HOLT NANCY (1938-2014)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Indissociable de l’artiste américain Robert Smithson (1938-1973) dont elle fut l’épouse, la collaboratrice et la légataire veillant à la diffusion et à la préservation de son œuvre, Nancy Holt était aussi une artiste dont le travail, qui opère la jonction entre le land art et l’art écologique, n’a été reconnu que tardivement, lors d’une rétrospective produite en 2010 par l’université de Columbia.

Née en 1938 à Worcester (Massachusetts), Nancy Holt étudie la biologie à l’université Tufts. Sa famille s’installe dans le New Jersey, où elle rencontre Robert Smithson en 1959. Elle occupe ensuite la fonction d’assistante éditoriale auprès du chef du département littérature du Harper’s Bazaar. Elle-même écrit de la poésie, un lien avec l’écriture qui restera présent dans certaines de ses premières productions artistiques (Buried Poems, 1969-1971). Mariée en 1963 à Robert Smithson, elle se lie d’amitié avec Carl Andre et Sol LeWitt, des artistes de l’art minimal et conceptuel. En 1968, en compagnie de son mari et de l’artiste Michael Heizer, elle se rend dans l’Ouest et entame un voyage initiatique à partir de Las Vegas. Si Smithson et Heizer allaient devenir les chefs de file du land art, Holt, quant à elle, réalisa dans un premier temps des séries de photographies et des films. Elle rapporta notamment de ce voyage Western Graveyards (1968), une soixantaine d’images de pierres tombales photographiées à Virginia City (Nevada) et à Lone Pine (Californie).

Sun Tunnels (1973-1976) constitue la première incursion de l’artiste dans le domaine de la sculpture monumentale en plein air. Cette œuvre majeure tend, d’ailleurs, à occulter le reste de ses travaux. Pionnière d’un land art au féminin, Nancy Holt concevait ce projet, lorsque Robert Smithson mourut dans un accident d’avion, alors qu’il travaillait au Texas à la réalisation d’une nouvelle sculpture tellurique, Amarillo Ramp, en 1973. Holt allait conduire à la fois l’achèvement de cette œuvre et la conception de la sienne qui nécessita pas moins de quarante collaborateurs, depuis des ingénieurs en génie jusqu’à un astronome, un astrophysicien, des terrassiers et des spécialistes en structures de béton. Chef de ce chantier pharaonique, Holt fit l’acquisition d’un terrain désertique d’environ seize hectares dans l’Utah, au nord du Grand Lac Salé. C’est sur ce lac que Smithson avait lui-même réalisé Spiral Jetty en 1970.

Nancy Holt y fit acheminer quatre canalisations de béton de 22 tonnes chacune, d’un diamètre de 2,74 mètres pour une longueur de presque 6 mètres. Disposées en direction des points cardinaux, les structures étaient percées d’ouvertures circulaires orientées selon les constellations du Dragon, de Persée, de la Colombe et du Capricorne. À chaque solstice, le soleil s’aligne précisément dans l’axe de deux de ces conduites hors normes et de certaines percées indiquant l’emplacement des étoiles. Le reste de l’année, Sun Tunnels est le lieu d’une expérience harmonique entre le rythme circadien individuel, les temps de la terre et de l’univers. L’œuvre est autant affaire de paysage et de nature que de vision, un concept qui occupe toute la production de Nancy Holt. C’est la même idée qui sous-tend l’observatoire à l’œil nu du paysage et de l’environnement qu’est Missoula Ranch Locators - Vision Encompassed (1972), dans le Montana.

Nancy Holt sera essentiellement reconnue pour Sun Tunnels, bien qu’elle ait continué sa carrière, notamment dans le domaine de l’art public, en réhabilitant un terrain pollué et abandonné de Rosslyn dans la banlieue d’Arlington (Dark Star Park, 1979-1984) ou en convertissant près de Nokia, en Finlande, une ancienne mine en parc (Up and Under, 1987-1998). Un projet de transformation d’une décharge publique dans le New Jersey, commencé en 1984 (Sky Mound), finira par achopper après de longues années. Ces trois derniers aménagements lui avaient valu d’être aussi reconnue comme une artiste de l’art écologique, un mouvement américain caractérisé par des œuvres restauratrices sur le plan environnemental.

Parallèlement à ces grands projets, Holt produisit des films : Swamp (1971) avec Robert Smithson, Pine Barrens (1975), Sun Tunnels durant le chantier de l’œuvre éponyme, Mono Lake (2004) à partir de films tournés en 1968 avec Heizer et [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : critique d'art, historienne de l'art spécialisée en art écologique américain

Classification

Pour citer l’article

Bénédicte RAMADE, « HOLT NANCY - (1938-2014) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/nancy-holt/