MYRTE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est un peu l'eucalyptus européen (qui appartient aussi à la famille des myrtacées), très anciennement usité dans les régions méditerranéennes qui l'hébergent. Les hippocratiques, au ~ ve siècle, employaient le myrte (Myrtus communis L. ; myrtacées) en astringent et vulnéraire. Les Latins en faisaient presque une panacée, l'indiquant spécialement pour réparer les muscles froissés, les luxations et les fractures. Mésué, au ixe siècle, en préparait un sirop réputé. Avicenne, Persan du xie siècle, y voyait le meilleur remède des maladies pulmonaires et de la toux. Jusqu'au xviiie siècle, l'arbrisseau gardera une place de choix dans les pharmacopées, surtout méridionales. Très riche en tanin, le myrte contient aussi des résines, un principe amer et 0,3 à 0,5 p. 100 d'une huile essentielle verdâtre, aromatique, composée d'un alcool primaire, le myrténol, et d'une substance complexe, le myrtol, renfermant entre autres de l'eucalyptol. Astringent, antiseptique, stimulant, balsamique, le myrte a des emplois voisins de ceux de l'eucalyptus. Utile dans les catarrhes bronchiques, il a aussi donné des résultats dans la gangrène pulmonaire, la tuberculose avec bronchorrée (infusion de baies : 15-30 g/l ; 2 ou 3 tasses par jour ; l'essence, en injections sous-cutanées, est inusitée de nos jours en raison d'accidents possibles). Le myrtol, en inhalations, est efficace dans les sinusites, rhumes de cerveau, laryngites, trachéites. Dans l'usage interne, la plante s'utilise encore (infusion) contre les catarrhes des voies génito-urinaires, comme tonique de l'appareil digestif, hémostatique, emménagogue (contre-indiqué dans la grossesse). Administré traditionnellement dans les Charentes contre les traumatismes, le myrte peut être employé en usage externe (infusion des feuilles : 30 g/l ; en lotions et compresses) sur l'eczéma sec, le psoriasis, les plaies, les ulcères, ou en injections dans la leucorrhée.

Myrte

Myrte

photographie

Ici Myrtus communis L., le myrte commun (famille des Myrtaceae). C'est un arbuste de 5 mètres originaire du pourtour méditerranéen, à feuilles ovales luisantes de 5 cm et fleurs blanches ou roses. Ses fruits sont des baies noir bleuâtre comestibles. 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

—  Pierre LIEUTAGHI

Écrit par :

Classification


Autres références

«  MYRTE  » est également traité dans :

MYRTALES

  • Écrit par 
  • Georges MANGENOT
  •  • 2 668 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Familles composantes »  : […] L'ordre des Myrtales sensu stricto (sans les Thyméléales que l'on tient maintenant pour un ordre distinct) comprend dix familles méritant attention. Les Myrtacées (100 genres, 3 000 espèces) sont des arbres ou des arbustes très aromatiques (dans tous les organes existent des poches glandulaires élaborant des huiles essentielles), caractère qui, dans l'or […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/myrtales/#i_47200

Pour citer l’article

Pierre LIEUTAGHI, « MYRTE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/myrte/