MODERNISMO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Si, depuis deux siècles au moins, rien n'est plus commun en littérature que l'aspiration à la modernité, il n'en est pas moins vrai que le mot modernismo (modernisme) évoque très particulièrement, depuis 1890 environ, un ensemble d'écrivains de langue espagnole qui ont choisi cette appellation pour manifester leur commune tendance à un renouvellement des thèmes et des formes.

Le choix de l'idéalisme

On peut prendre comme point de départ de ce mouvement la période comprise entre 1880 et 1890. Ce n'est pas seulement la décennie où Rubén Darío publie son premier grand livre, Azul (Belu, 1888) ; c'est également l'époque où parviennent à l'âge adulte et produisent leurs premiers ouvrages ceux que l'on peut considérer comme les pionniers du modernismo : les Mexicains Salvador Díaz Mirón et Manuel Gutiérrez Najera, le Cubain Julián del Casal, le Colombien José Asunción Silva. On pouvait alors constater, sur le plan littéraire, dans la plupart des pays d'Amérique latine, une stagnation, ou même un recul de l'expression lyrique – alors que les prosateurs s'étaient engagés, avec un bonheur inégal, sur les voies du réalisme et du naturalisme. Sur le plan politique et social, à la faveur d'une relative accalmie dans la série de guerres et de coups d'État qui avaient marqué le premier demi-siècle d'indépendance, la grande bourgeoisie consolidait ses positions et connaissait une prospérité croissante. Entre ces deux séries de faits, ceux qui allaient brandir le drapeau de la révolution moderniste eurent tendance à voir un lien direct. Ils dénoncèrent dans le culte de la réussite matérielle une des causes du déclin littéraire et spirituel. Ils s'en prirent à certaine philosophie dite positiviste qui prévalait alors chez eux. Ils s'insurgèrent enfin contre l'influence envahissante de l'utilitarisme et du matérialisme scientiste des États-Unis. En somme, c'est au nom d'un idéalisme, éthiqu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences à la faculté des lettres et sciences humaines d'Amiens

Classification

Autres références

«  MODERNISMO  » est également traité dans :

AMÉRIQUE LATINE - Littérature hispano-américaine

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN, 
  • Michel BERVEILLER, 
  • François DELPRAT, 
  • Jean-Marie SAINT-LU
  •  • 16 290 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le modernisme »  : […] Parmi les personnalités littéraires qui côtoyèrent le mouvement moderniste sans s'y rattacher, le Cubain José Martí (1853-1895) occupe une place éminente. Engagé dès avant l'âge d'homme dans la lutte pour l'indépendance de son île natale, il succomba prématurément à la répression espagnole, non sans avoir prodigué ses talents de polémiste, d'orateur et de poète, simple et grand, au service de son […] Lire la suite

ANDRADE MÁRIO DE (1893-1945)

  • Écrit par 
  • Mario CARELLI
  •  • 939 mots

L'écrivain brésilien Mário de Andrade a été l'artisan d'une ample réinterprétation de la culture de son pays, culture qu'il a contribué à renouveler en profondeur. Poète, romancier, musicologue, folkloriste, critique d'art, épistolier, collectionneur, il est devenu non seulement la conscience d'une génération clef, celle des modernistes, mais aussi une référence fondatrice pour les générations sui […] Lire la suite

L'APPRENTI TOURISTE et MACOUNAÏMA (M. de Andrade)

  • Écrit par 
  • Hadrien LAROCHE
  •  • 1 238 mots

Au cœur du grand mouvement de réappropriation par les Brésiliens de leur propre culture, le modernisme ou la tentative de retrouver l'héritage noir, indien et portugais, au besoin en le « mangeant » (comme semblait y inviter le titre de la Revue d'anthropologie ), Mário de Andrade (1893-1945) appelle à « la révolte contre la façon d'être de l'intelligence nationale ». Il déclare, manière de précis […] Lire la suite

BRÉSIL - La littérature

  • Écrit par 
  • Mario CARELLI, 
  • Ronny A. LAWTON, 
  • Michel RIAUDEL, 
  • Pierre RIVAS
  •  • 12 484 mots

