MYRTALES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Familles composantes

L'ordre des Myrtales sensu stricto (sans les Thyméléales que l'on tient maintenant pour un ordre distinct) comprend dix familles méritant attention.

Les Myrtacées (100 genres, 3 000 espèces) sont des arbres ou des arbustes très aromatiques (dans tous les organes existent des poches glandulaires élaborant des huiles essentielles), caractère qui, dans l'ordre, est propre à cette famille. L'adnation du réceptacle et de l'ovaire est complète. Les étamines sont très nombreuses. Presque toutes les Myrtacées sont tropicales ; le myrte (Myrtus communis) de la région méditerranéenne, l'une des rares reliques de l'époque lointaine où les flores tropicales s'étendaient jusqu'à de hautes latitudes, est une exception.

Myrtales : types floraux

Diaporama : Myrtales : types floraux

La forme du réceptacle, le niveau d'insertion des étamines, le degré de liberté du pistil, le style unique déterminent les types floraux des Myrtales. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Myrte

Photographie : Myrte

Ici Myrtus communis L., le myrte commun (famille des Myrtaceae). C'est un arbuste de 5 mètres originaire du pourtour méditerranéen, à feuilles ovales luisantes de 5 cm et fleurs blanches ou roses. Ses fruits sont des baies noir bleuâtre comestibles. 

Crédits : manuel m. v./ Flickr ; CC BY 2.0

Afficher

Plusieurs espèces offrent un certain intérêt économique en raison des essences qu'elles produisent. Dans le genre Syzygium (cent espèces des tropiques de l'Ancien Monde et des îles du Pacifique), S. aromaticum, originaire des Moluques et maintenant cultivé dans d'autres régions tropicales, est le giroflier, dont l'essence est recherchée ; les jeunes boutons floraux séchés sont une importante épice (« clous de girofle »). Le genre Melaleuca comprend aussi plus de cent espèces spontanées dans les îles du Pacifique ; M. viridiflora, de Nouvelle-Calédonie, produit l'essence de niaouli qui, purifiée par des procédés spéciaux, constitue le goménol (marque déposée).

Au genre Pimenta (quatorze espèces des Caraïbes) appartient P. acris, petit arbre extrêmement aromatique, dont le fruit (« toute-épice ») est utilisé comme condiment. Les fruits d'autres Myrtacées sont succulents : la goyave est le fruit du goyavier (Psidium guayava), d'Amérique tropicale, aujourd'hui acclimaté dans toutes les régions chaudes du monde. Les fruits d'Eugenia uniflora (« cerisier-de-Cayenne ») et de divers Syzygium (« pomme-rose », « pomme d'eau », etc.), n'ont qu'un intérêt mineur.

Enfin, à la famille des Myrtacées appartient le genre Eucalyptus comprenant plus de six cents espèces arborescentes ou arbustives endémiques d'Australie et de Tasmanie ; elles marquent tous les paysages de cette région, car à chaque milieu naturel sont adaptées au moins quelques espèces. Certains eucalyptus sont des arbres géants : E. amygdalina, par exemple, du sud de l'Australie est le plus grand arbre connu (jusqu'à 150 m de hauteur et 10 m de diamètre à la base du tronc). La diversité écologique des eucalyptus et la rapidité de leur croissance ont conduit à rechercher parmi eux des espèces de reboisement convenant à toutes les régions où l'hiver n'est pas trop rude.

Les Punicacées (1 genre, 2 espèces) ne diffèrent des Myrtacées que par l'absence de poches glandulaires. L'une des deux espèces du genre Punica est le grenadier (P. granatum), arbuste à fleurs écarlates, des régions circumméditerranéennes (aujourd'hui répandu dans toute la zone tropicale), dont le fruit (grenade) est comestible.

Grenadier (fleurs)

Photographie : Grenadier (fleurs)

Punica granatum L., le grenadier (famille des Lythraceae, ou des Punicaceae, selon les auteurs), est un arbrisseau de 6 m originaire d'Eurasie et cultivé depuis au moins 3000 avant J.-C., à fleurs au calice rouge et charnu. Ses fruits, les grenades, sont des baies à grosses graines entourées... 

Crédits : De Agostini/ Getty Images

Afficher

Les Sonneratiacées (2 genres, 7 espèces), toutes arborescentes et situées dans l'Ancien Monde tropical, diffèrent des familles précédentes par l'incomplète épigynie de la fleur (sépales situés sous le fruit et ne le couronnant pas, comme ils le font chez la grenade, ). Les cinq espèces du genre Sonneratia vivent dans les riches mangroves de l'océan Indien, de l'Asie tropicale et de l'Indonésie.

Sonneratia alba et Punica granatum

Diaporama : Sonneratia alba et Punica granatum

Les Sonneratiacées ne diffèrent des Myrtacées et des Punicacées que par la périgynie de la fleur : le fruit reste entouré par les sépales. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les Lécythidacées (24 genres, 250 espèces), arbres de forêts denses, surtout représentés en Amérique tropicale, offrent trois originalités caractéristiques : les feuilles sont alternes ; le liber interne fait défaut ; les étamines, très nombreuses, tendent à former des systèmes étranges et compliqués (soudure des filets staminaux à leur base ; soudure d'une partie des étamines en une lame spécialisée, créant ainsi une zygomorphie de l'androcée, transformation de beaucoup d'étamines en staminodes stériles pétaloïdes). La « noix du Brésil », graine de Bertholletia excelsa, grand arbre de la forêt amazonienne, est un produit d'exportation : le volumineux embryon, riche en huiles et en protéines, est comestible.

Les Rhizophoracées (16 genres, 120 espèces) sont des arbres représentés dans toutes les régions tropicales. Elles sont aussi dépourvues de liber interne et, dans quelques genres, les feuilles sont alternes. Les Rhizophoracées diffèrent, cependant, très nettement des Lécythida [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Myrtales : types floraux

Myrtales : types floraux
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Myrte

Myrte
Crédits : manuel m. v./ Flickr ; CC BY 2.0

photographie

Grenadier (fleurs)

Grenadier (fleurs)
Crédits : De Agostini/ Getty Images

photographie

Sonneratia alba et Punica granatum

Sonneratia alba et Punica granatum
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Afficher les 6 médias de l'article

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MYRTALES  » est également traité dans :

THYMÉLÉALES

  • Écrit par 
  • Marc-André THIÉBAUD
  •  • 1 125 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Évolution, relations phylogénétiques »  : […] L'évolution des Thyméléales se fait dans le sens d'une simplification du plan floral qui va jusqu'à l'apétalie, l'isostémonie, la monomérie avec un seul ovule dans le gynécée. L'ordre des Thyméléales, souvent incorporé à celui des Myrtales, autrefois partiellement inclus dans les Apétales, peut être considéré comme lignée sœur des Myrtales, bien que sa position systématique ne soit pas claire. Si, […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Georges MANGENOT, « MYRTALES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/myrtales/