TREMBLAY MICHEL (1942- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La vie de Michel Tremblay, né le 25 juin 1942 dans le quartier populaire du Plateau-Mont-Royal à Montréal, s’accorde avec le titre de son récit autobiographique Douze coups de théâtre (1992). Avant de devenir un écrivain multi-primé, il est d’abord le dernier-né de Rhéauna, la mère dont la présence hantera ses fictions. Après des études secondaires à l’école Saint-Stanislas jusqu’en 1959, il s’engage dans une formation de linotypiste. Cette époque est aussi marquée par la découverte de son homosexualité. En 1963, il sombre dans le marasme d’une double perte : celle de sa mère et celle d’un idéal professionnel que l’imprimerie ne comble pas.

Heureusement, son moi profond possède des ressources et son imagination est sans limites. Premier coup de théâtre : avec Le Train (1964), il remporte un concours de pièces radiophoniques. Dans la foulée, il écrit un recueil de nouvelles fantastiques, Contes pour buveurs attardés (1966). Refusé pendant trois ans par les théâtres montréalais, Les Belles-Sœurs (1968) est enfin accepté par un théâtre subventionné, Le Rideau Vert. L’intrigue est la suivante : Germaine Lauzon vient de gagner un million de timbres-primes à coller sur des livrets pour bénéficier des cadeaux. À cette fin, elle se fait aider de quinze femmes à la langue bien pendue. La « querelle » qui suit la création de la pièce fait date. Ses censeurs reprochent au dramaturge sa vulgarité et surtout le choix du « joual », parler vernaculaire de l’est montréalais, tandis que ses admirateurs louent l’originalité d’une pièce tout à la fois truculente et féroce.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences, habilité à diriger des recherches, formateur en lettres à l'École supérieure du professorat et de l'éducation, Paris-Sorbonne

Classification

Autres références

«  TREMBLAY MICHEL (1942- )  » est également traité dans :

FRANCOPHONES LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean-Marc MOURA
  •  • 7 230 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Quelle identité culturelle ? »  : […] Hors d’Europe, les littératures francophones relèvent de la « francophonie d’implantation » issue de l’expansion coloniale de la France ou appartenant à des zones de rayonnement culturel. Pour ces littératures en contact avec une ou plusieurs autres littératures écrites dans un ou plusieurs autres idiomes, le questionnement identitaire et linguistique est au cœur de la création, d’autant que les d […] Lire la suite

QUÉBEC

  • Écrit par 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Henri ROUGIER, 
  • Antony SORON
  •  • 14 454 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le roman : les écritures migrantes »  : […] La bipartition traditionnelle entre ces deux catégories d’écrivains doit d’ailleurs être immédiatement nuancée. En effet, des auteurs tels que Hubert Aquin ( Trou de mémoire , 1968) ou Anne Hébert, qui publie Le P remier J ardin en 1988, font déjà entendre chacun à leur façon, et bien avant l’heure, une voix migrante. Marie-Claire Blais, elle non plus, n’est pas en reste lorsqu’elle fait des dép […] Lire la suite

Pour citer l’article

Antony SORON, « TREMBLAY MICHEL (1942- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-tremblay/