MOBILITÉ SOCIALE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mesurer la mobilité sociale

La question de la mobilité sociale est spontanément appliquée aux individus : peuvent-ils se déplacer dans la structure sociale et le font-ils ? dans quelle mesure ? sous l'effet de quelles causes et avec quels effets sociaux ? Cependant, comme le soulignait Sorokin, cette problématique est généralisable aux groupes sociaux qui peuvent se déplacer en tant que tels dans l'espace social, comme on peut l'observer à l'occasion de révolutions ou de changements institutionnels importants. Dans le domaine social et professionnel, la position relative des groupes professionnels évolue : un agriculteur peut connaître une forme de mobilité soit parce qu'il change de métier, soit parce que le statut social du groupe auquel il appartient change globalement sous l'effet des évolutions économiques et des politiques agricoles ; un ouvrier peut chercher à améliorer la situation de sa famille soit en changeant de métier, soit en militant pour l'amélioration de la condition ouvrière. Toujours avec Sorokin, qui parlait alors de « mobilité culturelle », on peut aussi appliquer cette thématique aux éléments non directement humains des sociétés, tels que les objets et les pratiques culturelles, que leur diffusion ne cesse de déplacer dans l'espace social.

Reposant sur une métaphore spatiale, l'analyse de la mobilité sociale renvoie de ce fait à d'autres distinctions devenues classiques depuis Sorokin : elle peut être horizontale, ascendante ou descendante, qu'il s'agisse d'individus, de groupes, ou même d'objets ou de pratiques culturelles. L'accent habituellement mis sur la mobilité ascendante peut faire négliger l'existence de la mobilité descendante, la première ne pouvant augmenter de manière importante sans la contrepartie de la seconde. Cette distinction ne doit pas non plus faire oublier que les parcours de mobilité ne sont pas nécessairement organisés selon des trajectoires simples : des parcours de type oscillatoire s'observent, où des trajets de sens contraires se succèdent et s'annulent ; c'est ce que Roger Girod a appelé « contre-mobilité » (à ne pas confondre avec la mobilité descendante), situation qui peut s'observer d'autant plus que les statuts sociaux sont influencés par des conjonctures ou des accidents variables, comme dans les cas de statuts non cristallisés.

Cette analyse d'un mouvement (ou non), qui rapporte une position ou une destinée à une origine, conduit aussi à des distinctions selon la nature de l'origine retenue. On peut rapporter les individus soit à eux-mêmes à un moment antérieur de leur existence, pour observer par exemple s'ils ont changé de situation professionnelle, en étudiant leur carrière personnelle, soit à un membre d'une génération antérieure (souvent le père), pour situer leur évolution éventuelle par rapport à leur origine familiale. Cette « mobilité intergénérationnelle » est l'objet le plus classique des études sur la mobilité sociale.

La mise en œuvre de ces distinctions et questions pour analyser les résultats d'enquêtes pose des problèmes qui conduisent à d'autres distinctions. L'articulation entre mobilité collective et mobilité individuelle, ou, plus généralement, le constat d'une évolution rapide et importante des structures sociales des sociétés où l'on étudie la mobilité sociale, rend problématique l'interprétation des résultats observés, et, en particulier, leur lecture en termes de flux de mobilité ascendante. Si on estime que le statut d'ouvrier est supérieur ou préférable à celui d'agriculteur, on observe des flux ascendants systématiques dans les sociétés où l'emploi agricole diminue au profit de l'emploi industriel ; de même lorsque celui-ci décroît au profit des services et de statuts professionnels jugés supérieurs à ceux des ouvriers. La mobilité individuelle paraît ainsi largement dépendante de changements sociaux structurels, de l'évolution d'ensemble de la structure sociale. D'où la distinction souvent faite entre une mobilité « structurelle », découlant de ces changements macro-sociaux, et une mobilité « nette », qui s'y ajouterait. Difficile à mettre en œuvre sous cette forme, cette distinction a laissé la place, sous l'influence des travaux de l'école d'Oxford, autour de John Goldthorpe, à la distinction entre « mobilité observée » (ce que livre directement le résultat des tableaux de mobilité, mais qui dépend notamment des différences de distribution d'ensemble d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MOBILITÉ SOCIALE  » est également traité dans :

BURGESS ERNEST W. (1886-1966)

  • Écrit par 
  • Yves GRAFMEYER
  •  • 687 mots
  •  • 1 média

Le sociologue Ernest Burgess est l'un des principaux représentants de l'école de l'écologie humaine qui s'est constituée au début du xx e siècle à l'université de Chicago. Né au Canada, Burgess passe sa jeunesse dans le Middle West et fait ses études supérieures à Chicago entre 1908 et 1913. Il y suit en particulier les enseignements de William Thomas. Après un court passage à l'université du Kan […] Lire la suite

