SERRES MICHEL (1930-2019)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Michel Serres a une formation à la fois scientifique et philosophique. Né à Agen le 1er septembre 1930, il entre à l'École navale en 1949 et à l'École normale supérieure en 1952. Agrégé de l'Université et docteur en philosophie, il sert comme officier de marine sur divers vaisseaux de la Marine nationale, avant d'enseigner à Clermont-Ferrand, Vincennes, Paris-I et Stanford University. Il a été élu à l'Académie française en 1990. Dans sa diversité et sa générosité, toute son œuvre tend à une conciliation des savoirs disjoints, science et philosophie, sans laquelle notre réel ne saurait être appréhendé.

Michel Serres

Michel Serres

Photographie

Dans la lignée de Leibniz mais aussi de Bachelard, Michel Serres développe avec générosité une pensée de la « rêveuse matière ». La philosophie se fait ici mouvement capable de saisir dans toutes ses inflexions les métamorphoses du monde. 

Crédits : Ulf Andersen/ Getty Images

Afficher

Une pensée de l'hétérogène

Ouvrant le cloisonnement entre lettres et sciences, Michel Serres stigmatise, en ce sens, la visée traditionnelle de l'épistémologie ; car elle en ratifie la rupture en se faisant pont. Son œuvre est une théorie du local et de l'objet : aux antipodes du commentaire. Il calcule l'hétérogène de toute trouvaille, il décrit la tuchè comme stabilité rare et morphogenèse, il oppose le rare et l'exception, rencontre Jacques Monod et René Thom ; il parle de thermodynamique et de système, de Carnot, certes, mais aussi de Bergson et de Prigogine : théorie des flux et des systèmes ouverts. La primauté, sans cesse remise en œuvre, du parcours sur le discours conduit alors son projet d'une nouvelle situation de l'encyclopédie jusqu'au point où s'y aperçoivent d'archaïques violences que seule, peut-être, une théorie généralisée du local et de l'objet peut détourner de leur cours proliférant.

« À travers des régions fort éloignées circule souvent un rapport souterrain que l'intuition n'atteint pas, ni la connaissance immédiate, ni même le savoir discursif, mais que parfois saisit un formalisme pur et affiné... L'aptitude au divers est proportionnelle à la pureté initiale », écrit-il dans Le Système de Leibniz et ses modèles mathématiques (thèse d'État, 1968). Cela ne veut pas dire que la mathématique soit l'organon pur, le modèle de r [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure, agrégée de philosophie, psychanalyste

Classification


Autres références

«  SERRES MICHEL (1930-2019)  » est également traité dans :

INDIVIDU

  • Écrit par 
  • Catherine CLÉMENT
  •  • 4 626 mots

Dans le chapitre « L'individu comme loi de l'universel »  : […] Sur ce point, le saut conceptuel est fait : l'individu ne s'oppose pas à la collectivité, au groupe, mais à l'universel ; et, à dire vrai, il ne s'y oppose pas, il l' exprime  – dans la mesure où l'expression introduit et la similitude et la distance. Certes, l'individu a quelque rapport à l'« universel » dans la pensée hégélienne : mais ce terme y prend une signification tro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/individu/#i_84669

PROGRÈS

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 8 634 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Schémas de croissance : les modèles leibniziens »  : […] C'est précisément sur le mode problématique qu'entre 1694 et 1716 Leibniz a pensé le progrès . Substituant un idéal d'invention à l'exigence cartésienne de certitudes, il a échappé à la régression dubitative vers le fameux point ferme auquel on est toujours tenu de revenir. L'utilisation de la méthode de l'indétermination lui a permis de poser les questions essentielles (y a-t-il progrès, régressi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/progres/#i_84669

STRUCTURALISME

  • Écrit par 
  • Jean-Louis CHISS, 
  • Michel IZARD, 
  • Christian PUECH
  •  • 24 036 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une crise de la signification »  : […] D'autre part, on peut considérer comme symptomatique d'une attitude philosophique de l'époque le travail d'un historien de la philosophie comme Martial Guéroult qui, selon un paradoxe qui n'est qu'apparent, a considéré les œuvres philosophiques du passé (Fichte, Descartes, Spinoza...) comme des textes clos sur eux-mêmes, soustraits aux déterminations historico-psychologiques externes, et entièreme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/structuralisme/#i_84669

Pour citer l’article

Christiane RABANT, « SERRES MICHEL - (1930-2019) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-serres/