MUSICALES (TRADITIONS)Musique d'Afrique noire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tradition orale

La première constatation qui s'impose est l'appartenance des musiques africaines au vaste domaine international des musiques de tradition orale : la musique est conçue, organisée, enseignée, conservée en dehors de tout système d'écriture. Contrairement à ce que certains pourraient croire, l'absence d'écriture musicale ne signifie nullement qu'en Afrique la musique se pratique instinctivement et s'improvise librement ; d'ailleurs, l'écriture musicale telle qu'elle est conçue en Occident depuis la fin du Moyen Âge, mais surtout à partir de la Renaissance, a joué un rôle primordial sur la musique elle-même, entraînant celle-ci dans une aventure unique dans l'histoire de la musique mondiale. Les civilisations asiatiques, dont on reconnaît maintenant la haute valeur de l'art musical, n'ont jamais imaginé et développé la musique à partir de l'écriture. D'ailleurs, il apparaît qu'à l'heure actuelle les compositeurs contemporains occidentaux qui recherchent de nouvelles voies musicales s'écartent, par la force des choses, du système de notation traditionnel, tant celui-ci est consubstantiellement lié au type de musique qu'il servait. Le premier caractère général de la musique en Afrique – le fait que celle-ci ne soit pas écrite – ne peut apparaître comme remarquable que du point de vue de la musique savante occidentale, puisque partout ailleurs les musiques sont aussi de tradition orale. Il reste que la conception occidentale de la musique (surtout de la musique dite classique), la manière dont elle est composée puis déchiffrée, travaillée, interprétée, exécutée dans un certain contexte (le concert) rendent pour cela malaisée l'approche des musiques de tradition orale. C'est ainsi par exemple qu'on risque de prendre certains traits pour caractéristiques de telle musique africaine parce que différents de la musique occidentale écrite, alors qu'ils sont communs à toutes les musiques de tradition orale (cf. ethnologie - Ethnomusicologie).

Il existe plusieurs façons très différentes, voire opposées, d'approcher une musique africaine donnée : celle de l'ethnomusicologue, qui analyse froidement et décrit les divers aspects de la forme musicale selon les principes scientifiques de l'ethnomusicologie ; celle de l'amateur étranger à la culture musicale envisagée, qui perçoit à sa manière (forcément artificielle), en recherchant l'émotion esthétique ; celle enfin du musicien africain ou de n'importe quel membre de la communauté africaine considérée, qui participe à un titre ou à un autre à la musique en question. Pratiquement, un seul de ces trois angles d'approche, nécessairement incompatibles, peut être utilisé selon la situation de chaque individu ; ce qui signifie que, pour ceux qui n'appartiennent pas à la communauté africaine au sein de laquelle la musique se vit, seules les deux premières façons sont possibles.

La situation de l'ethnomusicologue

L'ethnomusicologue est par définition étranger, par sa démarche analytique et scientifique, à l'univers des musiques africaines. Même dans le meilleur des cas, lorsqu'il est originaire de la société africaine dont il étudie la musique ou plus souvent lorsqu'il a vécu un certain temps avec les gens qui pratiquent la musique en question, il reste, par ses méthodes d'analyse, ses critères de référence, sa connaissance ethnomusicologique et sa prise de conscience, un étranger vis-à-vis de la musique telle qu'elle vit, telle qu'elle est animée et ressentie par tous ceux qui y participent. Il est condamné à une certaine forme d'ignorance et d'isolement qui lui permet précisément de conquérir une autre forme de savoir, dont l'intérêt scientifique est primordial dans la perspective d'une meilleure connaissance des phénomènes musicaux. C'est ainsi qu'il peut mettre en lumière des structures déterminées dans l'ordre des hauteurs sonores (échelles, modes, formes mélodiques), du rythme, des relations avec le contexte social et religieux, jusqu'à établir une véritable « théorie » de la musique, se rapportant à des musiques qui jusqu'à présent n'en avaient jamais connu bien qu'inconsciemment elles s'y rapportassent. On pourrait définir l'ethnomusicologue comme étant le « théoricien des musiques sans théorie », formulant les règles de l'organisation cohérente et complexe des langages musicaux qui s'étaient toujours refusé à livrer les secrets d'une théorie détenue par la mémoire des ancêtres. D'une certaine man [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages

Écrit par :

  • : musicologue, fondateur de la collection Ocora, expert international en matière d'ethnomusicologie

Classification

Autres références

«  MUSICALES TRADITIONS  » est également traité dans :

MUSICALES (TRADITIONS) - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Pierre BILLARD
  •  • 276 mots

La tradition musicale occidentale, qui fait l'objet de l'enseignement dans les conservatoires, ne saurait résumer toute la musique du monde. Quelle que soit l'importance privilégiée qu'elle prend aux yeux des Occidentaux par le nombre et la grandeur des monuments auxquels elle a donné naissance, n'oublions pas qu'elle n'est, après tou […] Lire la suite

