Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ALI MUHAMMAD, CASSIUS CLAY puis (1942-2016)

Il se proclamait « le plus grand ». Et, de fait, il l'était. Peu de champions ont laissé une empreinte si profonde dans l'histoire du sport que le boxeur Cassius Clay, devenu Muhammad Ali ; peu de sportifs se sont engagés avec une telle force de conviction dans la défense de leurs idées et d'un idéal du monde – ce qui lui valut d'être déchu de son titre, privé de son passeport et lui coûta les plus belles années de sa carrière. Il fut à la fois le plus célèbre boxeur professionnel de l'histoire et un grandiloquent porte-voix de la cause des Noirs américains, de l'islam et du Tiers Monde.

Muhammad Ali révolutionna l'approche pugilistique chez les poids lourds. Alors que, dans cette catégorie, la puissance et la masse semblaient les seuls gages de réussite, il imposa de nouveaux canons : il tournoyait sans cesse sur le ring, épuisant son adversaire, maintenait ses bras le long du corps plutôt que de protéger son visage, semblant offrir sa face aux coups, pour mieux contrer son rival. « Je vole comme un papillon, je pique comme une abeille », déclamait-il. Cette phrase résume son style, tout en mouvement et en changements de rythme.

Avec Muhammad Ali, le centre de gravité du boxing business se déplaça des États-Unis vers le Tiers Monde, du Madison Square Garden de New York vers Kinshasa et Manille. Au grand dam de l'Amérique bien-pensante des années 1960 et 1970, il épousa l'islam, refusa d'aller au Vietnam « faire la guerre des Blancs ». En retour, ses supporters se nommaient Gamal Abdel-Nasser, Kwame Nkrumah, Elijah Muhammad ou Malcolm X.

Muhammad Ali conquit trois fois le titre mondial des lourds (en 1964 contre Sonny Liston, en 1974 face à George Foreman, en 1978 contre Leon Spinks) et le défendit victorieusement à dix-neuf reprises. Il disputa soixante et un combats chez les professionnels, et en remporta cinquante-six.

De Cassius Clay à Muhammad Ali

Cassius Marcellus Clay est né le 17 janvier 1942 à Louisville (Kentucky), dans une famille modeste. Tiraillé entre une mère dévouée et pieuse et un père alcoolique et dilettante, le jeune garçon a des résultats scolaires médiocres, mais se montre un sportif brillant. À douze ans, un vol de bicyclette va changer son destin : alors qu'il veut se venger de l'impudent qui lui a dérobé son précieux engin, un policier, Joe Martin, par ailleurs entraîneur de boxe, le convainc de canaliser son énergie sur un ring. Cassius Clay devient champion des États-Unis chez les amateurs, dans la catégorie des mi-lourds. Il obtient le titre le plus envié par les jeunes boxeurs outre-Atlantique, les golden gloves (« gants d'or »), en 1959 et en 1960, et se voit sélectionné pour les jeux Olympiques de Rome, en 1960. En finale des mi-lourds, il domine le Polonais Zbigniew Pietrzykowski : employant une stratégie qui le rendra célèbre, il exécute une sorte de danse autour de son adversaire pendant les deux premiers rounds, avant de le rouer de coups lors du troisième et dernier.

Muhammad Ali contre Sonny Liston - crédits : Bettmann/ getty Images

Muhammad Ali contre Sonny Liston

Il passe professionnel après les Jeux, sous la houlette d'Angelo Dundee, un entraîneur expert d'origine italienne. Clay, qui boxe désormais chez les lourds, enchaîne dix-neuf victoires. Le 25 février 1964, il a l'opportunité de combattre pour le titre mondial, face à Sonny Liston : le match tourne à la confusion de tous les parieurs, car Liston, le favori, un ancien repris de justice au punch redoutable, abandonne à l'appel de la septième reprise, épuisé et semble-t-il blessé à l'épaule. À vingt-deux ans, Clay s'empare de la plus prestigieuse des ceintures. La revanche, prévue pour novembre 1964, aura finalement lieu le 25 mai 1965, à Lewiston (Maine) : en moins de 2 minutes, Liston est mis KO.

Entre ces deux dates, Cassius Clay a épousé la cause des Black Muslims (les Musulmans noirs), une organisation religieuse séparatiste, et rejeté[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Pour citer cet article

Pierre LAGRUE. ALI MUHAMMAD, CASSIUS CLAY puis (1942-2016) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 22/05/2023

Média

Muhammad Ali contre Sonny Liston - crédits : Bettmann/ getty Images

Muhammad Ali contre Sonny Liston

Autres références

  • ATLANTA (JEUX OLYMPIQUES D') [1996] - Chronologie

    • Écrit par
    • 3 833 mots
    ...une intense émotion, qui se propage sans doute dans le monde entier par l'intermédiaire de la télévision : sur les écrans géants apparaît le visage de Muhammad Ali ; celui-ci, diminué par la maladie de Parkinson, embrase la vasque olympique. L'Amérique rend ainsi hommage à un champion que, naguère, elle...
  • BOXE - (repères chronologiques)

    • Écrit par
    • 420 mots

    1719 James Figg est le premier champion d'Angleterre de boxe à poings nus ; il conservera son titre jusqu'en 1734.

    17 août 1743 Publication, à l'initiative de l'Anglais Jack Broughton, d'un premier code de la boxe, The Rules to Be Observed in All Battles on the Stage....

  • JEUX OLYMPIQUES

    • Écrit par , et
    • 14 654 mots
    • 11 médias
    Les Jeux débutent par un grand moment d'émotion : Muhammad Ali, atteint de la maladie de Parkinson, embrase la vasque olympique – l'Amérique et le champion se réconcilient. En athlétisme, les exploits sont au rendez-vous avec les succès sur 200 (19,32 s, record du monde pulvérisé) et 400 mètres de...