PARMENTIER MICHEL (1938-2000)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le peintre Michel Parmentier est né à Paris en 1938. Son œuvre reste historiquement liée aux quatre manifestations auxquelles il participa en 1967, en compagnie de Daniel Buren, Olivier Mosset et Niele Toroni. Cette œuvre, qu'il interrompit volontairement en 1968 et qu'il reprit en 1983, est marquée par son radicalisme, son absence de parti pris expressif et son refus de tout compromis formel et idéologique.

Après avoir suivi des études au lycée Louis-le-Grand, à l'école des Métiers d'art (1957-1961) où il rencontre Daniel Buren, et enfin à l'école des Beaux-Arts de Paris (1961-1963) où il fréquente l'atelier de Roger Chastel (en compagnie de Vincent Bioulès et Claude Viallat), Michel Parmentier aborde la question de la peinture d'une manière qui tranche délibérément avec les tendances alors en vigueur. Parmentier, qui participe dès 1962 au Salon de la jeune peinture et qui reçoit en 1963 le prix Lefranc, rejette en effet aussi bien l'école de Paris que l'abstraction lyrique, le pop art que le nouveau réalisme (à l'exception d'Yves Klein et des « décollagistes »). Pendant ces années, le peintre fréquente assidûment le Louvre (où il s'attarde devant Clouet, Piero della Francesca et Uccello), il lit Blanchot, Beckett et Paulhan. Ses admirations le portent vers Bram van Velde (qui ne signe plus ses toiles) et surtout, à partir de 1963, vers Simon Hantaï (qui lui est présenté par Buren) qui avait exposé ses premiers pliages, en 1962, à la galerie Kléber.

Ses premières œuvres, réalisées à l'aide de bandes adhésives et de pochoir, sont marquées par la question de l'apparition et de la disparition. Ces peintures, influencées par les grands formats américains, laissent apparaître le geste tout en le recouvrant. D'entrée de jeu, Michel Parmentier reste hanté p [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : critique d'art, professeur d'esthétique à l'École nationale d'arts de Cergy-Pontoise

Classification


Autres références

«  PARMENTIER MICHEL (1938-2000)  » est également traité dans :

BUREN DANIEL (1938- )

  • Écrit par 
  • Marcella LISTA
  •  • 1 410 mots

Dans le chapitre « Le « degré zéro » de la peinture »  : […] Le renoncement au geste en faveur d'une trame anonyme, devenue pure signalétique visuelle, a partie liée avec une critique profonde du milieu de l'art, de ses valeurs et de son mode de fonctionnement. Au mois de décembre 1966, l'association B.M.P.T., formée par Buren et les peintres Olivier Mosset, Michel Parmentier et Niele Toroni, se fixe justement pour but, à travers une série de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/daniel-buren/#i_19053

LES ÉCRITS 1965-2012 (D. Buren) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 1 022 mots

Dans le chapitre « La question du décoratif »  : […] L’aventure des É crits a commencé en 1989, alors que Daniel Buren préparait son exposition pour le C.A.P.C. (Centre d’arts plastiques contemporains-musée d’Art contemporain) de Bordeaux. Son directeur, Jean-Louis Froment, fit alors le pari de retrouver et de publier l’ensemble des textes depuis 1965. Réédités en 2013 par Flammarion […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-ecrits-1965-2012/#i_19053

Pour citer l’article

Bernard MARCADÉ, « PARMENTIER MICHEL - (1938-2000) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-parmentier/