MONUMENTS À DÉCORS DE MOSAÏQUES, Ravenne (Italie) (repères chronologiques)

425-450 Construction du « mausolée de Galla Placidia », impératrice d'Occident, sur le côté sud du narthex de l'église de la Sainte-Croix à Ravenne. L'édifice est décoré de mosaïques à dominante bleue dont la symbolique funéraire est axée sur le thème de la Résurrection.

432-440 Mosaïques de Sainte-Marie-Majeure à Rome.

458 Décoration du baptistère des Orthodoxes, accolé à la cathédrale de Ravenne, sous l'épiscopat de Néon. La coupole est ornée d'une mosaïque représentant le baptême du Christ. Cette scène est circonscrite par le cortège apostolique mené par l'apôtre Pierre.

493-526 C'est entre 493 et 526, période de son règne, que le roi Théodoric le Grand fit construire et décorer de mosaïques la basilique Saint-Apollinaire-le-Neuf. Elle était alors destinée à la célébration du culte arien et dédiée au Christ. Au début de son règne, Théodoric avait fait construire le baptistère des Ariens dont la coupole reprenait un décor similaire à celui du baptistère des Orthodoxes.

494-519 Entre 494 et 519, l'évêque de Ravenne Pierre II fait construire la chapelle de l'archevêché, dédiée à la gloire du Christ, qui est représenté au-dessus de la porte d'entrée en tenue militaire. Piétinant les symboles du mal que sont le lion et le serpent, il tient une croix de la main droite et un livre portant une inscription ego sum via, veritas et vita (« Je suis la voie, la vérité et la vie »).

Vers 500 500 est la date approximative à laquelle se situerait l'exécution des mosaïques de Saint-Apollinaire-le-Neuf.

17 mai 547 Consécration du martyrium de plan octogonal Saint-Vital de Ravenne, sous l'évêque Maximien. L'église avait été commencée entre 521 et 532 sous l'épiscopat d'Ecclesius, son commanditaire représenté sur les mosaïques, et elle fut financée par Julianus Argentarius. À travers les très riches mosaïques qui ornent les murs et le voûtement de l'édifice se dessine un message politique qui fait de l'empereur, Justinien, le garant de la continuité du règne du Christ sur terre. Il reprend à son compte la procession originelle de Saint-Apollinaire-le-Neuf et se fait représenter sur la mosaïque du Chœur, portant des offrandes au Christ.

9 mai 549 Consécration par Maximien de l'église Saint-Apollinaire-in-Classe, commencée par l'évêque Ursicinus. Comme pour Saint-Vital, les travaux furent financés par Julianus Argentarius ; l'évêque commanditaire, ainsi que ses successeurs et ses prédécesseurs, est représenté sur de riches mosaïques à la gloire d'Apollinaire, le saint protecteur de l'édifice.

Vers 561 Après l'édit de Justinien contre l'arianisme, en 561, la basilique est convertie au culte catholique et placée sous le vocable de saint Martin par Agnellus, archevêque de 556 à 571.

Milieu du ixe siècle La basilique reçoit, sous l'épiscopat de Jean VII, la titulature qu'elle porte aujourd'hui encore,. Celui-ci y avait fait transférer les reliques de saint Apollinaire, évangélisateur de Classe et de Ravenne, jusqu'alors conservées dans la basilique de Saint-Apollinaire-in-Classe située à quelques kilomètres de Ravenne, pour les soustraire aux pillages des Sarrasins.

1950 L'abside, détruite au xvie siècle, est reconstituée en 1950 selon son plan originel semi-circulaire.

— Christophe MOREAU

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Christophe MOREAU, « MONUMENTS À DÉCORS DE MOSAÏQUES, Ravenne (Italie) - (repères chronologiques) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL :

Voir aussi