MOUSSES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Cycle de vie des mousses

Cycle de vie des mousses
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Le groupe des mousses, un rapprochement contre nature ?

Le groupe des mousses, un rapprochement contre nature ?
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Les mousses et leur dépendance à l’eau

Les végétaux sont constitués de plus de 80 p. 100 d’eau. Par rapport au milieu aquatique où est apparue la vie, le milieu terrestre impose une contrainte hydrique majeure : l’air est par nature desséchant. L’organisme terrestre est ainsi confronté au risque permanent de déshydratation de ses tissus par évaporation. Le maintien de son équilibre hydrique doit se faire en compensant les pertes de vapeur d’eau par une entrée d’eau liquide. Cependant, la disponibilité en eau est réduite en milieu terrestre par rapport au milieu aquatique. Deux stratégies évolutives ont permis aux plantes de s’adapter à cette contrainte majeure.

Les Trachéophytes, c’est-à-dire toutes les plantes terrestres à l’exception des mousses, possèdent de vrais tissus conducteurs (xylème et bois) qui acheminent l’eau du sol jusqu’aux feuilles. L’eau est évaporée massivement par les feuilles mais ces pertes foliaires sont en permanence compensées par les entrées racinaires, ce qui maintient un équilibre hydrique dynamique dans la plante. De plus, la protection des surfaces évaporantes que sont les feuilles par une cuticule imperméable et des ouvertures contrôlables, les stomates, limitent les pertes en eau. Ainsi, les Trachéophytes sont des plantes homéohydres, c’est-à-dire que leur teneur en eau est maintenue stable. Elles ne supportent pas la déshydratation et minimisent leurs pertes en eau. C’est une stratégie de résistance face à la contrainte hydrique du milieu.

À l’inverse, les mousses ne possèdent pas des tissus conducteurs lignifiés homologues à ceux des Trachéophytes. De plus, elles n’ont ni protection cuticulaire, ni stomates et se déshydratent donc facilement par toute leur surface. La teneur en eau des mousses suit les variations d’hygrométrie de l’environnement extérieur. Ce sont des plantes poïkilohydres, c’est-à-dire que leur teneur en eau est variable, en fonction de la teneur en eau du milieu extérieur. Elles restent pour beaucoup inféodées aux milieux humides, mais de nombreuses espèces sont aussi pionnières des milieux secs et présentes dans l [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MOUSSES  » est également traité dans :

BRYOPHYTES

  • Écrit par 
  • Suzanne JOVET
  •  • 5 098 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Classification des Bryophytes »  : […] L'embranchement des Bryophytes comprend cinq classes : classe I, Hepaticopsida  ; classe II, Anthocerotopsida  ; classe III, Sphagnopsida  ; classe IV, Andreaeopsida  ; classe V, Bryopsida. On désigne couramment par «  Hépatiques » l'ensemble des classes I et II, par «  Sphaignes » la clas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bryophytes/#i_16013

EMBRYOPHYTES ou CORMOPHYTES ou ARCHÉGONIATES

  • Écrit par 
  • Jean-Yves DUBUISSON, 
  • Sabine HENNEQUIN
  •  • 3 239 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Diversité morphologique des Embryophytes »  : […] Les Embryophytes sont morphologiquement très diversifiées, avec un appareil végétatif allant du thalle (dépourvu de tige et de feuille) le plus simple au cormus complet (comprenant tige, feuille et racine) et à architecture complexe, avec une taille ne dépassant pas quelques millimètres (quelques Hépatiques, certaines lentilles d’eau…) ou formant des arbres dépassant les cent mètres de hauteur (c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cormophytes-embryophytes-archegoniates/#i_16013

PLANTES

  • Écrit par 
  • Marie POTAGE, 
  • Arnaud VAN HOLT
  •  • 6 774 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Diversité structurale des plantes »  : […] Les plantes, quoique de morphologies très variées, ont en commun (à l’exception de quelques rares groupes) de posséder des organes différenciés : une tige portant elle-même des feuilles et des bourgeons, ainsi que, pour la plupart d’entre elles, des racines . Ces organes sont eux-mêmes constitués de tissus, ensembles organisés de cellules spécialisées. Parmi les plus petites plantes se trouvent le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plantes/#i_16013

REPRODUCTION, biologie

  • Écrit par 
  • Henri CAMEFORT, 
  • Jean GÉNERMONT, 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Philippe L'HÉRITIER
  •  • 7 210 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La vie végétative se déroule totalement ou partiellement en haploïdie (n chromosomes) »  : […] Cette situation caractérise les végétaux dits « inférieurs », thallophytes (algues) et bryophytes (mousses). Certains thallophytes passent la totalité de leur vie en haploïdie. Dans le cas de l'algue filamenteuse spirogyre, la gamétogenèse est liée à la présence de conditions défavorables à la vie végétative. On observe alors que les filaments de l'algue s'apparient et que les cellules qui les co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reproduction-biologie/#i_16013

SPOROGONE, botanique

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 123 mots

L'appareil sporifère des mousses ou bryophytes est constitué de tissus diploïdes nés après reproduction sexuée dans une archégone au sommet de la partie feuillée de la plante (ou sur ses bords). C'est donc un sporophyte, mais rattaché à l'axe feuillé sur lequel il s'est développé, qui est le gamétophyte. Il y a donc ici continuité gamétophyto-sporophytique, considérée comme une manière de parasiti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sporogone-botanique/#i_16013

TOURBIÈRES

  • Écrit par 
  • Marcel BOURNÉRIAS
  •  • 3 140 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Dynamique d'une tourbière ombrogène »  : […] L'une des séries évolutives les plus complètes s'observe en France sur le second plateau du Jura, vers 1 000 mètres d'altitude : les tourbières topogènes calcaires, initiales, passent en effet rapidement, sous l'influence du climat (1 400 mm de précipitations annuelles, 7  0 C de moyenne thermique), à des tourbières ombrogènes. Les eaux où naissent ces tourbières reposent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tourbieres/#i_16013

Voir aussi

Pour citer l’article

Catherine LENNE, « MOUSSES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mousses/