Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

NÉANT

Bibliographie

H. Bergson, L'Évolution créatrice, Alcan, 1907 ; La Pensée et le mouvant, ibid., 1922

R. Carnap, « Le Dépassement de la métaphysique par l'analyse logique du langage », in Manifeste du Cercle de Vienne et autres écrits (sous la dir. d'A. Soulez), P.U.F., Paris, 1985

R. Descartes, Méditations métaphysiques

G. W. F. Hegel, La Science de la logique, t. I, trad. Labarrière et Jarczyk, Aubier-Montaigne, Paris, 1972 ; Encyclopédie, t. I : Science de la logique, trad. B. Bourgeois, Vrin, Paris, 1970

M. Heidegger, Qu'est-ce que la métaphysique ?, trad. H. Corbin, Gallimard, Paris, 1939 ; Questions IV (Les Séminaires, rédacteur J. Beaufret), Gallimard, 1976

Leibniz, Principes de la nature et de la grâce, 1714

Platon, le Sophiste, trad. A. Dies, Les Belles Lettres, Paris

J.-P. Sartre, L'Être et le Néant, Gallimard, 1943.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître de conférences honoraire de philosophie, université de Paris-Sorbonne

Classification

Pour citer cet article

Jean LEFRANC. NÉANT [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • RIEN (philosophie)

    • Écrit par Jean GREISCH
    • 1 252 mots

    « Non, rien de rien, non, je ne regrette rien... » : tout le monde, ou presque, connaît la chanson d'Édith Piaf. Quel sort les penseurs doivent-ils réserver au « rien » ? S'agit-il d'un signifiant vide, indicible et impensable, voire d'une puissance de mystification, qui entraîne la ...

  • ANGOISSE EXISTENTIELLE

    • Écrit par Jean BRUN
    • 2 552 mots
    • 1 média
    ...l'étant à l'Être. Pour Heidegger, l'existant est, en effet, la négation d'une totalité qu'il constituerait. Cette négation, Heidegger l'appelle Néant, Néant qui est antérieur au « non » de la négation qu'il fonde et par laquelle il n'est nullement constitué ; c'est lui que nous rencontrons dans...
  • CRÉATION - La création dans les synthèses philosophico-religieuses

    • Écrit par Stanislas BRETON
    • 4 061 mots
    L'idée de néant se prête à des critiques relativement faciles qui dénoncent, en son emploi, un néant de pensée ou d'idée, un pseudo-problème : Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? dont l'illusion s'imposerait en vertu d'une habitude psychologique, qui nous condamne à aller du vide au plein...
  • ÊTRE, philosophie

    • Écrit par Giulio GIORELLO
    • 4 678 mots
    ...abandonne la conception parménidienne (« Car tu ne pourrais pas connaître le non-être – cela est impossible – ni ne pourrais l'exprimer » [fragment 4, 7-8]. «  Il faut dire et penser que l'être est ; puisqu'il est possible qu'il soit, mais le néant n'est pas possible, voici ce que je te prierai...
  • IMMANENCE ET TRANSCENDANCE

    • Écrit par Robert MISRAHI
    • 4 283 mots
    • 1 média
    Certes, il y a chez Heidegger une sorte d'émergence de l'être hors du néant, mais cette émergence n'a plus rien de commun avec le mouvement classique vers les hauteurs (encore présent chez Nietzsche). C'est que le néant est plutôt la négativité, l'acte de néantisation de l'être qu'opère la réalité humaine....
  • Afficher les 14 références

Voir aussi