NĀSIR-E KHOSRAW ou NĀSIR-I KHUSRAW (1004-1088)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né près de Balkh, d'une famille shī‘ite, Nāsir-e Khosraw se convertit, au cours d'un voyage en Égypte fatimide, à l'ismaélisme, dont il devient un ardent propagandiste ; il a décrit de pieux poèmes à tendances didactiques, un « Livre sur le bonheur » (Sa‘ādat-namah), un « Livre de la clarté » (Rawshanā'ī-namah) et un « Itinéraire » (Safar-namah), où il parle de son voyage. Dans une douzaine d'ouvrages, il exposa la doctrine ismaélienne. Le plus célèbre est le Djāmi‘ al-Ḥikmatayn (le « Livre des deux sagesses » qui réunit la théologie et la philosophie (laquelle est pour lui le néo-platonisme).

Nāsir-e Khosraw a une conception mystique de la nature qu'il voit comme issue d'une contemplation que l'âme projette en elle. De son côté, l'âme procède de la contemplation que l'intelligence projette sur elle-même. L'inspiration plotinienne de cette pensée est évidente. On en dirait autant sur la question des rapports entre le temps et l'éternité : l'un est éternité mesurée, l'autre est temps sans mesure. La théologie de Nāsir-e Khosraw tourne le dos à la scolastique du kalām spéculatif, qui n'est qu'un effort pour rationaliser les textes révélés. Pour lui, il faut au contraire découvrir la réalité symbolique de ces textes qui dans leur lettre sont comme l'aspect exotérique de la réalité, absolue vérité, qu'est la Haqīqa.

—  Roger ARNALDEZ

Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur émérite à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  NASIR-E KHOSRAW ou NASIR-I KHUSRAW (1004-1088)  » est également traité dans :

ÉLÉMENTS THÉORIES DES

  • Écrit par 
  • René ALLEAU
  •  • 8 234 mots

Dans le chapitre « La gnose cosmologique de la théosophie ismaélienne »  : […] Grâce aux recherches et aux travaux de Henri Corbin depuis la publication, en 1949, de la « Bibliothèque iranienne » et, en 1953, de l'édition princeps du Kitab-e Jāmi'al Hikmatain , le « Livre réunissant les deux sagesses », le grand dessein de mettre en harmonie la philosophie grecque et la théosophie ismaélienne, tel qu'il inspira son auteur, Nāsir-e Khosraw, s'est dégagé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theories-des-elements/#i_410

ISLAM (La civilisation islamique) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Christian JAMBET, 
  • Jean JOLIVET
  •  • 9 001 mots

Dans le chapitre « La philosophie en Iran »  : […] Si la tradition philosophique de la falsafa prend fin avec la polémique d'Ibn Rushd, cet événement n'épuise pas la vitalité de la philosophie islamique. Les penseurs iraniens n'ont cessé d'en nourrir la pensée, et cela pendant dix siècles. Rédigeant leurs traités en arabe ou en persan, les philosophes iraniens ont conçu leur œuvre comme une explicitation métaphysique du fai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-la-philosophie/#i_410

Pour citer l’article

Roger ARNALDEZ, « NĀSIR-E KHOSRAW ou NĀSIR-I KHUSRAW (1004-1088) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nasir-e-khosraw-nasir-i-khusraw/