GONDRY MICHEL (1963- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le mélange des genres

Après un court essai fantastique d'humour poétique et doux sur un couple qui se défait (un des trois sketches de Tokyo !, 2008, dont les deux autres sont signés Leos Carax et Bong Joon-Ho), Michel Gondry réalise deux films américains aux styles opposés. Inspiré par un feuilleton radiophonique (1936-1952) repris sous forme de série télévisée dans les années 1960, The Green Hornet (2011) est une comédie d'action traitée en blockbuster. Le film relate les aventures picaresques d'un redresseur de torts (le comique Seth Rogen) qui sème le désordre dans la pègre de Los Angeles. Création collective conduite en direct avec des lycéens du Bronx filmés dans le bus scolaire qui les ramène chez eux le dernier jour de l'année scolaire, The We and the I (2012) brosse le tableau d'une toute jeune génération observée à travers les yeux d'un moraliste à la fois complice et lucide. Rythmé par les montées et descentes des adolescents aux différents arrêts, le récit habilement scénarisé s'ouvre au hors-champ grâce aux smartphones qui modifient les rapports entre les protagonistes au gré des messages reçus et envoyés.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Michel Gondry

Michel Gondry
Crédits : CarlaVanWagoner/ Shutterstock

photographie

Dave Chappelle’s Block Party, de M. Gondry

Dave Chappelle’s Block Party, de M. Gondry
Crédits : John D. Kisch/ Separate Cinema Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur honoraire d'histoire et esthétique du cinéma, département des arts du spectacle de l'université de Caen

Classification

Autres références

«  GONDRY MICHEL (1963- )  » est également traité dans :

FRANCE (Arts et culture) - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS, 
  • René PRÉDAL
  •  • 11 157 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Un cinéma pluriel »  : […] Si ces cinéastes n’ont pas de « pères » (sinon Maurice Pialat), les « grands frères » des années 1990 leur servent d’exemples, les derniers films d’Olivier Assayas ( Sils Maria , 2014 ; Personal Shopper , 2016) et d’Arnaud Desplechin ( Trois Souvenirs de ma jeunesse , 2015) étant parmi leurs plus accomplis, tandis que Bruno Dumont change radicalement de ton avec sa drolatique mini-série produit […] Lire la suite

Pour citer l’article

René PRÉDAL, « GONDRY MICHEL (1963- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-gondry/