CLASSES SOCIALES - Penser les classes sociales

  • Écrit par 
  • Gérard MAUGER
  •  • 4 745 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une référence centrale et controversée »  : […] Controversée, la conception marxiste des classes sociales reste une référence centrale dans la plupart des travaux ultérieurs, au moins d'un double point de vue. L'ancrage du concept marxiste de classe sociale dans l'économie (et, pour la période contemporaine, dans les rapports de propriété liés au mode de production capitaliste) est ainsi repris à son compte par Max Weber . Tout en critiquant « […] Lire la suite

CLASSES SOCIALES - Classes moyennes

  • Écrit par 
  • Louis CHAUVEL
  •  • 3 626 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'apogée du modèle européen de « nouvelles classes moyennes salariées » »  : […] En réalité, ce paradoxe marquant la disjonction entre les représentations et les réalités des classes moyennes est le legs historique de la période faste qui a vu culminer au cours des années 1970 le modèle européen de « nouvelles classes moyennes salariées ». La période caractérisée par Henri Mendras en 1988 comme la « Seconde Révolution française », qui s'étend de la fin des guerres coloniales […] Lire la suite

DÉCLASSEMENT, sociologie

  • Écrit par 
  • Camille PEUGNY
  •  • 994 mots

Le déclassement, concept très présent dans le débat public depuis la fin des années 1990, est une notion sociologique polysémique qui peut renvoyer à trois définitions distinctes, et donc à trois réalités sociales différentes mais non exclusives les unes des autres. Dans une première acception, le déclassement revêt une dimension intergénérationnelle et est alors synonyme de mobilité sociale desc […] Lire la suite

FAMILLE - Évolution contemporaine

  • Écrit par 
  • Abel JEANNIÈRE, 
  • François de SINGLY
  •  • 9 788 mots

Dans le chapitre « Changements actuels »  : […] Dans la société économique actuelle, de nombreux facteurs contribuent à transformer totalement la fonction de la famille, ce qui ne peut aller sans en modifier le sens. Le monde du travail n'est plus à l'échelle d'une famille même élargie. Celle-ci n'est déjà plus unité de production ; bien plus, les équipements collectifs commencent à rendre aléatoire son analyse comme unité de consommation. Cet […] Lire la suite

HIÉRARCHIE

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON
  •  • 3 990 mots

Dans le chapitre « Mobilité sociale »  : […] Sur ce dernier point, auquel on associe fréquemment la notion de mobilité sociale, des travaux nombreux se sont accumulés au cours des deux dernières décennies. Ils montrent que la mobilité sociale entre générations est beaucoup plus élevée dans les sociétés industrielles que dans les sociétés traditionnelles. Ils montrent aussi que les différences entre nations sont relativement faibles. Ainsi, c […] Lire la suite

L'INÉGALITÉ DES CHANCES. LA MOBILITÉ SOCIALE DANS LES SOCIÉTÉS INDUSTRIELLES, Raymond Boudon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 1 058 mots
  •  • 1 média

Faisant suite, dans la production de Raymond Boudon (1934-2013), à des travaux consacrés à la place à donner aux mathématiques dans la méthodologie et l'épistémologie des sciences sociales, L’Inégalité des chances porte sur l'analyse critique de la relation existant entre le niveau de scolarisation et la mobilité sociale pour en montrer le caractère non mécanique et non déterministe. En effet, co […] Lire la suite

INSTITUTIONS

  • Écrit par 
  • François BOURRICAUD
  •  • 6 065 mots

Dans le chapitre « De la congruence des « status » »  : […] Si l'on cherche à discerner les critères à la lumière desquels un individu juge scandaleuse, injuste, la situation qui lui est faite, on s'aperçoit que la congruence entre les éléments de sa situation ou de son status compte autant pour lui que la rigueur arithmétique du partage, qu'il est le plus souvent incapable d'apprécier. Tout status constitue un « paquet » d'attributs et de relations, qui […] Lire la suite

MODE, sociologie

  • Écrit par 
  • Philippe BESNARD, 
  • Olivier BURGELIN
  •  • 5 674 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Arrière-plan anthropologique de la mode »  : […] Peut-être faut-il rechercher l'origine de la mode au-delà même de toute vie sociale. En tout état de cause, la psychobiologie du comportement paraît en mesure d'éclairer aussi bien le comportement qui consiste à suivre la mode que le choix des objets sur lesquels il s'investit. Ainsi, en l'absence de toute régulation sociale, on observe chez les singes anthropoïdes, comme d'ailleurs chez les très […] Lire la suite

REPRODUCTION SOCIALE

  • Écrit par 
  • Marie DURU-BELLAT
  •  • 2 261 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La fabrication sociale des scolarités »  : […] On peut partir d'un constat macrosociologique de prime abord étonnant, à savoir la relative stabilité de la mobilité sociale dans des pays comme la France qui ont pourtant fortement développé l'accès à l'éducation. Alors qu'on faisait volontiers l'hypothèse d'une «  increasing merit selection  », c'est-à-dire de sociétés modernes où, de plus en plus et grâce au développement de l'instruction, les […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Dominique MERLLIÉ, « MOBILITÉ SOCIALE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mobilite-sociale/