncée, plus brute ».

En 1969, le Cyclop, écho aux Dragons et autres Monstres chers à l'univers de Niki, est commencé dans la forêt de Fontainebleau par Tinguely et sera achevé en 1994. La machinerie est de Tinguely et de Luginbühl, mais la paroi en miroirs brisés et l'œil unique sont dus à Niki. Parmi les nombreuses Fontaines-Spectacles réalisées avec Tinguely citons la Fontaine Stravinsky (1983) près du Centre Georges-Pompidou : son iconographie est proche de celle du Jardin des tarots auquel elle travaille alors. Tinguely réalise la structure de certaines sculptures, ces machineries tournantes, sifflantes et tapantes tandis que Niki apporte la couleur et la lumière avec ses mosaïques en miroir. En 1991, à la mort de Tinguely, Niki compose pour lui sa première sculpture cinétique, appelée Méta-Tinguely, qui marque le début des « Tableaux éclat [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art contemporain à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  SAINT PHALLE NIKI DE (1930-2002)  » est également traité dans :

NOUVEAU RÉALISME

  • Écrit par 
  • Catherine VASSEUR
  •  • 2 605 mots

Dans le chapitre « Naissance officielle du Nouveau Réalisme »  : […] En avril 1960, Restany préface le catalogue de l'exposition collective réunissant Arman, Hains, François Dufrêne (autre « décolleur », marquant une prédilection pour l'envers des affiches), Klein, Tinguely et Villeglé, à la galerie Apollinaire de Milan. Ce texte, intitulé « Les Nouveaux Réalistes », est considéré comme le premier manifeste du groupe, proclame l'obsolescence de la peinture de chev […] Lire la suite

TINGUELY JEAN (1925-1991)

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET, 
  • Daniel HARTMANN
  • , Universalis
  •  • 1 364 mots

Dans le chapitre « L'ampleur d’une œuvre »  : […] Le groupe pharmaceutique Hoffmann La Roche, à Bâle, à l’occasion de son centième anniversaire, confia à l’architecte tessinois Mario Botta (né en 1943) le soin de construire, en bordure du Rhin et non loin de son siège, un musée entièrement dédié à Jean Tinguely. Dans le cadre verdoyant du parc Solitude, la façade en pierre rose d’Alsace englobe une superficie de 6 000 mètres carrés dont 2 900 so […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Thierry DUFRÊNE, « SAINT PHALLE NIKI DE - (1930-2002) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/niki-de-saint-phalle/