TREMBLAY MICHEL (1942- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Cycles et chroniques

Les Chroniques du Plateau-Mont-Royal, écrites de 1978 à 1989 à l’exception du sixième tome, Un objet de beauté (1997), puisent aux sources de l’enfance. Le premier tome, La grosse femme d’à côté est enceinte, se déroule en la seule journée du 2 mai 1942. La concentration spatio-temporelle contraste avec la trentaine de personnages impliqués dans l’action. Trois d’entre eux se distinguent cependant : l’héroïne éponyme et deux figures issues du théâtre de Tremblay, Édouard, son beau-frère, connu comme un travesti vieillissant, au nom de scène balzacien, « Duchesse de Langeais », et Marcel, un aliéné, découvert dans En pièces détachées (1972). Même si le réalisme des Chroniques se retrouve dans la description des mœurs du quartier, les apparitions à Marcel de trois « Parques » tricoteuses doublent le récit d’une singulière étrangeté. À l’instar du premier, le dernier tome, Un objet de beauté, se concentre sur une journée une décennie plus tard, en 1952. L’enfant de la grosse femme y découvre sa vocation littéraire au moment même où cette mère tant aimée et enfin nommée par le surnom zolien « Nana », meurt, tandis que Marcel sombre définitivement dans la folie.

Au cycle de Jean-Marc succède le diptyque composé de La Nuit des princes charmants (1995) et Quarante-quatre minutes, quarante-quatre secondes (1997) centré cette fois sur François Villeneuve, chanteur idolâtré par le Tout-Montréal avant d’en devenir le paria. Le romancier ancre ses intrigues au cœur des années 1960, à l’époque où le Québec, sous l’impulsion des libéraux, entreprend de rattraper son retard en matière de développement économique, socioculturel et éducatif. Avec le cycle suivant dit « de Céline » (2003-2005 : Le Cahier noir, Le Cahier rouge, Le Cahier bleu), le romancier retrouve le sens de l’humour et du spectaculaire de l’auteur. Céline est serveuse dans un bordel atypique peuplé de travestis imitant des personnages célèbres. L’œuvre de Tremblay n’en reste pas moins fondamentalement rivée à un personnage central, celui de sa mère que le dernier cycle publié, La Diaspora des Desrosiers (2007-2015), replace au premier plan. Le romancier réinvente l’enfance de Nana, née en 1913, en faisant découvrir au lecteur son cadre originel, la province du Saskatchewan.

Loin d’abandonner systématiquement les personnages anciens au profit de nouveaux, l’œuvre de Michel Tremblay concurrence « l’état civil » québécois en réanimant des figures perdues et retrouvées. Publié en 2017, Le Peintre daquarelles réintroduit le personnage de Marcel, âgé de soixante-seize ans, qui entreprend d’écrire son journal afin de remonter aux sources de sa folie. Michel Tremblay développe ainsi un univers romanesque aussi cohérent que foisonnant, nourri en même temps par le narcissisme fécond de son auteur et son amour viscéral pour les livres « à l’index » de son enfance (Un ange cornu avec des ailes de tôle, 1995).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences, habilité à diriger des recherches, formateur en lettres à l'École supérieure du professorat et de l'éducation, Paris-Sorbonne

Classification

Autres références

«  TREMBLAY MICHEL (1942- )  » est également traité dans :

FRANCOPHONES LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean-Marc MOURA
  •  • 7 233 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Quelle identité culturelle ? »  : […] Hors d’Europe, les littératures francophones relèvent de la « francophonie d’implantation » issue de l’expansion coloniale de la France ou appartenant à des zones de rayonnement culturel. Pour ces littératures en contact avec une ou plusieurs autres littératures écrites dans un ou plusieurs autres idiomes, le questionnement identitaire et linguistique est au cœur de la création, d’autant que les d […] Lire la suite

QUÉBEC

  • Écrit par 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Henri ROUGIER, 
  • Antony SORON
  •  • 14 458 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le roman : les écritures migrantes »  : […] La bipartition traditionnelle entre ces deux catégories d’écrivains doit d’ailleurs être immédiatement nuancée. En effet, des auteurs tels que Hubert Aquin ( Trou de mémoire , 1968) ou Anne Hébert, qui publie Le P remier J ardin en 1988, font déjà entendre chacun à leur façon, et bien avant l’heure, une voix migrante. Marie-Claire Blais, elle non plus, n’est pas en reste lorsqu’elle fait des dép […] Lire la suite

Pour citer l’article

Antony SORON, « TREMBLAY MICHEL (1942- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-tremblay/