MUSICALES (TRADITIONS) - Le fonds musical européen

  • Écrit par 
  • Roberto LEYDI
  •  • 4 234 mots

Les vicissitudes historiques, les transformations socio-économiques, la pression continue et croissante des cultures dominantes et, à notre époque, le conditionnement exercé par la « sous-culture » des mass media n'ont pas détruit les nombreuses traditions musicales orales des couches populaires européennes mais les ont assurément modifiées. Sous le vernis d'une culture de masse que les lois du ma […] Lire la suite

MUSICALES (TRADITIONS) - Musiques des Amériques

  • Écrit par 
  • Gérard BEHAGUE
  •  • 5 846 mots
  •  • 3 médias

Le continent américain présente une immense variété de cultures issues, non seulement d'ethnies différentes (indiennes, africaines, néo-européennes et néo-asiatiques), mais aussi de circonstances ethno-historiques particulières, liées aux mouvements migratoires inter- et transcontinentaux du début de la colonisation du xvie siècle. Cette diversité s'e […] Lire la suite

MUSICALES (TRADITIONS) - Musique de l'Inde

  • Écrit par 
  • Mireille HELFFER
  •  • 3 545 mots
  •  • 2 médias

En Europe, l'étude de la musique de l'Inde est longtemps restée le monopole des érudits, qui seuls pouvaient avoir accès aux traités en langue sanskrite ; cependant, pour la plupart, ils ignoraient la musique vivante du continent indien.Avec d'une part l'avènement de l'enregistrement sonore, avec d'autre part la venue de virtuoses indiens dans les salles de […] Lire la suite

MUSICALES (TRADITIONS) - Musique hébraïque

  • Écrit par 
  • Amnon SHILOAH
  •  • 3 337 mots

L'héritage musical du peuple d'Israël est caractérisé par trois mille ans d'histoire et par l'impressionnante variété de ses constituants. De nombreuses cultures musicales sont à l'arrière-plan de son évolution : celles des civilisations antiques et helléniques à l'époque des patriarches et des Temples, et celles de tous les pays de la Diaspora pendant environ deux mille ans de dispersion. Des mus […] Lire la suite

MUSICALES (TRADITIONS) - Musiques de l'Islam

  • Écrit par 
  • Charles DUVELLE, 
  • Amnon SHILOAH
  •  • 7 284 mots
  •  • 2 médias

Les musiques d'une vaste région géographique allant de l'Asie centrale à l'Atlantique constituent les branches d'une même famille musicale ayant pris racine dans les foyers culturels du Proche-Orient et du Moyen-Orient. En dépit de leurs multiples apparences, ces musiques, qui appartiennent toutes à la tradition orale, présentent certaines caractéristiques communes, surtout dans l'art savant ; cel […] Lire la suite

MUSICALES (TRADITIONS) - Musiques d'inspiration chinoise

  • Écrit par 
  • TRAN VAN KHÊ
  •  • 8 750 mots
  •  • 11 médias

Du point de vue géographique, l'Extrême-Orient, pris dans son sens restrictif, désigne l'ensemble des pays d'Asie orientale (Chine, Japon, Corée, Mongolie). En général, ce terme couvre toutes les régions précitées et le Sud-Est asiatique : Birmanie, Thaïlande, Laos, Cambodge, Vietnam, Malaisie, Indonésie et Philippines. Du point de vue musical, on groupe ici sous ce titre les pays de l'Asie orient […] Lire la suite

MUSICALES (TRADITIONS) - Musiques de l'Asie du Sud-Est

  • Écrit par 
  • TRAN VAN KHÊ
  •  • 4 934 mots
  •  • 5 médias

L'influence de la Chine, relativement faible dans l'Asie du Sud-Est – c'est-à-dire les pays situés au sud de la Chine et à l'est de l'Inde : Birmanie, Thaïlande, Laos, Cambodge, Vietnam, Malaisie, Indonésie et Philippines –, se fait sentir […] Lire la suite

MUSICALES (TRADITIONS) - Musiques de l'Océanie

  • Écrit par 
  • Mervyn Evan MCLEAN
  •  • 5 753 mots
  •  • 11 médias

L'idée stéréotypée que l'on se fait de la musique des mers du Sud dérive d'images vagues où, sur des plages tropicales, l'ukélélé et la guitare hawaïenne accompagnent le chant des vahinés. La véritable richesse de la vie musicale de ces régions constitue une réalité très différente […] Lire la suite

ALCHIMIE

  • Écrit par 
  • René ALLEAU, 
  • Universalis
  •  • 13 656 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'univers symbolique du Grand Œuvre »  : […] La littérature alchimique et son langage, tels que le corpus traditionnel occidental en présente les témoignages, ont eu pour but principal de transmettre, sous le voile de leurs structures particulières et grâce à elles, une révélation et une illumination qui dépendaient d'un seuil d'éveil intérieur. En le franchissant, le néophyte pénétrait dans cet « autre monde » qu'est l'univers du Grand Œuv […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Charles DUVELLE, « MUSICALES (TRADITIONS) - Musique d'Afrique noire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/musicales-traditions-musique-d-afrique-noire/