Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MUON ET MODÈLE STANDARD EN PHYSIQUE

Nombre de progrès de la connaissance scientifique sont dus à l’exploration de domaines jusque-là techniquement inaccessibles : ainsi, en physique des particules élémentaires, la découverte, à la fin des années 1960, de la structure interne du proton, a nécessité le bombardement de la matière par des faisceaux d’électrons d’énergie inégalée à l’époque, et la découverte du boson de Higgs n’aurait pu être annoncée en 2012 sans la mise au point de collisionneurs de protons d’énergie encore plus élevée. Dans d’autres domaines de la physique, c’est l’utilisation de lasers très puissants, le piégeage d’atomes refroidis jusqu’à des températures record, ou l’observation des confins de la Galaxie qui ouvrent le champ aux nouvelles découvertes. Une autre approche, peut-être plus difficile à populariser, en tout cas plus discrète, repose sur la quête d’une amélioration significative de la précision de certaines mesures emblématiques. La mesure du moment magnétique des électrons et des muons est caractéristique de cette deuxième voie, et les résultats récents obtenus par une équipe de physiciens du laboratoire Fermi, près de Chicago (États-Unis), ont encore démontré sa fécondité – allant jusqu’à la mise en cause de la validité du modèle standard actuel des interactions fondamentales.

Spin et moment magnétique des particules élémentaires

En physique classique, un corps chargé en rotation est sensible à un champ magnétique, cette sensibilité étant caractérisée par l’intensité de son moment magnétique. Ainsi, un électron (de charge Q et de masse m) en rotation uniforme à une vitesse vsur une boucle de courant de rayon r a un moment magnétique proportionnel à son moment angulaire (produit vectoriel m·r·v). Le coefficient de proportionnalité – appelé rapport gyromagnétique – est égal à Q/2m.

En physique quantique, les expériences ont démontré qu’il faut aussi tenir compte de l’existence d’un moment angulaire intrinsèque de pratiquement toutes les particules élémentaires, appelé « spin ». Cette espèce de rotation sur elle-même d’une entité pourtant ponctuelle est quantifiée par la minuscule constante de Planck h = 6,63 × 1034 joule seconde (J·s) : le spin de l’électron, du muon, des neutrinos ou des quarks est égal à h/4π, tandis que le spin du photon ou celui des gluons égale h/2π ; le boson de Higgs est la seule particule élémentaire connue dont le spin soit nul.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur de recherche émérite au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Déplacement de l’anneau de stockage de l’expérience  « Muon <em>g</em> – 2 » - crédits : Brookhaven National Laboratory/ Alamy/ Hemis

Déplacement de l’anneau de stockage de l’expérience  « Muon g – 2 »

Comparaison de la valeur théorique et des valeurs expérimentales du rapport gyromagnétique du muon - crédits : Encyclopædia Universalis France

Comparaison de la valeur théorique et des valeurs expérimentales du rapport gyromagnétique du muon

Voir aussi