GONDRY MICHEL (1963- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Adapter Boris Vian

En montrant à plusieurs reprises le roman en train de s'écrire dans un gigantesque pool de secrétaires, L'Écume des jours (2013) distord la logique de la narration en brouillant les frontières entre fiction, pastiche littéraire et science-fiction qui caractérisaient le livre de Boris Vian. Le ton de la comédie romantique recycle les poncifs pour en faire de rafraîchissants délires enfantins. Pour métamorphoser en images l'invention linguistique (par exemple le pianocktail des passionnés de musique et d'alcool), Gondry mixe les univers de Jacques Demy et du duo Jean-Pierre Jeunet-Marc Caro. Si bien que l'absurde, joli et plein d'esprit, échappe aux pièges de l'artificiel pour retrouver le sens de la vie qui caractérise le début du roman. Mais les couleurs pimpantes laissent bientôt place au noir et blanc des décors gothiques, à mesure que le pourrissement d'un nénuphar dans le poumon de Chloé transforme l'euphorie initiale en univers anxiogène. La romance vire au mélodrame, et pourtant le film reste très beau.

À ce jour, chacun s'attend à être surpris par Michel Gondry, mais celui-ci s'ingénie à déjouer l'attente en renouvelant l'alliance du loufoque et du merveilleux qui est la marque de fabrique de ses films.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Michel Gondry

Michel Gondry
Crédits : CarlaVanWagoner/ Shutterstock

photographie

Dave Chappelle’s Block Party, de M. Gondry

Dave Chappelle’s Block Party, de M. Gondry
Crédits : John D. Kisch/ Separate Cinema Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur honoraire d'histoire et esthétique du cinéma, département des arts du spectacle de l'université de Caen

Classification

Autres références

«  GONDRY MICHEL (1963- )  » est également traité dans :

FRANCE (Arts et culture) - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS, 
  • René PRÉDAL
  •  • 11 157 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Un cinéma pluriel »  : […] Si ces cinéastes n’ont pas de « pères » (sinon Maurice Pialat), les « grands frères » des années 1990 leur servent d’exemples, les derniers films d’Olivier Assayas ( Sils Maria , 2014 ; Personal Shopper , 2016) et d’Arnaud Desplechin ( Trois Souvenirs de ma jeunesse , 2015) étant parmi leurs plus accomplis, tandis que Bruno Dumont change radicalement de ton avec sa drolatique mini-série produit […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

René PRÉDAL, « GONDRY MICHEL (1963- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-gondry/