SHERIF MUZAFER (1906-1988)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Muzafer Sherif est l’un des fondateurs de la psychologie sociale contemporaine. Né à Ödemiş (Turquie), il obtient deux maîtrises en psychologie à l'université d'Istanbul puis à Harvard. Il défend en 1935 à Columbia un doctorat sur la formation des normes sociales sous la direction de Gardner Murphy. Il y démontre notamment la convergence des membres d'un groupe vers une norme commune au niveau de la perception visuelle (effet autokinétique). En 1937, il enseigne en Turquie (institut Gazi et université d'Ankara). À la suite de conflits avec les autorités turques dont il dénonce les sympathies pronazies, il est emprisonné en 1944. En 1945, il émigre aux États-Unis, où il enseigne successivement aux universités de Princeton (1945-1947), Yale (1947-1949), d'Oklahoma (1949-1966) et à l’université d’État de Pennsylvanie (1966-1972). Durant cette période, il développe des programmes de recherches qui ont influencé durablement sa discipline. Ceux-ci portent notamment sur le jugement social, sur le changement d'attitude (avec Carl Hovland), sur les groupes de référence, sur le soi (ego involvement) et, surtout, sur les relations intergroupes. Ses observations de camps d'adolescents à Robbers Cave (Oklahoma) inspirent la théorie des conflits réels, selon laquelle l'hostilité entre groupes sociaux découle de la présence d'objectifs antagonistes. Dans l'ensemble de ses travaux, Sherif cherche à proposer une alternative aux perspectives psychodynamiques et béhavioristes alors dominantes. Ses travaux sur la formation des normes ont joué un rôle important dans le développement de la psychologie New Look, mouvement précurseur de la psychologie cognitive. La psychologue sociale Carolyn Wood, qu'il épouse en 1947, jouera un rôle déterminant dans la plupart de ses travaux ultérieurs.

—  Olivier KLEIN

Bilbiographie

M. Sherif, O. J. Harvey, B. J. White, W. R. Hood & C. W. Sherif, Inter-group Conflict and Cooperation: The Robbers Cave Experiment,. University of Oklahoma Press, Norman, 1961.

Écrit par :

  • : professeur de psychologie sociale, université libre de Bruxelles (Belgique)

Classification


Autres références

«  SHERIF MUZAFER (1906-1988)  » est également traité dans :

ADAPTATION - Adaptation sociale

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON
  •  • 2 248 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La réalité sociale substituée à une réalité objective absente »  : […] Une célèbre expérience due à Muzafer Sherif montre cette dépendance des jugements individuels par rapport aux jugements collectifs. L'expérience consistait à mettre un sujet dans l'obscurité devant un point lumineux fixe et à lui demander d'évaluer les déplacements de ce point. Il est connu qu'un point lumineux fixe en milieu obscur donne l'impression de se déplacer. L'évaluation des distances de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adaptation-adaptation-sociale/#i_92997

RELATIONS INTERGROUPES

  • Écrit par 
  • Vincent YZERBYT
  •  • 1 676 mots

L’étude des relations intergroupes s’intéresse aux aspects de l’interaction humaine qui impliquent des individus en tant qu’ils se perçoivent ou sont perçus comme membres d’une catégorie sociale. Cette dimension d’appartenance définit l’endogroupe, le groupe dont on est un membre, par opposition à l’exogroupe, le groupe auquel on n’appartient pas. Sur le plan des contenus, les travaux distinguent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/relations-intergroupes/#i_92997

Pour citer l’article

Olivier KLEIN, « SHERIF MUZAFER - (1906-1988) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/muzapher-sherif/