MOUSSES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le cycle de vie des mousses

Toutes les Embryophytes ont un cycle de vie digénétique, c’est-à-dire qui alterne deux générations. Chez les mousses, ces deux générations sont d’un aspect très différent. On parle alors de cycle digénétique hétéromorphe.

Cycle de vie des mousses

Cycle de vie des mousses

Dessin

Deux générations alternent chez les mousses grâce aux deux événements cellulaires : la fécondation et la méiose. La génération haploïde (n chromosomes) correspond au gamétophyte. Cet individu mousse, issu du développement d'une spore après méiose, produit les gamètes mâles... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La génération principale est le pied de mousse. Il forme un organisme chlorophyllien pérenne, se présentant sous forme d’un thalle (lame plane simple) ou d’une tige feuillée, dont toutes les cellules sont haploïdes. La mousse porte des gamétanges, mâles (anthéridies) ou femelles (archégones), qui sont les organes producteurs des cellules sexuelles (gamètes) mâles (les spermatozoïdes) et femelles (les oosphères). Cette génération productrice de gamètes représente donc le gamétophyte haploïde. La rencontre des gamètes mâle et femelle et leur fusion (la fécondation) produit la cellule œuf (zygote), première cellule diploïde (deux lots de chromosomes dans le noyau, soit 2 n chromosomes) de la seconde génération.

Plus discrète, la seconde génération est représentée par le sporogone, une petite capsule portée en général par une fine soie (pédoncule filiforme). À maturité, des cellules diploïdes à l’intérieur de la capsule subissent une méiose (division cellulaire) pour former alors les spores haploïdes. Comme ces spores sont issues d’une méiose (c’est de la reproduction sexuée), elles sont appelées méiospores. Le sporogone représente donc le sporophyte diploïde. Chez les mousses, il reste de taille réduite, éphémère et dépendant du gamétophyte sur lequel il se développe en parasite.

Par ces deux générations, le cycle de vie des mousses est bien un cycle digénétique mais, à l’inverse des autres plantes terrestres, il est caractérisé par une phase haploïde (dite haplophase) dominante dans le temps et l’espace : c’est le pied de mousse lui-même. La génération sporophytique diploïde est réduite en taille et toujours dépendante de la génération gamétophytique haploïde : c’est le sp [...]


Médias de l’article

Cycle de vie des mousses

Cycle de vie des mousses
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Le groupe des mousses, un rapprochement contre nature ?

Le groupe des mousses, un rapprochement contre nature ?
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MOUSSES  » est également traité dans :

BRYOPHYTES

  • Écrit par 
  • Suzanne JOVET
  •  • 5 098 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Classification des Bryophytes »  : […] L'embranchement des Bryophytes comprend cinq classes : classe I, Hepaticopsida  ; classe II, Anthocerotopsida  ; classe III, Sphagnopsida  ; classe IV, Andreaeopsida  ; classe V, Bryopsida. On désigne couramment par «  Hépatiques » l'ensemble des classes I et II, par «  Sphaignes » la classe III, par «  Mousses » les classes IV et V. Le choix de ces divisions et l'ordre dans lequel elles sont prés […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bryophytes/#i_16013

EMBRYOPHYTES ou CORMOPHYTES ou ARCHÉGONIATES

  • Écrit par 
  • Jean-Yves DUBUISSON, 
  • Sabine HENNEQUIN
  •  • 3 239 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Diversité morphologique des Embryophytes »  : […] Les Embryophytes sont morphologiquement très diversifiées, avec un appareil végétatif allant du thalle (dépourvu de tige et de feuille) le plus simple au cormus complet (comprenant tige, feuille et racine) et à architecture complexe, avec une taille ne dépassant pas quelques millimètres (quelques Hépatiques, certaines lentilles d’eau…) ou formant des arbres dépassant les cent mètres de hauteur (c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cormophytes-embryophytes-archegoniates/#i_16013

PLANTES

  • Écrit par 
  • Marie POTAGE, 
  • Arnaud VAN HOLT
  •  • 6 774 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Diversité structurale des plantes »  : […] Les plantes, quoique de morphologies très variées, ont en commun (à l’exception de quelques rares groupes) de posséder des organes différenciés : une tige portant elle-même des feuilles et des bourgeons, ainsi que, pour la plupart d’entre elles, des racines . Ces organes sont eux-mêmes constitués de tissus, ensembles organisés de cellules spécialisées. Parmi les plus petites plantes se trouvent le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plantes/#i_16013

REPRODUCTION, biologie

  • Écrit par 
  • Henri CAMEFORT, 
  • Jean GÉNERMONT, 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Philippe L'HÉRITIER
  •  • 7 210 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La vie végétative se déroule totalement ou partiellement en haploïdie (n chromosomes) »  : […] Cette situation caractérise les végétaux dits « inférieurs », thallophytes (algues) et bryophytes (mousses). Certains thallophytes passent la totalité de leur vie en haploïdie. Dans le cas de l'algue filamenteuse spirogyre, la gamétogenèse est liée à la présence de conditions défavorables à la vie végétative. On observe alors que les filaments de l'algue s'apparient et que les cellules qui les co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reproduction-biologie/#i_16013

SPOROGONE, botanique

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 123 mots

L'appareil sporifère des mousses ou bryophytes est constitué de tissus diploïdes nés après reproduction sexuée dans une archégone au sommet de la partie feuillée de la plante (ou sur ses bords). C'est donc un sporophyte, mais rattaché à l'axe feuillé sur lequel il s'est développé, qui est le gamétophyte. Il y a donc ici continuité gamétophyto-sporophytique, considérée comme une manière de parasiti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sporogone-botanique/#i_16013

TOURBIÈRES

  • Écrit par 
  • Marcel BOURNÉRIAS
  •  • 3 140 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Dynamique d'une tourbière ombrogène »  : […] L'une des séries évolutives les plus complètes s'observe en France sur le second plateau du Jura, vers 1 000 mètres d'altitude : les tourbières topogènes calcaires, initiales, passent en effet rapidement, sous l'influence du climat (1 400 mm de précipitations annuelles, 7  0 C de moyenne thermique), à des tourbières ombrogènes. Les eaux où naissent ces tourbières reposent sur des moraines wurmienn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tourbieres/#i_16013

Voir aussi

Pour citer l’article

Catherine LENNE, « MOUSSES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mousses/