JACOBINS NÉO- (1795-1799)

En novembre 1794, la réaction thermidorienne impose la fermeture du club des Jacobins. L'histoire du jacobinisme n'est pas pour autant terminée, même si elle est éclipsée sous le Directoire par le babouvisme. Après l'amnistie qui suit le coup de force du 13 vendémiaire (oct. 1795), les Jacobins se regroupent. Dans leurs rangs figurent des bourgeois, des artisans et des boutiquiers. À Paris, d'anciens sans-culottes sont ainsi récupérés. Les Jacobins se divisent alors en partisans de la Constitution de 1793, qui sont proches des babouvistes, et modérés, qui acceptent la Constitution de l'an III et souhaitent profiter des élections pour reprendre le pouvoir. La collusion de certains Jacobins avec le babouvisme a nui au néo-jacobinisme sous le premier Directoire : des clubs provinciaux sont en butte aux persécutions à la suite de l'arrestation de Babeuf et de ses complices. Sous le second Directoire, après Fructidor, les clubs jacobins moins opprimés prennent la forme de cercles constitutionnels et se livrent à une propagande intense : pétitions et réunions organisées par des clubs ambulants en faveur du rétablissement du suffrage universel et du monocaméralisme. Action efficace puisque les Néo-Jacobins gagnent les élections de l'an VI ; ils sont toutefois écartés des Conseils par la loi du 22 floréal an VI (11 mai 1798), véritable coup d'État du Directoire contre les Conseils, éliminant plus de cent députés réputés jacobins. Nouvelle victoire du néo-jacobinisme en l'an VII, qu'expliquent la crise financière et les défaites militaires. Cette fois, le Directoire ne peut rien contre les Conseils, ce sont ces derniers qui obtiennent le départ de trois directeurs, Treilhard puis Merlin de Douai et La Révellière-Lépeaux le 30 prairial (18 juin 1799), et qui imposent plusieurs mesures dont un emprunt forcé sur les riches et la loi dite des otages, dirigée contre les royalistes. Sous le nom de club du Manège on assiste à une résurrection du célèbre club des Jacobins de Paris entre le 18 messidor et le 26 thermidor an VII (6 juill.-13 août 1799). Cette renaissance du jacobinisme a inquiété les possédants et frayé la voie, au nom du péril « anarchiste », aux auteurs du coup d'État de Brumaire.

—  Jean TULARD

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  JACOBINS NÉO- (1795-1799)  » est également traité dans :

DIX-HUIT BRUMAIRE AN VIII (9 nov. 1799)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 644 mots

La Révolution française s'est achevée sur un coup d'État militaire, les 18 et 19 brumaire an VIII (9 et 10 nov. 1799). La Constitution de 1795, qui fondait le Directoire, ayant fait faillite, il importait de la modifier. Regroupé autour de Sieyès, un parti révisionniste souhaite un renforcement du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dix-huit-brumaire-an-viii/#i_41084

FLORÉAL AN VI COUP D'ÉTAT DU 22 (11 mai 1798)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 160 mots

Deuxième coup d'État du Directoire, celui du 22 floréal an VI (11 mai 1798) n'est plus, comme celui du coup d'État du 18 fructidor an V (4 sept. 1797), dirigé contre les royalistes, mais contre les jacobins qui viennent de gagner les élections d'avril. Ce succès inquiète fortement le Directoire dominé par les modérés (Barras […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coup-d-etat-du-floreal-an-vi/#i_41084

FOUCHÉ JOSEPH (1759-1820) duc d'Otrante (1809)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 1 196 mots

Fils d'un capitaine de navire nantais, Fouché semble n'avoir jamais été ordonné prêtre de l'Oratoire, bien qu'il ait longtemps enseigné dans les collèges de la congrégation ; contrairement à la légende, il ne devra donc pas défroquer à proprement parler pour se marier au début de la Révolution. Député de la Loire-Inférieure à la Convention, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-fouche/#i_41084

GÉOMÉTRIE DES PASSIONS (R. Bodei)

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 1 366 mots

de cette période de « remaniement vertigineux de perspectives et de valeurs ». Ainsi, les Jacobins seront-ils à la naissance de ce que l'auteur appelle des « mutants conceptuels », par exemple le « despotisme de la liberté », qui auront des conséquences sur toutes les conceptions révolutionnaires à venir. Ils créent, comme à leur insu, de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geometrie-des-passions/#i_41084

JOURDAN JEAN-BAPTISTE (1762-1833) maréchal d'Empire (1804)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 604 mots

partie à cause du refus de Bernadotte de coopérer avec lui, puis retourne à la politique. Jacobin toujours aussi ardent, il s'oppose au 18-Brumaire ; le lendemain, il est inscrit sur la liste des Jacobins à déporter mais il en est rayé sur l'intervention de Fouché. Bonaparte tente de se le concilier, lui confie diverses sinécures, le nomme maréchal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-jourdan/#i_41084

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 478 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La course au pouvoir (1796-1798) »  : […] à gauche et à droite, l'année 1798 le met dans l'obligation de s'éloigner à nouveau des néo-Jacobins, qui ont profité du coup d'État du 18 fructidor et qui ont pu reconstituer leurs clubs. Des mesures administratives sont prises contre eux lors des élections (loi du 22 floréal an VI, 11 mai 1798), autorisant les Conseils à choisir entre deux élus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise/#i_41084

Pour citer l’article

Jean TULARD, « JACOBINS NÉO- - (1795-1799) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-jacobins/