MEISS MILLARD (1904-1975)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Cincinnati (Ohio) en 1904 et mort en 1975 à Princeton, Millard Meiss étudia l'architecture puis il entreprit des études d'histoire de l'art, d'abord à Harvard, ensuite à New York. Après avoir occupé différentes chaires, il obtint le poste prestigieux de professeur d'histoire de l'art à Princeton, où il enseigna à partir de 1958 jusqu'en 1974.

Universellement reconnu, partout cité, le nom de Millard Meiss reste le synonyme d'une discipline, l'histoire de l'art. Par ses recherches comme par ses travaux de plus grande vulgarisation, Millard Meiss a touché à tous les problèmes et à toutes les époques, avec deux moments de prédilection, la fin du Moyen Âge et la Renaissance. Deux principes l'ont toujours guidé dans son approche : l'adéquation entre la forme et le contenu ; la remise en situation des œuvres dans leur environnement, souvent au-delà des cadres habituels de réflexion légués par l'historiographie. Il travailla à dépasser les deux distinctions, peut-être utiles mais relatives, que sont l'opposition entre le fond et la forme et la séparation traditionnelle entre les écoles nationales.

Dans son premier travail d'envergure, Painting in Florence and Siena after the Black Death (Princeton, 1951 ; La Peinture à Florence et à Sienne après la Peste noire, trad. franç. Hazan, Paris, 1993), il examinait la fonction sociale de l'art à travers les constantes spécifiques de la peinture. Il reprenait notamment son étude sur la Madone d'Humilité (in The Art Bulletin, 18, 1936) et y démontrait l'interaction existant entre le type formel, celui de la Madone assise, et la signification intrinsèque d'une image interprétée, de plus en plus, comme le signe de la nouvelle dévotion, voire le symptôme d'une religion humanisée. L'histoire de l'art devenait l'histoire des motifs formels et débouchait sur la mise en valeur de situations typiques. Il revint sur cette question en 1961, dans « Highlands in the Lowlands » (in Gazette des beaux-arts, 37) et en 1966, dans « Les Offices des morts dans la mi [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de l'Université, ancien membre de l'École française de Rome, professeur d'histoire de l'art médiéval à l'université de Bourgogne

Classification

Pour citer l’article

Daniel RUSSO, « MEISS MILLARD - (1904-1975) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/millard-meiss/