Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MUSICOTHÉRAPIE

La musique, canal de communication

Le docteur[--Rolando Benenzon, psychiatre et musicien argentin, a été un des premiers à tenter de conceptualiser la musicothérapie en dehors de références théoriques préexistantes. Beaucoup des autres approches théoriques de la musicothérapie ne lui sont pas spécifiques : comportementalisme, psychothérapie dite humaniste ou encore psychanalyse comme le fait Édith Lecourt à l’université de Paris-Descartes. --]

Benenzon a été introduit en France par Gérard Ducourneau qui dirige actuellement l’Atelier de musicothérapie de Bordeaux, où il a développé et enrichi dans sa pratique et son enseignement les hypothèses de Benenzon. L’apport principal de la musicothérapie serait l’ouverture d’un canal de communication relationnelle entre un thérapeute et un patient, enfant ou adulte, lors de la recherche de ce qui pourra chez eux éveiller une émotion qu’ils peuvent partager. Benenzon met ainsi en avant la recherche d’une voie de communication chez ceux qui, pour une raison ou une autre, n’ont pas pu la construire ou l’ont perdue. La musique est donc ici considérée comme un langage préverbal auquel il est indispensable d’avoir accès pour pouvoir partager des émotions, étant entendu que la perception des sons est un des sens le plus précocement développé chez le fœtus et l’enfant, au même titre que celle du rythme.

Cette insistance sur la communication préverbale permet à ceux qui s’inscrivent dans cette cohérence de conceptualiser ce qui permet à la pratique de la musique d’être thérapeutique. Elle permettrait d’établir une communication entre le thérapeute et le patient, qu’il soit autiste, schizophrène, porteur d’un état dépressif sévère, de troubles du comportement, de handicap ou atteint de maladie d’Alzheimer. Ducourneau explicite dans son livre Éléments de musicothérapie les modalités de cette mise en relation. Pour donner un exemple concret de cette pratique, après plusieurs tentatives différentes de faire participer un enfant sans langage à une frappe des mains rythmée de diverses manières au cours desquelles il n’obtient aucune réaction synchrone de la part de l’enfant, il introduit une césure vocale qui tout à coup intéresse l’enfant : il peut alors chercher à communiquer avec lui par ce biais. Ducourneau tente également de construire des outils d’évaluation pour mesurer les résultats et pour pouvoir ainsi progresser d’une séance à une autre.

Quelle que soit la validité de ces deux types d’explication des effets de la musicothérapie, le fait est que cette dernière participe d’un champ très vaste multisensoriel, qui met en relation avec les activités non verbales les plus précoces, telles qu’on les étudie actuellement à partir des travaux en cognition et dans les neurosciences sur l’émergence des processus de communication puis de pensée chez le bébé. Ainsi, la musicothérapie ne guérit certainement pas, mais elle peut dans certains cas contribuer à une reprise de la communication chez un sujet atteint d’une déficience quelconque en ce domaine. D’autres approches thérapeutiques peuvent ensuite prendre le relais.

— Marie-Ève HOFFET

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteure en psychologie, unité INSERM 669, praticienne hospitalier en psychiatrie

Classification

Pour citer cet article

Marie-Ève HOFFET. MUSICOTHÉRAPIE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le

Médias

<em>David jouant de la harpe devant Saül</em>, Rembrandt - crédits : Mauritshuis, The Hague

David jouant de la harpe devant Saül, Rembrandt

Oliver Wolf Sacks - crédits : L. Novi

Oliver Wolf Sacks

Autres références

  • KIRCHER ATHANASIUS (1602-1680)

    • Écrit par
    • 3 538 mots
    ...fondée sur des caractéristiques sociales et nationales. Enfin il inventa une machine à composer, l'arca musarithmica, et fut un des précurseurs de la musicothérapie. Mais, héritier de la tradition boétienne, il continue de faire de la musique une branche des mathématiques dont les rapports harmoniques...
  • MÉDECINES ALTERNATIVES

    • Écrit par et
    • 1 653 mots
    • 3 médias
    – Musicothérapie : musique et thérapeutique.
  • MUSICOLOGIE

    • Écrit par
    • 3 740 mots
    ...science aux rôles très divers : l'acoustique (étude physique du son), l'analyse (étude détaillée des partitions), l'esthétique, l'histoire de la musique, la musicothérapie, l'organologie, la paléographie, la pédagogie, la philologie (naissance, évolution et relations des systèmes et langages), la stylistique,...