Dans le chapitre « Débuts du modernisme »  : […] À l'approche du centenaire de l'indépendance nationale, un frémissement de nationalisme et d'optimisme parcourut le pays. L'intelligentsia était décidée à rompre définitivement les liens culturels avec le Portugal et à proclamer son indépendance artistique. São Paulo, centre commercial du pays, proposait dans son « mélange épique » et cosmopolite le modèle de ce que devait être le Brésil de demain […] Lire la suite

CASAL JULIÁN DEL (1863-1893)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 150 mots

L'écrivain cubain Julián del Casal eut une existence brève, maladive et solitaire. Son œuvre poétique, marquée par l'influence de Leopardi et surtout de Baudelaire, traduit un sentiment intense de nostalgie, d'angoisse, d'isolement, de mort, les affres d'une âme avide d'évasion dans l'exotisme ou bien qui aspire à se perdre dans les bas-fonds des villes : Feuilles au vent ( Hojas al viento , 1890 […] Lire la suite

CHANTS DE VIE ET D'ESPÉRANCE, Rubén Darío - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 814 mots

Azur (1888) et Proses profanes (1896) inauguraient avec éclat le modernisme, mouvement littéraire qui s'était imposé dans le monde hispanique à la fin du xix e  siècle. Chants de vie et d'espérance (1905) en manifeste l'épanouissement. Reconnu comme le héraut d'une esthétique nouvelle, le poète nicaraguayen Rubén Darío (1867-1916) est alors âgé de trente-huit ans. Publié à Madrid, le livre conti […] Lire la suite

DARÍO RUBÉN (1867-1916)

  • Écrit par 
  • Sylvia MOLLOY
  •  • 1 072 mots

On identifie trop souvent le poète nicaraguayen Rubén Darío avec le mouvement, surgi dans la littérature hispano-américaine à la fin du xix e  siècle, qui reçut le nom de modernisme. L'année 1888, date de la publication de son premier grand recueil, Azul ( Bleu ), est même considérée, par certains, comme celle de l'origine officielle du mouvement. En réalité, il s'agit d'un phénomène collectif : […] Lire la suite

DÍAZ MIRÓN SALVADOR (1853-1928)

  • Écrit par 
  • Sylvie LÉGER
  •  • 275 mots

Poète mexicain précurseur du modernisme, Díaz Mirón publie en 1886 un cahier de poésies qui a un retentissement dans toute l'Amérique latine. En 1889, Rubén Darío le salue pour son esprit libertaire et lui dédie en 1890 un Medallón dans sa nouvelle édition d' Azul . Díaz Mirón renie par la suite cette première époque lyrique, influencée par le romantisme de Byron et de Victor Hugo ; Sursum , A G […] Lire la suite

GÜIRALDES RICARDO (1886-1927)

  • Écrit par 
  • Sylvia MOLLOY
  •  • 963 mots

Écrivain dont l'œuvre est un bon exemple de cette littérature hispano-américaine qui, dans le premier quart du xx e siècle, tenta de réagir contre la tyrannie du « modernisme ». Cette réaction revêtit des formes diverses : du côté des poètes, elle se manifesta par une volonté de rupture avec l'esthétisme « moderniste » et par l'imitation de l'avant-garde européenne ; du côté des romanciers, elle […] Lire la suite

GUTIÉRREZ NÁJERA MANUEL (1859-1895)

  • Écrit par 
  • Sylvie LÉGER
  •  • 310 mots

Poète mexicain, Gutiérrez Nájera est l'un des initiateurs du mouvement moderniste ; influencé par le poète espagnol G. A. Bécquer et par Musset dans l'élaboration de son lyrisme raffiné, il demeura fidèle à certains principes romantiques. À l'aise dans la tradition des octosyllabes et des endécasyllabes, il n'a pas renouvelé la métrique, mais il est plutôt un créateur d'images poétiques jaillissan […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel BERVEILLER, « MODERNISMO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/modernismo/