ONFRAY MICHEL (1959- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Essayiste prolixe, « phénomène éditorial », personnage médiatique bien qu'éloigné des cercles de l'intelligentsia parisienne, Michel Onfray a placé la pensée hédoniste au cœur de sa réflexion sur la philosophie. La publication de son Traité d'athéologie (2005) a suscité de vives réactions, à la fois de la part de ceux qui l'accompagnent dans son constat d'un univers trop préoccupé de Dieu et pas suffisamment des hommes, comme de ses détracteurs qui relèvent les approximations de son essai. En 2002, il a créé l'université libre et populaire de Caen, puis, en 2006, l'université populaire du goût, dont l'objet est d'apprendre à philosopher et non de se contenter d'engranger un savoir philosophique.

Né le 1er janvier 1959 à Argentan (Orne), Michel Onfray effectue sa scolarité dans un orphelinat agricole religieux, puis il entre à l'université de Caen. Il y entreprend un doctorat de philosophie sous la direction de Lucien Jerphagnon et enseigne à partir de 1983 dans un lycée technique. Déçu par l'Éducation nationale, il démissionne en 2002 pour créer l'université populaire de Caen dont il publie en 2004 le manifeste, La Communauté philosophique, suivi en 2006 d'Une machine à porter la voix. Ce « contrat » engage le lecteur à vivre dans les « Jardins » d'Épicure plutôt que dans la « République » de Platon : « Dans la République, l'individu existe par la collectivité ; dans le Jardin, la communauté n'existe que par et pour l'individu. » Dans ce même ouvrage, il stigmatise les « nouveaux philosophes » qui « ont liquidé toute possibilité d'une gauche digne de ce nom ».

Comme on le voit dans les conférences données à l’université populaire de Caen et qui sont rassemblées à partir de 2006 sous le titre de Contre-histoire de la philosophie, Michel Onfray préfère, aux systèmes, les individualités (Nietzsche, les Cyniques, les penseurs libertins), les existences avec leurs forces et leurs intensités, leurs énergies. « J'aime la philosophie incarnée, vivante, de chair et d'os, engagée dans le réel, susceptible de produire des effets immédiats, de modifier la vie quotidienne... » L'enseignement de la philosophie tient pour lui dans ces anecdotes où Gilles Deleuze voyait le point singulier où se matérialise l'unité de la vie et de la pensée : « la preuve du philosophe, c'est sa vie philosophique ». Ainsi, la pensée de Michel Onfray entretient-elle un certain rapport aux philosophes, saisis dans leur vie, et la vie de leur corps, de leurs manières de sentir (Le Ventre des philosophes, 1989 ; La Raison gourmande, 1995), de voir (L'Œil nomade, 1993 ; Métaphysique des ruines, 1995 ; Archéologie du présent, 2003) et de penser (La Sculpture de soi, prix Médicis de l'essai en 1993 ; Politique du rebelle, 1997). En 2010, son essai sur Freud, Le Crépuscule d’une idole. L’affabulation freudienne provoque une violente polémique.

Un autre de ses champs d'investigation porte sur ce qu'il nomme, empruntant faute de mieux le terme à Georges Bataille, l'athéologie, car « l'athéisme relève d'une création verbale des déicoles ». Michel Onfray y jette les bases philosophiques de la critique du monothéisme. Il étudie les problématiques historiques de l'élaboration du christianisme et les liens que les trois religions monothéistes ont tissés avec le pouvoir. Il en dégage plusieurs remarques qui heurtent sa sensibilité hédoniste et fonde sa position quant aux religions : « la religion procède de la pulsion de mort », elle hait le corps, la sexualité, la vie, la science, la liberté de pensée, la démocratie. Mais, plus encore que les extrémismes aisément identifiables, le véritable obstacle à l'athéisme tient aux traces de religieux qui subsistent dans notre société laïque et qu'il convient de débusquer pour pouvoir les combattre.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ONFRAY MICHEL (1959- )  » est également traité dans :

TRAITÉ D'ATHÉOLOGIE (M. Onfray) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Alexandre ABENSOUR
  •  • 991 mots

Le lecteur qui entreprendra la lecture du livre de Michel Onfray en se fiant à son titre, Traité d'athéologie (Grasset, 2005), ne trouvera d'un « traité » guère de traces, mais si c'est un pamphlet antimonothéiste qu'il cherchait, al […] Lire la suite

FREUD SIGMUND (1856-1939)

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER, 
  • Marthe ROBERT
  •  • 16 135 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Freud, entre science et savoir »  : […] L'année 2010 a été marquée par l'entrée de l'œuvre de Sigmund Freud dans le domaine public. D'excellentes nouvelles traductions de L'Interprétation du rêve (que la première traduction française intitulait L'Interprétation des rêves ), du Malaise dans la civilisation (que la traduction des Œuvres complètes. Psychanalyse , aux P.U.F., intitulait Le Malaise dans la culture ) et de Totem et tabou s […] Lire la suite

Pour citer l’article

Yves KIRCHNER, « ONFRAY MICHEL (1959- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-onfray/