L'APPRENTI TOURISTE et MACOUNAÏMA (M. de Andrade)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au cœur du grand mouvement de réappropriation par les Brésiliens de leur propre culture, le modernisme ou la tentative de retrouver l'héritage noir, indien et portugais, au besoin en le « mangeant » (comme semblait y inviter le titre de la Revue d'anthropologie), Mário de Andrade (1893-1945) appelle à « la révolte contre la façon d'être de l'intelligence nationale ». Il déclare, manière de préciser les choses : « Sans doute l'état de guerre en Europe a-t-il préparé chez les Brésiliens un esprit de guerre avant tout destructeur. » Lui n'aura jamais les moyens d'aller en Europe. Il part à la découverte de sa propre nation, à l'intérieur des terres brésiliennes, jusqu'en pays indien. Ce voyage, outre le fait de mettre en pratique les vœux du modernisme, constitue un laboratoire pour le grand œuvre de Mário de Andrade, du modernisme et même du Brésil, l'histoire de Macounaïma, héros sans caractère.

Nous voilà donc en présence de L'Apprenti Touriste (trad. M. Le Moing et M.-P. Mazéas, Nadeau-Vuitton), aujourd'hui traduit en français et de Macounaïma, déjà traduit en 1979 et qui est ici présenté dans un ensemble nouveau (trad. J. Thiériot, Stock). Précisons qu'une édition savante existe (Macounaïma, édité par Telê Porto Ancona Lopez, Allaca XX (U.N.E.S.C.O., 1996), dont ce livre constitue la version grand public.

En 1927, puis l'année suivante, Mário de Andrade fait deux voyages, l'un en Amazonie, l'autre dans le Nordeste. Il n'y invite pas d'Européens. La première croisière est mondaine, de Andrade est presque le seul homme à bord. Accompagné de la « reine du café », il se divertit. La seconde privilégie la solitude et le souci d'observation. Pourtant, ici comme là, l'écrivain invente des récits, des langages et des concepts. Est restée célèbre la tribu des Indiens Do-Mi-Sol, dont la particularité est le rapport au langage : « Parler, pour eux, est le summum du geste sexuel » (8 juin 1927). Ailleurs, de Andrade marque une distinction entre ces « Indiens pacifiques complètement brésilianisés, qui vivent ici et parlent notre [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : écrivain, diplômé de l'École normale supérieure, docteur ès lettres, chercheur

Classification

Pour citer l’article

Hadrien LAROCHE, « L'APPRENTI TOURISTE et MACOUNAÏMA (M. de Andrade) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-apprenti-touriste-macounaima/