FLORÉAL AN VI COUP D'ÉTAT DU 22 (11 mai 1798)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Deuxième coup d'État du Directoire, celui du 22 floréal an VI (11 mai 1798) n'est plus, comme celui du coup d'État du 18 fructidor an V (4 sept. 1797), dirigé contre les royalistes, mais contre les jacobins qui viennent de gagner les élections d'avril. Ce succès inquiète fortement le Directoire dominé par les modérés (Barras, Reubell, La Révellière-Lépeaux). On trouve un prétexte juridique : les assemblées électorales s'étaient souvent scindées et des candidats minoritaires avaient été également déclarés élus. Les directeurs demandent aux Conseils, avant l'arrivée des nouveaux venus, de décider quels seraient les députés validés. Par la loi du 11 mai sont ainsi éliminés cent quatre jacobins et deux royalistes. Ce coup de force illustre la difficulté du fonctionnement de la Constitution de 1795 et le désir du Directoire de ne pas se laisser déborder par les Conseils.

—  Jean TULARD

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  FLORÉAL AN VI COUP D'ÉTAT DU 22 (11 mai 1798)  » est également traité dans :

DIRECTOIRE

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  •  • 4 527 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La classe politique »  : […] Les auteurs de la Constitution de l'an III avaient visé à éviter tout retour aux pratiques de 1792-1794 : pas de gouvernement direct, pas de suffrage universel ; élections censitaires donc, et à deux degrés. À la base il doit y avoir un cens très large : il suffit, pour élire juges de paix et administrateurs communaux, de payer une contribution directe. Mais les électeurs, choisis par les citoye […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/directoire/#i_16935

JACOBINS NÉO- (1795-1799)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 402 mots

En novembre 1794, la réaction thermidorienne impose la fermeture du club des Jacobins. L'histoire du jacobinisme n'est pas pour autant terminée, même si elle est éclipsée sous le Directoire par le babouvisme. Après l'amnistie qui suit le coup de force du 13 vendémiaire (oct. 1795), les Jacobins se regroupent. Dans leurs rangs figurent des bourgeois, des artisans et des boutiquiers. À Paris, d'anci […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-jacobins/#i_16935

Pour citer l’article

Jean TULARD, « FLORÉAL AN VI COUP D'ÉTAT DU 22 (11 mai 1798) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/coup-d-etat-du-floreal-an-vi/